reportage

À Pâques, des adolescents tchèques se recouvrent de foin

Le rituel païen du « défilé de Judas » est une sorte d'hybride entre Halloween et un épisode de True Detective.

par Adam Holý; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
28 Mars 2016, 5:00am

Chaque année, tout le monde essaie d'exploiter les dimensions mystiques et spirituelles qui caractérisent Pâques. Chrétiens, païens et chocolatiers – tous ont trouvé un moyen de célébrer une crucifixion qui a eu lieu il y a environ 2000 ans en inventant des traditions plus étranges les unes que les autres. Par exemple, aux Philippines, des gens se font littéralement crucifier. En République tchèque, les hommes préfèrent s'armer de bâtons et courir après des femmes. Mais ce n'est pas le seul rituel étrange que j'ai eu l'occasion de voir dans ce pays.

Dans une poignée de villages situés dans le district de Pardubice, le rituel «Vodění Jidáše » [qu'on pourrait grossièrement traduire par « Le Défilé de Judas »] est toujours pratiqué lors du week-end pascal. Les origines de cette tradition remonteraient au XVIe siècle, mais personne ne semble en savoir plus sur sa provenance.

Le matin du Samedi saint, les habitants des villages se rassemblent à une étable et recouvrent l'adolescent le plus âgé de leur famille de foin, avant de placer un chapeau pointu fait de roseaux sur sa tête. Cet adolescent est censé représenter Judas. Suivi d'un troupeau d'enfants, il doit ensuite se promener dans le village et pousser un chariot en bois, tout en récitant un poème qui parle plus moins de Judas en train de brûler en enfer pour l'éternité.

Les résidents des villages donnent des œufs, des bonbons et de l'argent aux enfants qui frappent à leur porte. À la fin de la journée, les enfants emmènent Judas sur une colline près du village, prennent quelques photos avec lui et lui enlèvent son costume de foin pour le brûler – ensuite, ils partagent leur butin tous ensemble. En gros, il s'agit d'un hybride entre Halloween et un épisode de la première saison de True Detective.

L'année dernière, je me suis rendu dans le petit village de Stradoun, afin de voir ces festivités de mes propres yeux. Voici les photos que nous avons pris sur place.

Texte : Tomáš Zilvar