Daniel Torres, le footballeur fanatique qui marche dans les pas de Jésus

Le joueur d'Alavés avait de sérieux problèmes d'alcool. Aujourd'hui il utilise les réseaux sociaux pour clamer son amour pour Dieu.

|
06 Décembre 2016, 3:28pm

Imagen Instagram @danitorresr

Cet article a initialement été publié sur VICE Sports Espagne.

Sur les réseaux sociaux, les hashtags utilisés par Daniel Torres, milieu de terrain colombien du Deportivo Alavés en Liga font très souvent référence à Dieu et à Jésus. Le joueur âgé de 26 ans, qui compte près d'un million d'abonnés sur Instagram, est un footballeur atypique. Sur ses plateformes sociales, vous ne trouverez aucune photo montrant sa dernière Ferrari, ses vacances à Ibiza, ou sa nouvelle coupe de cheveux, comme c'est trop souvent le cas avec Neymar, Cristiano Ronaldo et compagnie.

Daniel, qui a débarqué au Deportivo Alaves en juillet 2016 en provenance de l'Independiente Medellin, utilise les réseaux sociaux pour montrer sa foi et l'amour aveugle qu'il voue au Christ. Du coup, on se demande automatiquement d'où vient son fanatisme religieux.

Pour comprendre cela, il faut remonter en 2010, lorsque Daniel avait un sérieux problème avec l'alcool. « En une nuit, je pouvais boire deux bouteilles de whisky, a-t-il affirmé à au journal espagnol El Pais. Le lendemain, je m'entraînais normalement. Je ne sais pas comment mon corps pouvait endurer tout ça ». Cette addiction à l'alcool était sur le point de l'éloigner du football pour toujours, à seulement 21 ans.

Daniel Torres durant un avant-match. C'est toujours le même rituel.

Le destin de Daniel a changé de direction lorsqu'il a croisé sur son chemin sa compatriote Sandra Merino, femme pasteur de l'Eglise du Dieu Vivant, que certains appellent ''Maman''. Le joueur colombien a réussi à surmonter sa dépendance au whisky grâce à ce guide spirituel et, bien sûr, grâce à Dieu. En outre, peut-être y-a-t-il un lien de cause à effet, car après l'apparition de Merino, son équipe de l'époque, le Santa Fe de Bogota, a remporté cinq titres entre 2012 et 2016.

Daniel Torres s'est donc tourné vers Dieu et sa vie a changé, tout comme ses avant-matches. Il ne débute jamais une rencontre sans réaliser un curieux rituel que lui a enseigné sa guide. Une heure avant le coup d'envoi, alors que le stade est encore vide, Daniel pénètre sur la pelouse, pieds nus, et fait les cent pas tout en parlant au téléphone avec ''Maman'', pendant plusieurs minutes.

Pendant qu'il marche sur le terrain, Sandra Merino est en train de prier à l'autre bout du fil. Ce rituel se base sur une citation biblique : ''Tout lieu que foulera la plante de votre pied est à vous''. Les incantations du gourou éloignent celles de Satan et portent chance, comme l'a expliqué lui-même Diego.

Daniel Torres face à Gareth Bale, Photo REUTERS/Vincent West

Récemment, Daniel Torres a posé un pied sur le terrain politique, critiquant ouvertement dans une vidéo postée sur Instagram l'accord de paix que le gouvernement colombien a signé avec les FARC le 26 septembre 2016. Avec, toujours en toile de fond, Dieu. « Toute décision prise aujourd'hui n'augure rien de bon pour notre nation. Je dis cela pour une raison simple mais puissante : le centre du gouvernement et des négociations n'est pas Jésus-Christ », a justifié Diego avec une conviction absolue, à la limite de la prophétie.

Il est clair que Diego Torres sait comment utiliser au mieux la seconde chance que lui a donné la vie (ou Dieu). Il est peut-être en train d'ouvrir une nouvelle ère pour les footballeurs, bien loin des belles rutilantes, des mannequins super maquillés et des vacances sur des îles paradisiaques. Qui sait...