Sports

La Planète Z, quatrième tribune du stade Bauer

Durant six mois, Jeanne Frank a suivi les habitants du HLM qui jouxte l'enceinte du Red Star. Elle expose son travail à la galerie Mariton de Saint-Ouen, et à Bauer jusqu'au 28 avril, à l'occasion des expositions « Tout Foot ».

par Jeanne Frank
08 Février 2019, 9:08am

Photos Jeanne Frank

Ma culture foot se résumait à Zidane, à la finale de la Coupe du monde 98 et à ma grand-mère prenant des photos de son balcon du char de l’Equipe de France.

Été 2017, j’achète La Revue Dessinée, une revue trimestrielle de reportages et d’enquêtes sous forme de bande dessinée. À la page 140, je tombe sur un travail passionnant raconté et illustré par Pierrick de Morel et Gilles Rochier. C’est l’histoire d'un légendaire club de foot qui s'appelle le Red Star. Il y a un dessin de la Planète Z, un ensemble de logements HLM construit dans les années 70 par l’architecte Jacques Starkier, niché entre le stade Bauer et Mains d’Oeuvres en plein cœur de Saint-Ouen. Ce bâtiment de 129 logements fait figure d’ovni architectural. Sa forme pyramidale, ses couleurs pastels délavées rappellent étrangement la station languedocienne de La Grande-Motte.

C’est à ce moment-là là que je réalise que la Planète Z fait partie de mon environnement depuis 3 ans. Résidente dans un bureau de rédactrices, photographes et graphistes, Mains d’Oeuvres, je voyais la Planète Z par ma fenêtre lors de mes journées de travail. Pourtant, je n’avais jamais osé m’y aventurer. Après la lecture du reportage de La Revue Dessinée je m’interroge sur le lien qu’il peut y avoir entre les habitants de ce bâtiment sorti de l’espace et le stade Bauer.

Par chance, le prochain match du Red Star a lieu dans quelques jours et la presse l’annonce comme son « grand retour à Bauer ». Les supporters ont été privés de leur stade pendant deux années suite à la montée du club en ligue 2 en 2015. Relégué en National, l'équipe première joue de nouveau dans ce quartier et ce stade chargés d'histoire. La descente du club est un cadeau pour ses supporters.

Palnète Z, la quatrième tribune du stade Bauer

Le 4 août 2017, appareil en poche, me voici à Bauer pour ce retour tant attendu. Les tribunes du stade ouvertes débordent, les supporters de la tribune Rino Della Negra chantent leur hymne : « C’est la fierté de nos couleurs, qui nous a donné la ferveur, à Bauer comme à l’extérieur... ! ». L’ambiance est bon enfant, populaire. Ça grouille de partout. Les supporters se rassasient à coup de pintes et de merguez frites, comme à un barbecue géant entre copains. Je croise quelques collègues photographes dont Yann Levy. Il m’annonce qu’il va suivre le club pendant une saison, me donne au passage quelques tips sur le club et les supporters.

Le match commence. Mon attention se porte sur La Planète Z. Des têtes commencent à apparaître aux fenêtres et aux balcons. Ce sont aussi des supporters du Red Star. Certains portent la panoplie complète aux couleurs du club. Ainsi se dessine une autre tribune dans ma tête. La quatrième tribune, la tribune des fenêtres de la Planète Z.

Planète Z, la quatrième tribune du stade Bauer

Quelques jours plus tard, je me rends au pied de la barre dans l’objectif de rencontrer les habitants de la Planète Z. L’immeuble fait plusieurs étages. Cela fait presque une heure que je parcours les longs couloirs de cet HLM, sans succès. Je me prends des portes, beaucoup de portes. J’arrive devant le n°2322. Je sonne sans trop y croire. Un homme torse nu m’ouvre la porte. D’une voix monocorde je me présente pour la énième fois « Bonjour je suis photographe ! J’aimerais savoir si vous regardez les matchs du Red Star depuis... » Je n’ai pas le temps de terminer mon speech que Jérôme m’explique un peu pressé que sa femme Sylvie les regarde mais, aujourd’hui, elle a mal au dos. Il me conseille de revenir un autre jour. A ce moment j’entends Sylvie crier « C’est pourquoi ? ». Jérôme lui explique : « Une jeune photographe pour le Red Star, elle veut faire des photos ... ». Il n’a pas le temps de finir sa phrase que Sylvie déboule dans l’escalier. Elle m’explique qu’ici on supporte le Red Star de génération en génération. Son grand-père, sa mère et elle ne manqueraient un match pour rien au monde. Nous prenons rendez-vous pour le prochain match.

Je propose à Mélanie, rédactrice avec qui je partage le bureau à Saint-Ouen, et audonienne depuis 10 ans, de rencontrer les habitants de la Planète Z avec moi. Quelques jours plus tard, direction les couloirs de l’ovni architectural, toujours à la recherche des supporters du club. Nous rencontrons Jaelynne, jeune collégienne et amatrice du club dont elle regarde les matches depuis la fenêtre de sa chambre rose. Mineure, il nous faut l’autorisation de sa maman. Je suggère à Mélanie, mère de deux garçons de donner son numéro « ça fait plus sérieux ». Le lendemain coup de fil de Carole, la maman de Jaelynne, qui donne son accord. Il y a aussi David et son ami Sidy. Pour les deux hommes, le Red Star, c’est une longue histoire d’amitié.

La planète Z la quatrième tribune du stade Bauer

D’une rencontre à l’autre, Planète Z devient notre deuxième bureau. Pendant 6 mois, je m’initie au foot à partir des fenêtres ceintes de vert, la couleur du club. Le Red Star, peu importe la tribune, c’est toujours mieux à Bauer.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Cet article est publié dans le cadre du partenariat entre VICE et le Red Star et a été réalisé en toute indépendance. Une indépendance totale.

Tagged:
Football
Sport
Saint-Ouen
Planète Z