Publicité
Cet article a été publié il y a plus de 5 ans
Vice Blog

RETTSOUNDS - DES QUESTIONS À UN EXPERT DU PROG METAL

par VICE Staff
28 Février 2011, 4:11pm

Je suis sûr que lorsque vous entendez les mots « metal progressif », vous vous faites une image mentale qui combine des keytars, des types à lunettes rondes et des chansons interminables qui parlent de chevaliers. Vous êtes nuls. Heureusement pour vous, Jeff Wagner a écrit Mean Deviation - Four Decades of Progressive Metal pour vous renseigner sur un genre musical auquel vous ne connaissez probablement rien. De Rush à Watchtower en passant par Ulver, Jeff plonge dans les méandres de ce genre injustement décrié et en parle avec une telle ferveur que vous serez obligés de vous dire « Peut-être que je devrais accorder une seconde chance à Dream Theater… » J'ai tellement adoré le livre que j'ai contacté Jeff pour comprendre les mécanismes complexes de son cerveau. En plus de bien vouloir me parler, il m'a proposé de faire une mixtape de metal prog pour accompagner l'interview. Quel progressiste.

Vice : On voit très clairement dès le début du livre que tu es un grand fan de tous ces trucs. C'était quoi ton premier amour, le rock progressif ou le metal progressif ? Rush ou Fates Warning ?

Jeff Wagner : L'album Moving Pictures de Rush m'a vraiment marqué, j'avais 12 ans et je commençais à découvrir des groupes de rock et de metal autres que Kiss - ça faisait déjà plus de cinq ans que je les écoutais. Mais je ne connaissais pas vraiment le rock progressif à l'époque. J'aimais beaucoup Aerosmith, Cheap Trick et Styx, et on ne peut pas dire que le groupe Rush ait été une illumination du style « Maintenant, j'adore le rock progressif ! ». Disons plutôt que j'ai toujours été un auditeur curieux et aventurier. En 1984, j'écoutais presque exclusivement du metal, des groupes genre Accept, Iron Maiden, Queensryche et Metallica. J'ai dû creuser du côté des labels underground, et c'est comme ça que j'ai découvert Fates Warning et Voivod. Ces deux groupes ont subi une évolution fascinante dans les années 1980, donc je pense m'être attaché à ces groupes de metal parce qu'ils avaient une manière de voir les choses relativement « progressive ». C'était très excitant de se faire surprendre par un groupe imprévisible, plutôt que de savoir d'avance à quoi allait ressembler un album avant même de l'écouter. C'est bien plus tard, dans les années 1990 que j'ai commencé à découvrir le bon rock prog des années 1970.

Crimson Glory

Comment as-tu décidé d'écrire ce livre ? Il s'est passé un truc en particulier ?

Rien de spécial, c'était plutôt un enchaînement d'évènements. Ian Christe, le leader de Bazillion Points, est un ami à moi depuis la fin des années 1990, quand je travaillais pour Metal Maniacs à New York. Après avoir quitté le magazine en 2001, j'ai déménagé en Virginie, mais on est restés en contact et on continuait à se voir. Je me rappelle d'une de nos parties de Metal mental Meltdown - une version metal du Trivial Pursuit - que j'ai largement gagnée, comme d'habitude (ce n'est pas juste avec lui, je suis imbattable à ce jeu. C'est une malédiction). Plus tard dans la soirée, il a insisté pour que j'exploite à nouveau mes connaissances ridicules en metal, comme je le faisais pour le magazine. Je ne sais plus si c'est lui qui a eu l'idée que j'écrive un livre sur le metal progressif ou si c'est moi qui en ai parlé le premier, mais c'est venu à ce moment-là. Je comptais déjà écrire un livre après mon départ de Maniacs, et j'avais pas mal de projets en 2001, mais tout est tombé à l'eau, soit parce que j'abandonnais, soit parce que ça finissait par tomber à l'eau. Quand Ian a annoncé la formation de Bazillion Points début 2008, je lui ai envoyé un mail et je lui ai dit « Si jamais tu veux publier le premier livre traitant du metal progressif, je connais un auteur partant pour l'écrire ». Il m'a répondu immédiatement et m'a dit « J'ai un numéro ISBN avec ton nom dessus ». À ce moment là, je n'avais pas écrit une seule ligne. J'ai donc proposé un livre documentaire en lui exposant les idées principales, et on est partis de là.

Voivod

Je trouve ça marrant que dans ta préface, tu préviennes les lecteurs que les groupes de métal progressif ne sont pas tous évoqués dans le livre, alors que le livre est plutôt exhaustif. Tu penses vraiment ne pas avoir tout dit dans ce bouquin ?

À vrai dire, je pense que j'ai été assez loin. Il y a beaucoup d'autres groupes que j'aurais pu inclure, mais je ne l'ai pas fait. Je voulais m'assurer que le livre soit lisible et ne pas balancer plein de noms de groupes juste pour le plaisir. Je ne voulais pas que ça devienne une encyclopédie très sèche. C'était une publication qui peut paraître un peu intimidante (même pour les fans occasionnels de métal), mais certaines personnes qui n'écoutaient pas du tout ce genre de musique m'ont dit que le livre se lisait bien et que l'histoire était assez fluide. Je pense que j'ai accompli mon objectif, qui était de rendre le livre lisible pour les novices, tout en offrant quelque chose de nouveau à des fans invétérés.

Tes amis ne t'ont jamais reproché d'être trop enthousiaste pour ce genre de musique ?

Je ne pense pas être un « métalleux progressif », mais pour autant, je n'aime pas la connotation péjorative du métalleux stéréotypé de type Beavis et Butthead. Je suis un grand fan de metal, et j'en suis fier. J'aimerais être clair là-dessus, je n'écoute pas que du metal progressif. Ceci dit, c'est un genre de musique réellement fascinant. Je ne me suis jamais limité à un sous-genre de metal, même s'il y a eu bien plus de mauvais groupes que de bons (et c'est probablement pareil partout). Aussi, j'écoute plein de musique autres que le metal, des choses qui pourraient surprendre ceux qui me voient comme un « métalleux ». Les métalleux sont supposés détester tous les autres genres musicaux, non ? On m'a souvent vanné sur ça au lycée et à la fac, mais ça ne m'a jamais réellement touché. Les gens qui ont pris le temps de vraiment me connaître on vite compris que j'étais très attaché à la musique que j'écoutais, et je ne pense pas qu'on puisse reprocher ça à qui que ce soit. Si une musique te plaît, tu te fiches de ce que pensent les autres.

Arcturus

Aujourd'hui, tous les mecs à pantalons serrés s'intéressent au black metal. D'après toi, où se situe le metal progressif dans le metal et la culture populaire en général ?

Je ne m'intéresse pas aux gens qui écoutent un certain genre de musique parce que c'est dans la tendance du moment. C'est comme les hipsters qui boivent du Pabst Blue Ribbon parce que c'est en vogue, plutôt que pour sa qualité. D'ailleurs, cette bière est dégueulasse. Donc j'espère que les gens écoutent cette musique parce qu'ils l'aiment vraiment. Le metal progressif et sa position dans la culture populaire ne m'intéressent pas trop. Je me suis toujours dit que des groupes comme Arcturus, Pain of Salvation ou Maudlin of the Well pouvaient plaire à des gens en quête d'une musique aventureuse et intéressante, mais les gens ne leur donnent pas leur chance. Probablement parce qu'il s'agit de groupes de metal et qu'il n'y a aucune chance qu'ils sortent de leur sous-culture. En ce qui concerne la deuxième partie de la question : selon moi, le metal progressif ne se défini par en fonction d'un style particulier, mais plutôt par une façon d'incorporer de nombreuses influences très variées, des techniques innovantes et de grandes idées dans la musique metal. J'aime bien Fates Warning et Opeth, mais je ne suis pas un grand fan de Therion et Meshuggah, même si ce sont tous des groupes de metal, qu'on peut considérer comme progressifs. Dream Theater, c'est vraiment du metal progressif, mais des groupes comme Celtic Frost et Mayhem ont aussi enregistré des albums très progressifs à une certaine époque, et ça n'a rien à voir. Pour conclure la longue réponse à cette question intéressante, je dirais que le metal est très important et fait partie intégrante de la musique. C'est aux gens de décider quelle est sa place dans la culture populaire. Je n'ai jamais aimé lire de livres sur le sujet, et je n'avais aucune envie d'en écrire un. Pour moi, tout se passe entre l'auditeur et la musique. Mean Deviation, au final, font juste de la musique, ils ne questionnent pas sa pertinence sociologique et n'exposent aucune théorie futile.

Watchtower en Allemagne, 2000

Il y a quelque chose que tu aimerais changer, maintenant que le livre est publié ?

Oui, depuis le jour où j'ai écrit le dernier mot. Je te jure qu'un jour après l'envoi à l'impression, Mike Portnoy s'est cassé de Dream Theater. C'est fou, putain. Du coup, cet événement hyper important n'est pas évoqué dans le bouquin. Psychotic Waltz et Coroner se sont reformés depuis - ce n'est pas dans le livre non plus. Mais pour être plus réaliste, il y a quelques petites choses que je changerais, des structures que je n'aime pas, et quelques bourdes qu'on va réparer pour la deuxième impression. Peut-être que j'aurais dû un peu plus parler d'Amorphis, que j'aurais dû limiter le passage sur Atrocity à quelques phrases, mais à part ça, je suis assez content du résultat. C'était une grosse tâche d'organiser tous ces groupes et ce qui touche à ma définition libérale du metal progressif, mais je pense m'en être à peu près bien sorti.

Quels sont les groupes d'aujourd'hui qui font du metal progressif ?

Dans les groupes plus récents, il y a Between the Buried and Me, Hammers of Misfortune, Gonin-Ish, Canvas Solaris, Sculptured, Egoist. Il y a quelques vieux groupes qui font encore de très bonnes choses, comme Opeth, Enslaved, Cynic et Atheist. J'attends avec impatience le prochain album de Watchtower, qui s'appellera Mathematics.

Et pour finir, c'est qui le mec le plus cool de Crimson Glory ?

Midnight. Sa voix est incroyable. J'aurais aimé que son alcoolisme ne le tue pas.

http://www.bazillionpoints.com/progress/

[audio:http://vicerecords.com/download/ScreaminginDigital.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/fateswarningpartofhtemachine.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/panicattack.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/watchtowermayday.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/voivod.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/thirdeye.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/cosmicsea.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/cynicfocushowcould I.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/spinning.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/ayreontowerofhope.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/handfulofnothing.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/earthday.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/jagandvem.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/alone.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/inthewoodsomnioiamyourflesh.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/combustion.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/hexomega.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/allbeautiful.mp3, http://vicerecords.com/download/prog mix/informalgluttonysammael.mp3]

VICELAND PROG METAL MIXTAPE

Queensrÿche – "Screaming in Digital" (issu de Rage for Order, 1986)
Fates Warning – "Part of the Machine" (issu de Perfect Symmetry, 1989)
Dream Theater – "Panic Attack" (issu de Octavarium, 2005)
Watchtower – "Mayday in Kiev" (issu de Control and Resistance, 1989)
Voivod – "Experiment" (issu de Dimension: Hatross, 1988)
Thought Industry – "Third Eye" (issu de Songs for Insects, 1992)
Death – "Cosmic Sea" (issu de Human, 1991)
Cynic – "How Could I" (issu de Focus, 1993)
Spiral Architect – "Spinning" (issu de A Sceptic's Universe, 2000)
Ayreon – "Tower of Hope" (issu de Into the Electric Castle, 1998)
Pain of Salvation – "Handful of Nothing" (issu de One Hour by the Concrete Lake, 1998)
Devin Townsend – "Earth Day" (issu de Terria, 2001)
Pan-Thy-Monium – "Jag & Vem" (issu de Khaooohs, 1993)
Arcturus – "Alone" (issu de La Masquerade Infernale, 1997)
In the Woods – "I Am Your Flesh" (issu de Omnio, 1997)
Meshuggah – "Combustion" (issu de Obzen, 2008)
Opeth – "Hex Omega" (issu de Watershed, 2008)
Maudlin of the Well – "They Aren't All Beautiful" (issu de Bath, 2001)
Between the Buried and Me – "Informal Gluttony" (issu de Colors, 2007)

TONY RETTMAN