Le Hellfest selon mes parents

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Hellfest est le plus grand rassemblement de cheveux longs de France derrière les filières technologiques du lycée.

|
20 Juillet 2012, 9:17am

Photos : Basile et son Jetable, Julio Oficada

Du 15 au 17 juin dernier, je me suis rendu au Hellfest pour la troisième année consécutive. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Hellfest est le plus grand rassemblement de cheveux longs de France derrière les filières technologiques du lycée. Entre deux concerts de Megadeth et Biohazard, mes potes ont pris des photos de ce festival qui est une sorte de rêve éveillé de 72 heures pour tout metalhead français qui se respecte.

J'ai reçu les photos du truc un week-end où j'étais avec mes parents, Daniel et Madeleine, tous deux instituteurs à la retraite. En matant le truc, ils ont pensé que j’étais rentré dans un culte satanique, et j’ai dû prendre le temps de leur expliquer que je n'écrivais pas des poèmes à la gloire du Grand Bélier avec mon propre sang. J'en ai profité pour leur demander ce qu'ils pensaient de la gueule des mecs que j'ai croisés là-bas, et je vous ai compilé leurs réactions.

Madeleine : Mais non c'est pas une rave, attends... Ah si, peut-être quand même.
Daniel : C’est ça le Hellfest ?
Madeleine : Ah, donc c'était y'a pas longtemps. T'es allé là-bas ? Ils font le signe du diable, « Hell ».
Daniel : Hell, c'est le Diable, c'est l'enfer.
Madeleine : On faisait déjà ça quand j'étais à l'école. On était déjà métal avant eux, nous.

Madeleine : Ça, c'est pas malin. Ils ont pensé au casque, mais je sais pas si c'est bien pour les oreilles du petit.
Daniel : Pourtant les parents sont beaux. Quand est-ce que tu nous fais un petit-fils, Loïg ?
VICE : Je sais pas, papa.

Madeleine : C'est flou, là. T'as bougé ? J'aimerais pas être coincée là-dedans, c'est beaucoup trop serré.
Daniel : C'est ça la fameuse danse où il faut se bousculer ? Je ne comprends pas l'intérêt.
Madeleine : J’espère que t’as pas fait ça, c’est très violent ! Pense un peu à tes lunettes !

Daniel : Lui, on dirait celui qui est mort, là... La soupe aux choux...
Madeleine : Coluche ?
Daniel : Mais non, tu sais, Jacques Villeret.
Madeleine : Ah je trouve qu'il ressemble plus à Coluche, moi. Tu sais, quand on était allés voir le Splendid à l'Olympia, quand il faisait le diable.
Daniel : Bah lui aussi il fait le signe du diable.

Madeleine : Ah bravo, bande de malins, hein. Pff c'est du déjà-vu, franchement. Vous avez rien trouvé de plus original ?
Daniel : Non, mais c'est bien, tu vois, ils acceptent tout le monde dans ce festival. C'est ouvert à tous, même à ceux à qui il en manque un peu, ah ah.

Daniel : Ouh la. Je pense pas qu’ils soient vraiment catho.
Madeleine : Rien que le symbole, ça m'agace. On est dans un pays laïc, non mais.
Daniel : C’est vrai que le symbole n'est pas bon. Là, c'est trop. S'ils sont en guerre contre Jésus, pourquoi ils ont fait une croix alors ? Ce n’est pas très cohérent de leur part.

Daniel : Assortiment de rose !
Madeleine : Ça doit prendre beaucoup de temps pour entretenir une crête comme ça. Je me demande combien il dépense comme argent tous les mois pour sa coupe de cheveux, mais j'aimerais autant que tu portes jamais ça, hein Loïg ?
VICE : OK, maman.
Daniel : Avec cette coupe, tu pourrais jamais trouver un travail sérieux.

Madeleine : Ah la vache, qui a cousu tous ces trucs ?
Daniel : J’ai l’impression que c'est eux-mêmes.
Madeleine : Bah y'a du boulot de couture, tout de même. Respect.
Daniel : Je connais pas les groupes par contre. Ah si, Metallica, oui. C'est des vieux, non ?

Daniel : Ah, superbe.
Madeleine : Elle a un beau chapeau. Elle porte le signe de la paix, peace and love. Ça me rappelle ma jeunesse, quand j’étais baba cool. Lui en revanche, il a l'air méchant.
Daniel : Roooh mais non, c'est juste qu'il a besoin de s'affirmer. Ceux qui n'en ont pas besoin, ils sont habillés comme tout le monde.
Madeleine : Je ne sais pas ce qu’ils font ensemble. Pour moi c'est un déguisement, ça. Tu te balades dans la rue comme ça, je suis sûre que tu te fais arrêter.

Madeleine : Ah, ce n'est pas leur place aux gosses, ce genre d’endroits.
Daniel : Même aux Vieilles Charrues, ça me choque de voir des petits enfants.
Madeleine : T'as beau avoir un casque, y'a quand même des risques. Et puis ça sert à rien de grandir si t'as déjà tout fait avant. La fille fait un peu lolita, mais la dame fait assez vieux jeu. Elle a un look très ordinaire. Même ma mère ne met plus ça depuis la fin de la dernière guerre.
Daniel : Boah, elle est pas mal habillée. Mais c'est marrant de voir des filles en jupe ou en robe dans un festival de sauvageons.
Madeleine : D'ailleurs, c'est marrant, on a vu presque que des mecs à votre truc. Y'a pas beaucoup de filles ; c’est pas en allant dans ce genre d’endroit qu’on aura une belle fille.
VICE : Ouais.
Daniel : Mais c'est bien qu'il y ait un drapeau breton. Dans tous les festivals, y'a toujours un gars avec un drapeau breton.

Daniel : Ça, ce sont de faux kilts. Ils sont mal tenus, le tissu est moche. C’est pas des vrais bretons ces types-là.
Madeleine : Ouais c'est des faux. Normalement ça plisse pas comme ça. Ils sont tout flagada, les leurs. Où on a rangé les nôtres, au fait ?
Daniel : En haut, dans la chambre d’amis.

Daniel : Ah, les tatouages. Tous les jeunes de nos jours, ils cherchent à se faire remarquer. C’est du vin qu’il boit là ?
Madeleine : Je crois que c'est de la vodka, j'ai déjà vu cette bouteille au supermarché, elle était en promo. Comment il a fait pour faire rentrer de l'alcool sur le site ? Toute cette quantité d'alcool, ça me fait peur. T’as pas bu comme lui, hein Loïg ? T’as pas vomi non plus ?
Daniel : Bon, c’est juste des jeunes qui s’amusent, ça casse pas trois pattes à un canard. On voit très bien qu’ils sont complètement inoffensifs.

Madeleine : Celui-là, il a presque l'air gentil. Il a beau se forcer, ça marche pas, on a envie de lui faire des bisous. Si je me retrouvais coincée au milieu de la foule, j'aurais très peur. C’est un des seuls trucs qui me fait peur, les mouvements de foule. L'autre jour, on se promenait, et on a croisé un type avec un fusil sur l'épaule et trois sacs dans les mains. Bah j’ai même pas eu peur, même si quand on est rentrés, la gendarmerie est venue nous poser des questions, parce que des voisins avaient signalé ce type bizarre qui se baladait dans le coin. Je t’avais pas dit, Loïg ?
VICE : Non, maman.
Madeleine : Si tu nous appelais plus souvent, tu serais au courant. Il aurait pu nous tuer, qui sait.
Daniel : Enfin bon, moi ce que je vois surtout dans ces photos, c’est qu’il n'y a toujours pas une seule nana à l’horizon.

Plus de metal :

HEAVY METAL IN BAGHDAD

LES PHOTOS DE PRESSE RIDICULES DES GROUPES LES PLUS VIOLENTS DU MONDE

ON THE ROAD

PLEIN DE T-SHIRTS SLAYER