Des cerfs-volants fourniront bientôt l’énergie électrique de l'Écosse

D’ici 2025, des cerfs-volants exploitant le jet stream fourniront toute une région de l’Écosse en électricité, diminuant le coût de l'énergie éolienne d'environ 50%.
11.10.16

Les cerfs-volants ne sont pas seulement des gracieux jouets de toile qui glissent sur les courants aériens lorsque le temps est favorable. D'ici 2025, ils fourniront l'électricité de toute une région de l'Écosse.

Un réseau de centrales électriques à 500 kilowatts alimentées par cerfs-volants va bientôt être implanté sur le site de West Freugh Range du Ministère de la Défense écossais, près de la ville de Stranraer.

Même Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, estime que le cerf-volant est « la solution du futur. » Les systèmes électriques alimentés par cerfs-volants, ou kytoons (mot-valise réunissant kite et balloon), exploitent le jet stream, le courant d'air rapide qui circule dans l'atmosphère terrestre à 6000 mètres d'altitude environ. Les cerfs-volants travaillent de manière coordonnée : lorsque l'un descend, l'autre monte, afin que l'électricité soit générée en continu.

Kite Power Solutions, la société britannique chargée d'installer le système, estime qu'il sera possible de générer des centaines de mégawatts d'énergie de cette façon d'ici neuf ans. Elle estime que les coûts fixes seront si faibles qu'il sera possible de se passer de subventions gouvernementales, ce qui est extrêmement rare dans le cadre d'un projet d'énergie renouvelable.

David Ainsworth, le directeur du développement des affaires de Kite Power Solutions, a déclaré à The Independent que le projet permettra de fixer des « tarifs énergétiques libres, » même s'il sera soutenu par la compagnie pétrolière Royal Dutch Shell et le gouvernement du Royaume-Uni. Cette technologie pourrait réduire le coût de l'énergie éolienne offshore d'environ 50%.

Les techniques traditionnelles utilisant des éoliennes nécessitent un apport d'énergie supplémentaire afin de maintenir les cerfs-volants droits au-dessus de la mer, ce qui génère des coûts additionnels. « On parle d'environ 10 centimes d'euro par kilowattheure ; nous allons réduire ce coût de moitié, » a déclaré Ainsworth.

Les cerfs-volants coûtent beaucoup moins cher que les éoliennes, notamment parce qu'ils flottent jusqu'à 450 mètres au-dessus de la mer en effectuant des mouvements en 8, tirant une attache fixée à une éolienne afin de produire de l'électricité. « Nos systèmes se contentent de flotter librement ; or, le coût de l'amarrage et de l'entretien du cerf-volant est beaucoup plus faible que celui d'une éolienne offshore, » explique Ainsworth.

Les cerfs-volants mesureront environ 40 mètres de large et seront capables de générer deux à trois mégawatts d'électricité chacun, c'est-à-dire l'équivalent d'une éolienne de 100 mètres de haut. Par ailleurs, l'Ecosse est un pays plutôt venteux. Ainsworth estime que les kytoons seront parfois incapables de produire de l'énergie par manque de vent, mais pas plus de 10 jours par an. Lorsque cela se produira, un énorme ventilateur permettra de maintenir les cerfs-volants en altitude jusqu'à ce que le vent se lève.

« Cette technologie nous offre la perspective d'une nouvelle façon d'exploiter le vent, et notamment dans les endroits où il serait impossible de maintenir un pac éolien, » déclare Lang Banks, directeur de WWF Ecosse. « En plus de réduire le coût de l'énergie, cette technologie pourrait nous aider à mettre fin à la dépendance aux énergies fossiles dans le contexte du changement climatique. »