La petite ville espagnole de Burgos est en ébullition

FYI.

This story is over 5 years old.

News

La petite ville espagnole de Burgos est en ébullition

Et le gouvernement a envoyé des troupes pour éviter la « contagion ».
16.1.14

Il y a encore une semaine, Burgos, une ville du nord de l'Espagne, n'était connue que pour une sorte de boudin noir fait de riz, de sang et de graisse animale.

Mais depuis vendredi dernier, la ville fait les gros titres des journaux pour une raison beaucoup moins gastronomique : une manifestation contre la construction d'une nouvelle voie au cœur de Gamonal – l'un des plus anciens quartiers populaires de la ville –, qui a vite tourné court. Des équipements du chantier ont été utilisés comme projectiles, des fenêtres de banques ont volé en éclats et des affrontements ont eu lieu entre les manifestants en survêtement et les CRS venus de la ville de Valladolid pour l'occasion.

Publicité

Le bilan du premier jour d'émeute faisait état de 19 arrestations. Mais, ce que personne n'avait prévu, c'est que les émeutes continueraient les jours suivants, transformant ainsi le centre-ville en zone de non-droit et donnant aux journalistes l'occasion d'utiliser les mots « Homs » et « Alep » comme grenades hyperboliques.

Fait intéressant : alors que les émeutes se prolongeaient, le ton des articles de presse a changé. Si les premières dépêches se focalisaient surtout sur les arrestations et les actes de vandalisme, les articles qui ont suivi ont pris la peine de répercuter les revendications des manifestants. Dans un pays en crise comme l'Espagne, de telles manifestations locales ne sont pas sans importance à l'échelle nationale.

Dans le quartier de Gamonal, les habitants ont tendance à s’accorder avec les manifestants sur le fond de leurs revendications. Bien que tout le monde condamne la violence, ces condamnations sont souvent suivies d’un « peut-être que maintenant nous serons entendus ». Raul Salinero, conseiller de la coalition de centre-gauche, Izquierda Unida, a déclaré à El Pais que les manifestations « sont le résultat d'une exaspération. Nous essayons depuis des mois de parler du problème avec le maire ; cela n'a eu aucun résultat. »

Le « problème » en question est un investissement de 8 millions d'euros par le gouvernement conservateur local dans un projet qui servirait uniquement à embellir le quartier. L’entreprise qui a décroché le marché est dirigée par Antonio Mendez Pozo, surnommé « le cacique » par les habitants. Entrepreneur dans la construction, Pozo est aussi le président de la Chambre de commerce de la ville et le propriétaire du journal local El Diaro de Burgos. Avec un tel contrat tombant comme par magie entre les mains d'un tel homme, il n'est pas vraiment étonnant que les habitants du coin râlent.

Publicité

Bien qu'une telle violence – continue, coordonnée – soit pratiquement sans précédent en Espagne, le cas de Gamonal n'a rien de singulier. C'est un quartier populaire d'une ville de province dans lequel les habitants se sentent ignorés et non représentés dans le paysage politique du pays. Aujourd’hui, grâce aux manifestations, le gouvernement local les écoute, mais aussi le pays dans son ensemble.

Lundi dernier, le gouvernement a annoncé qu'il enverrait une unité supplémentaire de 100 policiers anti-émeutes dans la ville afin de restaurer l'ordre et d'éviter la « contagion ». Bien que les autorités fassent référence à d'autres quartiers de la ville, quelque chose me dit qu'elles s'inquiètent du problème à plus grande échelle. Et elles ont raison, car l'éruption d'émeutes dans des villes du même genre n'aurait rien de surprenant.

Guillermo Rivas Pacheco a participé à la rédaction de cet article

Suivez Paul sur Twitter : @pauldotsimon