FYI.

This story is over 5 years old.

Sexe

Issei Sagawa

Voici la deuxième partie du documentaire qu'on a consacré à l'histoire pour le moins déconcertante d'un meurtrier cannibale relâché par la justice française et renvoyé dans son Japon natal. On vous prévient : ça secoue.
18 novembre 2010, 12:00am

L’après-midi du 11 juin 1981, un Japonais du nom d’Issei Sagawa marche pepax dans le bois de Boulogne, deux valises à la main. Le contenu de ces valises, pour le plus grand malheur du joggeur qui les découvre, est le corps démembré de Renée Hartevelt, une jeune hollandaise que Sagawa a tuée par balles trois jours auparavant – il a passé les trois jours suivants à en manger des morceaux choisis, avant de se débarrasser des restes.

Des témoins l’avaient aperçu, il a rapidement été arrêté. Il aurait déclaré aux policiers qui ont fait irruption chez lui : « Je l’ai tuée pour manger sa chair. » Pendant la perquisition, des morceaux de Renée ont été retrouvés au frigo.

Les experts psychiatriques français l’ont déclaré fou au moment du crime et, par conséquent, inapte au procès. Ce mangeur de jeunes filles innocentes a rapidement été extradé dans son pays natal. Se sont ensuivis des rebondissements légaux et des rapports psychiatriques étranges – et peut-être un peu trop pratiques. Issei s'est finalement vu déclarer "sain d'esprit, mais diabolique" par les experts.

Le 12 août 1986, Sagawa a été relâché par l'hôpital psychiatrique de Matsuzawa, à Tokyo : depuis, c'est un homme libre.

Et c'est là que la vraie histoire commence. VBS est allé à sa rencontre pour lui demander comment s'étaient passées ces vingt-cinq dernières années.