Crime

En Photos : Chaos en Croatie

Voici ce que nous avons vu dans le goulet d’étranglement des Balkans, où migrants et réfugiés se retrouvent coincés.
21 septembre 2015, 10:50am
Photo par Harriet Salem

VICE News regroupe ses articles sur la crise migratoire mondiale sur son blog «Migrants »

Plus de 20 000 migrants et réfugiés ont afflué en Croatie en moins de 48 heures après que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Serbie jeudi.

Le chaos continuait de régner aux frontières de l'Europe samedi, avec plusieurs dizaines de milliers de migrants et de réfugiés venus de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan, essayant de traverser les frontières désormais fermées des pays des Balkans — devenus un véritable goulet d'étranglement — en direction de régions plus au Nord en Europe.

Plus de 20 000 personnes ont afflué en Croatie en moins de 48 heures après que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Serbie jeudi, en érigeant une barrière de barbelés et lançant du gaz lacrymogène sur les migrants qui attendaient devant.

La plupart des migrants et des réfugiés ont été enregistrés dans la capitale de Croatie, Zagreb, où on leur a remis un papier leur indiquant qu'ils devaient quitter le territoire sous 30 jours. La Croatie est seulement une étape pour nombre de gens, mais ils s'y retrouvent coincés après que les autorités hongroises et slovènes ont tenté d'empêcher les migrants d'utiliser leur pays comme un corridor vers l'Autriche et l'Allemagne.

Photo par Harriet Salem / VICE News

Pour contenir cette pression migratoire, la Croatie a fermé son point de passage officiel avec la Serbie, mais il semble impossible d'empêcher les gens de traverser illégalement à travers la frontière poreuse, constituée de champs et de forêts séparant les deux pays.

Sur la frontière à l'Est de la Croatie, samedi, la police antiémeute slovène a fait face aux migrants, alors que des centaines de personnes tentaient de passer à travers les barricades de métal qui séparent les deux pays.

Des familles, des femmes et des enfants, ont peu à peu été autorisées à traverser par le point de passage situé dans le village croate d'Harmica, plus de 30 kilomètres à l'ouest de Zagreb, mais les esprits se sont échauffés lorsque des familles ont été séparées et qu'une rumeur selon laquelle la police pourrait à nouveau fermer la route vers le nord s'est répandue.

Photo par Harriet Salem / VICE News

Une fois en Slovénie, les migrants sont techniquement à l'intérieur de la zone de libre circulation de l'Union européenne (espace Schengen), mais certains pays, y compris l'Autriche, ont réintroduit des contrôles à leurs frontières au cours de la crise.

Le manque d'information et des politiques changeantes ont déclenché la panique parmi les réfugiés.

Au point de passage d'Harmica, un village croate situé à la frontière avec la Slovénie, Iman, un jeune marié de 27 ans qui travaillait comme compositeur, fraîchement diplômé de l'université de droit de Damas, a dit à VICE News que de nombreuses personnes étaient « effrayées à l'idée que la frontière soit à nouveau fermée. »

« Les Syriens ont vécu la guerre, ils sont traumatisés. On ne peut pas retourner en Syrie, nous avons passé des jours sur la route et nous ne savons pas si à la fin nous aurons un nouveau chez nous. Tous les jours on nous dit quelque chose de différent — que la frontière est fermée ou ouverte — et plus personne ne sait ce qui est vrai, » nous a-t-il dit.

Iman nous présente sa femme et se met à plaisanter, « C'est notre lune de miel, nous nous sommes mariés il y a deux semaines et nous avons espoir. »

Photo par Harriet Salem / VICE News

D'autres serrent contre eux des enfants en pleurs pris au milieu du fracas. Un homme supplie pour que sa femme, dont la grossesse est très avancée, puisse passer derrière la barricade, afin d'échapper à la foule qui se presse contre les barrières. De l'autre côté de la ligne, la police demande à la foule avec un mégaphone de reculer et d' « empêcher les enfants d'êtres blessés. »

La fermeture des frontières a déclenché une tension diplomatique entre la Croatie et la Hongrie, qui s'accusent mutuellement d'esquiver leurs responsabilités dans la crise.

Vendredi soir, la Croatie a commencé à acheminer des centaines de réfugiés par bus jusqu'à la frontière hongroise, pour « forcer » son voisin à laisser passer les gens, et qualifiant la gestion de la crise par la Hongrie de « pathétique ».

Photo par Harriet Salem / VICE News

« Nous ne pouvons pas enregistrer et héberger ces personnes plus longtemps, » a déclaré le Premier ministre croate Zoran Milanovic à des journalistes samedi. « Il n'y a pas d'accord avec la Hongrie [pour qu'elle prenne en charge ces migrants]. Nous l'avons forcée en envoyant les gens ici à la frontière. Et nous continuerons de le faire. »

Alors que la Hongrie a autorisé quelques bus à passer au point de Beremend (sud-est de la Hongrie, à la frontière avec la Croatie), un train venu de Croatie transportant plus de 1 000 migrants à travers la frontière a été stoppé vendredi après-midi, et les passagers ont été arrêtés.

En réponse à cette pression, la Hongrie a accusé la Croatie de violer les règles de l'Union européenne.

Photo par Harriet Salem / VICE News

Lors d' une conférence de presse à Budapest, le ministre des Affaires étrangères Péter Szijjártó a déclaré que la Croatie avait « menti » et « violé la souveraineté de la Hongrie. »

« Au lieu de prendre des dispositions honnêtes pour les immigrés, la Croatie les envoie directement en Hongrie, » a-t-il déclaré à des journalistes. « Quel genre de solidarité européenne est-ce ? Encore une fois, la Hongrie a été livrée à elle-même. Nous allons défendre l'Union européenne, les frontières de l'espace Schengen, et nous allons défendre la Hongrie en accord avec les règles européennes. »

À la radio hongroise InfoRadio, l'ancien conseiller du Premier ministre hongrois Antal Rogan a déclaré que la crise avait montré que la Croatie n'était pas prête à être membre de l'espace de libre circulation européen. « Si la Croatie lève la main et dit "non je ne veux pas défendre les frontières", alors la Hongrie peut seulement répondre qu'elle n'est pas prête à rejoindre l'espace Schengen lorsque le moment sera venu de décider, » a-t-il dit.

Photo par Harriet Salem / VICE News

Beaucoup de ceux qui ont réussi à traverser la Slovénie et la Hongrie se dépêchent maintenant d'aller en Autriche. Plus de 6 700 personnes sont arrivées à la frontière entre vendredi et samedi. La police réclamerait des documents de voyage.

Selon l'organisation internationale pour les migrations (OIM), près d'un demi-million de migrants ont traversé la Méditerranée vers l'Europe jusqu'à présent cette année. C'est le plus grand mouvement de population sur le continent depuis la Seconde guerre mondiale.

Suivez Harriet sur Twitter @HarrietSalem