Publicité
Tech by VICE

Au coeur du projet Hyperloop à Dubaï

La ville de Dubaï compte bien être la première à matérialiser le fantasme Hyperloop d'Elon Musk.

par Sudeshna Ghosh
16 Décembre 2016, 8:00am

Dubaï a la ferme intention de se doter dans les plus brefs délais d'un Hyperloop semblable à celui conçu par Elon Musk. Si la première ville des Émirats arabes unis parvient à ses fins, des capsules individuelles futuristes siffleront bientôt entre les immeubles et les dunes de sable, se déplaçant plus vite qu'une voiture, un train ou un avion.

Il y a quelques mois encore, l'Hyperloop était un concept vaguement sci-fi qui ne semblait pas destiné à dépasser le cadre du Power Point. Aujourd'hui, il s'est matérialisé en un projet concret qui pourra peut-être voir le jour dans les cinq prochaines années, au coeur d'une ville qui a fait du marketing futuriste une spécialité avec le soutien du gouvernement émirati.

Pendant que d'autres pôles d'innovation se heurtent à une volonté politique incertaine, cette jeune ville des Émirats arabes unis s'appuie sur la vision du dirigeant Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, qui souhaite en faire « la ville la plus innovante au monde, en sept ans. » (Vous vous souvenez peut-être que Peter Diamandis, fondateur du XPrize et de plusieurs sociétés spatiales, avait déclaré qu'il était partant pour investir dans l'Hyperloop).

Hyperloop One—l'une des principales entreprises qui travaille à matérialiser l'idée d'Elon Musk—a annoncé récemment qu'elle développait un système de transport destiné à réduire drastiquement le temps de trajet entre Dubai et Abu Dhabi, la faisant passer de 90 à 12 minutes (pour une distance de 104 km).

Concept de l'Hyperloop de Dubai. Image: Hyperloop One

La société travaille en étroite collaboration avec la Direction et du Transport de Dubaï (RTA), un partenariat facilité par la Dubai Future Foundation, une organisation "entremetteuse" dédiée à l'innovation et à l'investissement. Colin Rhys, directeur de création chez Hyperloop One, a expliqué à Motherboard que "ce projet est notre priorité numéro un pour le moment. Un projet de cette ampleur exige une vision d'ensemble, et c'est ce que nous avons trouvé ici, à Dubaï."

Le prototype en cours de fabrication répond davantage à une exigence d'utilité qu'à une vision utopique. Il sera organisé autour d'un système de déplacement point à point entre des hyperports. Il est fort possible qu'il devienne, dans quelques années, le premier système Hyperloop en fonctionnement, avec des navettes circulant à 1100 km/h, c'est-à-dire 200km/h de plus qu'un avion de ligne.

Le projet, conçu par le Bjarke Ingels Group (à l'origine des deux tours du World Trade Centre à New York), entend révolutionner la manière dont on envisage le transport de personnes, et nous amener à repenser notre conception du temps.

Décrit comme une forme de "haut débit pour corps humain", l'Hyperloop consistera non seulement à couvrir des longues distances en un temps incroyablement court, mais également à assurer une haute connectivité entre les lieux et les personnes.

Les capsules de transport Hyperloop. Image: Hyperloop One

Les acteurs du projet espèrent que ce mode de transport permettra au public de multiplier les rendez-vous professionnels de visu et les événements sociaux. Hyperloop One entend utiliser des capsules passagers individuelles afin de transporter les personnes de porte à porte, grâce à un système qui s'intègre parfaitement au réseau routier existant : le but est de rendre les individus parfaitement autonomes. Dubaï et Abu Dhabi sont des économies émergentes, et considérées comme des pôles d'affaires internationaux au Moyen-Orient. Les activités économiques des deux villes se diversifient rapidement, et de nombreux résidents vivent et travaillent dans les villes voisines, ce qui se traduit par des déplacements quotidiens de plusieurs heures.

Rhys a déclaré que le défi n'était pas uniquement de nature technologique, mais reposait avant tout sur l'architecture du système à mettre en place. À terme, le terme du billet de transport Hyperloop devra être équivalent à celui d'un billet d'un système de transport public lambda. "L'idée n'est pas d'en faire une infrastructure de luxe", explique-t-il.

Illustration of Hyperloop station or port. Image: Hyperloop One

En plus du problème du prix, le principal obstacle à l'intégration de l'infrastructure est de nature environnementale. C'est là que le partenariat avec l'agence de transports de Dubai prend son importance. Saif Al Aleeli, PDG de la Dubai Future Foundation, affirme que Dubaï vise l'objectif d'un total de 25% de transports publics autonomes à l'horizon 2030.

"C'est la première étape de la transformation de Dubaï en ville futuriste," explique-t-il.

Hyperloop One développe également un système de transport de fret Hyperloop dans le Dubai Port, le principal port maritime de la ville (soutenu par DP World, l'autorité portuaire) en parallèle. DP World aurait investi 50 millions de dollars (en obligations convertibles) chez Hyperloop One, qui possède déjà de nombreux investisseurs internationaux.

Concept art de Dubai avec l'infrastructure Hyperloop. Image : Hyperloop One

En octobre, lors du concours international de design Build Earth Live, des équipes du monde entier ont tenté d'inventer un concept d'Hyperloop viable. La compétition, qui a duré 48 heures, a été remportée par l'équipe française Mobius ; les six finalistes sélectionnés ont ensuite conçu un tronçon Hyperloop entre Dubaï et Fujairah (un autre émirat aux EAU).

Dubaï a également annoncé la construction d'un Hyperloop intra-muros qui permettra de desservir le site de l'Expo 2020 (qui se trouve à Jebel Ali, aux frontières de la ville), un tronçon qui sera probablement étendu pour compléter le réseau d'Abou Dhabi par la suite. En attendant, le Département des Affaires Municipales et des Transports (DMAT) d'Abu Dhabi vient de demander à Hyperloop TT (Hyperloop Transportation Technologies) d'entreprendre une étude de faisabilité d'un itinéraire Hyperloop entre la capitale et Al Ain, une petite ville du même émirat.

Dubai a toujours aimé les superlatifs, ce que ne dément pas son slogan "Construisons, ils viendront." L'Hyperloop sera sans doute son ultime trophée.