Lord RayEl, la divinité de l’Internet qui exige d'être vénérée

Jésus est revenu sur Terre, et il est beaucoup moins sympa qu'il y a 2000 ans.
7.6.16
Not Lord RayEl. Image: Shutterstock

« Il est impossible de se protéger de ce qui vient. Vos armées périront. Vos navires sombreront. Vos engins aériens s'écraseront et partiront en flammes. Vos murs de siège et vos remparts s'écrouleront, comme s'ils étaient construits avec de l'éther… »

La vidéo postée par Lord RayEl ressemble à une bande-annonce de film d'action, avec son lot d'explosions et de visions apocalyptiques. La mort, la guerre, la désolation sont illustrées par des vidéos d'archives et des collages de coupures de presse. Un lettrage apparaît sur des cartes de visite, puis l'image d'un homme aux longs cheveux bruns apparait. Il porte une lourde tunique blanche. C'est le même homme dont on entendait la voix au début de la vidéo. Ses yeux sont graves. Il porte les cheveux longs. Son accent a l'air vaguement britannique.

Voici Lord RayEl, qui déclare la guerre à tous les infidèles. Il nous met en garde: « Ceux qui prennent les armes contre nous brûleront pour leurs péchés… »

Par où commencer ? En expliquant que Lord RayEl est arrivé sur Terre par vaisseau spatial, puis a atterri sur Jérusalem ? Que son accent anglais approximatif est probablement simulé ? (On pourrait croire à un mélange entre l'accent officiel de la BBC et celui de Keanu Reeves dans Dracula). Qu'il n'a pas vraiment le titre de Lord, puisqu'il est né sous le nom de Raymond Elwood Howard-Lear ? Ces quelques caractéristiques suffiraient à le faire étiqueter comme « individu dangereux » dans plusieurs pays.

Il faut ajouter à cela qu'il s'annonce comme Jésus Christ revenu sur Terre sous la forme d'une divinité de l'Internet diffusant son message via YouTube, Twitter, et un groupe Facebook baptisé la Congrégation internationale de Lord RayEl.

Vous pouvez l'accepter comme votre dieu en le suivant, en likant ses posts, ou en souscrivant à ses publications. Son site web officiel annonce sobrement : « LE MESSIE EST ARRIVÉ. »

« Les vidéos YouTube sont la clé de l'ascension de Lord RayEl : les regarder, c'est le vénérer de la meilleure façon qui soit. »

Lord RayEl a beaucoup en commun avec le Général Zod dans Superman : les deux exigent la soumission complète de leurs adeptes, et s'expriment en termes autoritaires et vengeurs avec un accent singeant sans succès celui de l'aristocratie britannique. Dans ses vidéos et sur son site, l'homme se fait appeler indifféremment RayEl, Ray-El, et Ra-el (on peut supposer que les url à base de « RayEL » étaient déjà prises). Son enseignement fait appel à l'amour chrétien, à la nécessité de lui donner de l'argent, et à la promotion d'une haine tenace pour le magnat des affaires George Soros (selon RayEl, il s'agit de l'Antéchrist et « du grand marionnettiste du nouvel ordre mondial »).

Pénétrer dans l'univers de Lord RayEl, c'est faire un plongeon dans les profondeurs de l'Internet, parmi les exaltés, les fanatiques, les blogs que personne ne lit et les vidéos que personne ne regarde, ainsi que les sites aux noms plus baroques les uns que les autres : « NewProphecy.net, » « Armageddon Broadcast Network, » et « Mystery of the Iniquity. » Là, vous parcourez des myriades de profils dont l'avatar est un montage Photoshop douteux, avec des effets de flou assortis d'une surimposition blanchâtre censée représenter l'appartenance à l' « Ordre œcuménique du Christ. » Je suppose que ces images sont la récompense que Rayel offre à ses disciples après leur inscription.

RayEl a tout de même récolté plus de 7000 followers sur Twitter, et près de 8000 sur Facebook. Apparemment, de nombreuses personnes ont entendu son appel, ou le suivent pour son côté divertissant. Il s'associe à des personnalités et entités très diverses, comme Wikileaks (Julien Assange aurait prédit la venue de RayEl à travers les codes Wikileaks), les joueurs de la Ligue nationale de football américain (RayEL aurait converti un jeune joueur, Adam Muema, peu de temps après que celui-ci a subi un traumatisme crânien), et, bien évidemment, les Illuminati.

Screenshot de ra-el.org

Lord RayEl n'assigne pas de but particulier à sa religion, hormis l'apocalypse. Il instille la peur dans les esprits de ses adeptes en commentant les phénomènes météorologiques, sans oublier de ponctuer ses discours de cris : « Armageddon armageddon armageddon ! » Il prétend inspirer l'apparition des éruptions solaires, des bruits mystérieux de toutes sortes, et des pluies de cendres volcaniques qui viennent couvrir les âmes pécheresses. Dans une vidéo, il n'hésite pas à affirmer qu'il a également provoqué le printemps arabe. Cependant, son illebse fierté ne l'empêche pas de quémander des retweets à tout-va : « Je veux que ces vidéos deviennent virales. Cessez d'être stupide, et entrez dans mon église. »

Les vidéos YouTube sont la clé de l'ascension de Lord RayEl : les regarder, c'est le vénérer de la meilleure façon qui soit. Il est à la fois un dieu et un producteur de contenu, propageant avec succès la bonne parole sur les réseaux malgré un budget très serré. Mais admirer son œuvre sur Youtube, c'est s'exposer à de cruelles accusations. Lord RayEl vous répètera encore et encore que vous avez tort en toutes choses, et que vous devez suppliez votre écran d'ordinateur pour obtenir le pardon. Chaque vidéo commence par une admonestation : Nous, spectateurs, avons péché. Le ton de RayEl est celui d'un homme exaspéré. Il faut dire qu'il fait de son mieux, mais que malgré tout, la cohorte des incroyants refuse d'écouter ses paroles. Dans ces conditions, il n'a d'autre choix que de les couvrir de cendre volcanique.

La vengeance est un thème récurrent des discours de Lord RayEl. « Vous étiez prévenus, » « Colère, » « Lord RayEl VS l'Antéchrist Obama, la guerre a commencé, » sont autant de titres de vidéos fracassants que l'on découvre avec bonheur en parcourant sa chaine. Généralement les commentaires sont désactivés, afin de ne pas vous distraire dans votre contemplation. Cela tombe bien, on peut rester des heures devant ses vidéos. J'en fait une playlist pour votre agrément, utilisez-la à bon escient.

L'esthétique de RayEl n'est pas très soignée ; elle est même carrément mémifiable. Il se pourrait bien que RayEl soit la première divinité vaporwave ayant foulé le sol de l'Internet. Il apprécie particulièrement la batterie et les chœurs célestes, les effets d'écho, et les métaphores exaltées. Certaines de ses vidéos n'auraient pas déparé le film épique Son of God (2014). Enfin, RayEl menace de retirer certaines vidéos YouTube en cas de mécontentement, entre deux décodages de la Torah.

J'ai envoyé les commentaires de RayEl sur la Torah à la journaliste Rebecca Griffin, qui parle et lit l'hébreu. Elle m'a confié que la compréhension de RayEl de cette langue semblait très limitée. « Il assemble les mots de manière très hasardeuse. Il a même traduit un mot par 'truisme' alors qu'il signifie en fait 'je vais tuer'. La racine de vérité, en hébreu, est אמת.

Mort = מת, et le א est un préfixe marquant le futur. Le י fait partie du verbe. Donc oui, il n'a aucune idée de ce qu'il raconte. »

« Aussi longtemps qu'il y aura des catastrophes naturelles, il pourra fournir la 'preuve' qu'il les provoque lui-même. »

J'ai entendu parler de Lord RayEl pour la première fois dans un épisode du Dernier podcast sur la gauche, que vous devez absolument écouter si vous aimez les anecdotes étranges et un peu effrayantes. Aussi, j'ai demandé Marcus Parks, l'un des animateurs, s'il avait eu des réactions des disciples de RayEl.

« Oui, et c'était très bizarre. Quelques-uns se sont pointés à l'une de nos émissions en public, qui ont lieu chaque mois, » explique-t-il. « Ils étaient quatre. Quand je leur ai dit bonjour, ils ont réagi comme s'ils venaient de rencontrer le diable en personne. Ils se sont assis la dernière rangée, n'ont pas ri une seule fois, et quand nous avons demandé qui, dans la salle, était un disciple de Lord RayEl, ils ont levé la main. Tout simplement. Dès que le spectacle a été terminé, ils sont partis comme ils étaient venus. »

Parks a été autorisée à rejoindre la congrégation de RayEl sur Facebook, et a même rejoint le Baja group, un corps de « disciples d'élite » qui a fait le pèlerinage jusqu'à son sanctuaire, à Baja California au Mexique. C'est là-bas que Lord RayEl s'incarne sous la forme sinistre quoique assez traditionnelle d'un gourou à la tête d'une secte.

« Il est loin d'avoir l'étoffe d'un Jonestown, » explique Parks. « Il ressemble à une sorte d'Aum Shinrikyo dépourvu d'intelligence et d'imagination. Raymond Lear est un escroc qui s'est confortablement installé dans sa niche, sur Internet. Aussi longtemps qu'il y aura des catastrophes naturelles, RayEl pourra fournir la 'preuve' qu'il les provoque lui-même. Un jour, il a affirmé qu'il avait envoyé une tornade sur Joplin, dans le Montana, parce que des gens s'étaient moqués de lui dans les commentaires Youtube. C'était en 2011. »

RayEl a de l'ambition : la Baja devait, selon des sources légèrement douteuses, constituer un « refuge temporaire » avant un nouveau pèlerinage. J'ai traqué un disciple sur Twitter, mais hélas, sa réponse à mes questions a été très décevante : « Je suis un peu occupé en ce moment, je parcours la terre d'Israël. Désolé. »

Quel genre de personne accepterait d'utiliser un avatar offert par un dieu, avant de chercher le salut de son âme sur Internet ? Dans un certain sens, Lord RayEl applique la logique du marketing numérique au business de la foi. C'est plutôt cohérent : qui, sur Internet, ne se sent pas un peu perdu, seul, et n'est pas tourmenté par quelque question de nature morale ?

Lord RayEl croit-il seulement en lui-même ? Dans ce climat économique incertain, comment « divinité » peut-il apparaître comme un choix de carrière pertinent ? Je voulais qu'il réponde à mes emails, plus que tout. Malheureusement, il semblait être occupé à des tâches plus nobles. Les dieux en ligne se donnent l'importance qu'ils souhaitent, après tout.

Il faut explorer les coins les plus troubles de YouTube pour trouver quelqu'un de l'étoffe de Lord RayEl, et s'exposer à ses menaces. Même s'il ne cesse jamais de réclamer de l'argent, suivre son activité est tout à fait gratuit. Prenez soin, cependant, à ne pas lui laisser de commentaires désobligeants : nous subissons déjà bien assez de catastrophes naturelles.