Best Of

Un mois sur lnternet en France : juin 2017

Notre recensement du meilleur de l’Internet français se poursuit avec une nouvelle édition riche en personnes décédées, en rats-taupes nus et en ustensiles de cuisine.

par Yérim Sar
07 Juillet 2017, 7:00am

Flickr/Smithsonian's National Zoo

Société

De nouvelles études minutieuses ont été menées et les scientifiques sont formels, n'en déplaise aux éternels sceptiques anti-progrès.

En parlant de barbe, le mois de juin c'était également la fin du Ramadan, une période qui a permis aux pratiquants de se ressourcer.

Mais qui a pu également permettre aux autres d'en découvrir plus sur l'Islam et sa culture.

C'était également le mois du Baccalauréat et comme le veut la tradition, des candidats surpris par une épreuve secondaire ont jugé utile de faire une pétition qui n'a abouti à rien mais qui avait le mérite d'être amusante.

S'agit-il des mêmes qui ont forcé une chaîne info à se poser cette question existentielle ? On peut légitimement penser que oui.

Partout sur la Toile, des dégénérés se sont félicités du fait qu'un jeune homme ait profité de l'épreuve du Bac d'histoire-géographie pour aborder le problème de la situation des homosexuels en Tchétchénie. C'était avant tout parce qu'il n'avait strictement rien à dire sur le sujet initial de l'examen, et comme il y a parfois une justice dans ce bas monde, le candidat a écopé d'un 2/20 parce qu'il faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages non plus.

La LICRA a continué son combat sans merci contre l'anti-racisme et ça force le respect.

Et une fois de plus, ce qui était vendu comme une avancée technologique majeure s'est rapidement retourné contre des utilisateurs innocents. Snap, Terminator, Skynet, même combat.

Culture

Le magazine Elle a eu la gentillesse de partager sa dernière découverte : la technique révolutionnaire du Slow-listening, qui consiste à écouter un album en entier. C'est tout. Une nouvelle victoire historique pour la presse féminine.

Parce que leur réputation laissait à désirer ces derniers temps face à la montée en puissance des commentaires primaires du public rap, les metalleux ont rappelé à tout le monde qu'ils tenaient encore le haut du pavé.

Le web c'est aussi la critique argumentée à portée de tous, comme le prouve cette review de jeu vidéo.

Loin d'encenser ou de dénigrer bêtement, il s'agit pour l'internaute d'enseigner à son prochain comment tirer du positif dans le négatif, tout comme les spectateurs du bien nommé film Bad Buzz.

Parce que la cuisine est aussi un art, signalons aussi que l'île de Beauté s'est une fois de plus distinguée auprès d'un touriste qui, à n'en pas douter, repartira avec un souvenir impérissable.

Médias

Entre deux dabs et une punchline niveau skyblog, notre bien-aimé président a également le temps de faire des blagues ratées. Quotidien l'a immédiatement relevé en s'offusquant qu'un chef d'État se foute ouvertement de la gueule de cadavres de clandestins. Heureusement, le CM de l'émission s'est rappelé qui tenait la laisse de qui dans cette histoire, et a rectifié le tir. Ouf, on a frôlé le scandale.

David Pujadas a apparemment été dévasté par son éviction du JT de 20h.

Christophe Barbier a enfin lâché LA révélation que l'on n'attendait plus.

Eric Brunet s'est imposé en boss ultime du kamoulox en réussissant l'enchaînement périlleux « je suis content, on va aborder l'affaire du petit Grégory […] et après, on va parler kebab », que personne n'avait osé tenter jusque là.

D'autant qu'en matière de kebab, d'autres questions plus urgentes restent à régler selon un expert apparemment tout aussi légitime.

Malgré ses différends avec le chroniqueur, l'équipe de Jean-Marc Morandini est restée fair-play dans son traitement de l'info.

Politique

En bon héritier des sketches « Le Grand Moment de Solitude » de Jonathan Lamber, Jean-Christophe Cambadélis s'est livré dans la rue à une performance artistique inédite pour illustrer le statut actuel du Parti Socialiste. Une prestation que l'on ne peut que saluer.

Heureusement, devant la vindicte injuste et stupide de la meute du petit peuple, des journalistes ont su prendre leur courage à deux mains pour défendre les plus faibles face à la répression aveugle.

Ce mois de juin a également été marqué par la mort de Simone Veil. Une grande dame dont l'héritage a bien sûr été salué comme il se doit par ses plus fidèles admirateurs.

...même après quelques verres dans le nez.

On notera également l'hommage bienveillant poussé à son paroxysme du côté de l'association anti-IVG Les Survivants, qui avait préventivement acheté le nom de domaine Simoneveil.com. Parce qu'être contre l'avortement ce n'est pas seulement confondre un fœtus d'éléphant avec un humain, c'est aussi se comporter comme une merde en toute circonstance.

Il est dommage que le nom de la défunte n'ait pas été une marque déposée, là des recours rapides auraient été possibles, comme le prouve ce récent exemple.

Encore dans la catégorie hommage, une version alternative du générique de The Leftovers salue la mémoire de tous les ministres et autres hommes d'État du gouvernement Macron forcés de dégager moins de 2 mois après leur prise de poste pour cause de casseroles diverses et variées, cleptomanie et autres blagounettes.

D'ailleurs pour une raison qui nous échappe, François a rendu son rapport de stage mais a jugé utile de marquer le coup en twittant uniquement la conclusion.

Toujours dans la catégorie hommage, Emmanuel a tenu à imiter son héros d'enfance pour la photo de classe et ça fait chaud au coeur.

Petites annonces

Un fan a été sur le point de réaliser le rêve de toute une vie.

… Mais il va falloir encore patienter car la vie est cruelle.

Une jeune entrepreneuse a montré qu'elle faisait résolument partie de la Start-Up Nation. Être en marche c'est aussi ça.

A l'inverse, le Canada a brisé de nombreux espoirs en suggérant à tout le monde de répondre aux demandes de nudes par des photos de rat-taupe rose. Bien entendu personne ne s'est inquiété de préserver l'intimité de ces rongeurs.

Des transactions avantageuses, de vendeur à acheteur toujours plus exigeants, ont pu avoir lieu grâce à l'outil connecté.

Un député s'est un poil enflammé dans sa lettre aux Français vivant en Israël.

Mais l'important c'est qu'il ait fini par l'emporter, ce qui nous a permis d'admirer sa fameuse imitation d'Enrico Macias.

Coups de gueule

Benoît Hamon, alias le président de Twitter (également appelé « le loser » dans le monde réel), a franchi un nouveau pas dans sa quête intensive de coolitude, ce qui l'a amené à faire sensiblement le même tweet que la chanteuse Lââm avec un jour de retard. Cela pose de nombreuses questions : Lââm et Benoît sont-ils une seule et même personne depuis le début, façon Ranma 1/2 ? Quelle différence fondamentale existe-t-il entre une chanteuse de variété sur le retour et un type qui a fait 6 % à une présidentielle avant de reperdre aux législatives ? Pourquoi les Hamonistas s'extasient-elles devant un mode de communication aussi stupide alors qu'à la seconde où Trump posterait le même message avec une photo de burger, ils feraient la gueule ? La suite au prochain épisode.

Les cris du cœur ne sont pas réservés à l'élite, mais aussi aux citoyens lambdas, souvent témoins d'injustice ou de comportements irresponsables.

Il faut cependant savoir raison garder quand on joue la carte de l'honnêteté ; ainsi la policière qui avait fait une vidéo Facebook où elle criait « nique la police » a finalement été condamnée.

Last but not least, des bons samaritains ont pris sur leur temps pour nous mettre en garde contre des objets du quotidien qui, clairement, veulent notre peau.

Un complot qui rappelle singulièrement la fameuse conspiration de la banane fourrée au VIH.

Interactivité

Les réseaux sociaux ont rapproché le public des célébrités, que ce soit pour s'enquérir des dernières modes et vêtements avant-gardistes arborés par leurs idoles...

… ou pour leur témoigner toute l'affection qu'ils leur portent.

Cela marche dans les deux sens : ainsi, Manuel Valls, entre deux parties d'échec, s'est fait un nouvel ami.

Et Florian Philippot aussi.

A l'inverse, la SNCF s'est une nouvelle fois pliée en quatre pour les voyageurs, qui se sont tristement montrés aussi ingrats qu'à l'accoutumée.

Mais surtout, alors que tout le monde avait laissé tomber depuis longtemps, un homme a fini par trouver la réelle utilisation idéale, saine et mesurée des réseaux sociaux. Puisse son exemple guider les générations futures.

On se revoit le mois prochain, et d'ici là profitez de votre été.