Gaming

Comment soigner les accros aux jeux vidéo ?

« Ma vie a déraillé et j'ai failli perdre mon emploi. »
24 février 2020, 9:00am
addiction au jeu
Photo : VICE 

Il y a environ cinq ans, James Good a réalisé qu'il avait un problème. Ce jeune homme de 24 ans a constaté que son passe-temps favori, le jeu vidéo, était devenu une véritable dépendance, le piégeant littéralement chez lui. « Je ne dormais pas, je ne mangeais pas, je ne sortais pas, je ne me lavais pas », dit-il. Il ne faisait rien d'autre que de rester assis pendant 32 heures d’affilée en s'acharnant à terminer le jeu de rôle Dark Souls. Au téléphone, je peux presque l'entendre grimacer. « J'aurais très bien pu m'arrêter et recommencer à jouer le lendemain, mais au lieu de cela, je préférai m'affamer et négliger ma santé, mes relations – vraiment tout. »

Ce jeu avait apparemment pris le dessus sur sa vie. Il s'arrête un instant. « Je crois que je ne l’appréciais même pas. Je voulais surtout me perdre dans le jeu. J'y étais accro, à 100 pour cent. »

Il y a deux ans, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a ajouté le « trouble du jeu vidéo » (ou « gaming disorder ») à sa classification internationale des maladies. Vous avez peut-être vu le terme circuler depuis, aussi bien dans la presse que sur Reddit. Des actions judiciaires ont même été lancées, comme celle récemment intentée par un joueur français qui prétend avoir pris du retard dans le paiement de son loyer en raison de sa dépendance à FIFA. Mais quelle est la réalité de cette addiction au jeu, derrière les gros titres ? Et comme pour les autres addictions, la même question revient : où peut-on obtenir de l'aide ?

Il est préférable de commencer par une définition de cette addiction. Tout comme la consommation problématique d'alcool ou de drogues, la dépendance aux jeux vidéo relève d'une perte de contrôle. La personne touchée par cette addiction fait le choix de jouer plutôt que d'exercer d'autres activités et responsabilités en dépit des conséquences négatives. Le malade ne joue donc plus pour s'amuser. Il est possible d’être dépendant à n'importe quel type de jeu – ce n'est pas spécifique à un genre ou un titre. Les shoot-em-up multijoueurs épiques comme Fornite font la Une de l’actualité parce qu'ils sont populaires auprès des jeunes enfants (le séjour en cure de désintoxication d'une fillette de neuf ans a fait les gros titres en 2018).

« C'est comme avoir en permanence une flasque de vodka dans sa poche »

« Le trouble du jeu vidéo se caractérise par une pratique qui peut être très très compulsive, et qui entraîne une perte de contrôle sur la vie, les devoirs, les objectifs », me confirme le docteur Henrietta Bowden-Jones. Nous nous rencontrons au Centre for Internet and Gaming Disorders, une nouvelle clinique du service de santé britannique installée dans l'ouest de Londres, dont Bowden-Jones est la directrice. Elle a ouvert ses portes fin 2019, après que la décision de l'OMS de prendre en compte la dépendance aux jeux vidéo, et est désormais la première clinique de ce type au Royaume-Uni.

Actuellement, de nombreux patients sont des adolescents ou de jeunes adultes, « principalement des hommes, et surtout de 15 à 25 ans », indique Bowden-Jones tout en insistant sur le fait qu'ils adoptent une « approche très ouverte ». Traduction : tout le monde est le bienvenu. L'OMS estime que les troubles liés aux jeux vidéo ne touchent pas plus de trois pour cent des joueurs dans le monde. Étant donné que, selon un article du Washington Post, on estime que deux milliards de personnes dans le monde jouent régulièrement à des jeux vidéo, il est possible de penser que des dizaines de millions de personnes pourraient être touchées. Aux États-Unis, un rapport du Pew Research Center de 2018 a révélé que 83 pour cent des filles et 97 pour cent des garçons jouaient régulièrement à des jeux vidéo.

La facilité d'accès aux jeux vidéo a favorisé l'essor des troubles du jeu vidéo. Il y a 20 ans, les joueurs avaient des consoles dans leur salon, comme une PlayStation ou une Xbox. Le jeu en ligne sur console n'en était encore qu'à ses débuts, de sorte que les joueurs étaient le plus souvent obligés de jouer seuls, hors ligne, lorsqu’ils rentraient à la maison après le travail ou l’école. Mais aujourd'hui, ils peuvent jouer n’importe où, que ce soit sur leur portable ou sur une Nintendo Switch. « Pour les personnes qui présentent des comportements excessifs ou compulsifs, c'est très délicat à gérer. C'est comme avoir en permanence une flasque de vodka dans sa poche », me dit Bowden-Jones.

« Ma vie a encore déraillé, et j'ai failli perdre mon emploi. Tout ça parce que je ne pouvais pas m'arrêter de jouer. »

Même si vous ne jouez pas vous-même, un jeu vidéo n'est jamais loin. James me dit que les services comme Twitch – où vous pouvez regarder d'autres joueurs en direct – l'ont récemment amené à recommencer à jouer après cinq ans sans jeu. Il a commencé par regarder des contenus sur Reddit, YouTube et Twitch. Il a ensuite téléchargé Path Of Exile et Faster Than Light sur son ordinateur portable. « Ma vie a encore déraillé, et j'ai failli perdre mon emploi. Tout ça parce que je ne pouvais pas m'arrêter de jouer. »

Comment les joueurs en arrivent-ils là ? Bowden-Jones estime qu'un des problèmes, parmi d'autres, est l'estime de soi : il est facile de se sentir validé si vous gagnez constamment. James dit que c’est l'élément d'évasion qui l'a attiré : « Ma santé mentale n'était pas très bonne quand j'étais à l'université. Je n'aimais pas ça et j'ai fini par abandonner. Mais quand je jouais, j'avais le contrôle. Rien ne pouvait aller de travers ou échouer. Je me suis senti puissant ». Avec les jeux en ligne multi-joueurs en particulier, il peut aussi y avoir l'attrait du travail en équipe.

Matúš Mikuš, 24 ans, a commencé à jouer de manière compulsive lorsqu'il est entré à l'université à l'âge de 18 ans. Loin de ses amis de lycée pour la première fois, il s’est tourné vers League of Legends. « Je suis entré dans un cercle vicieux parce que je ne sortais plus pour rencontrer de nouvelles personnes, dit-il au téléphone. Je restais chez moi pour jouer. »

Bien qu'il n'ait jamais connu des séquences de jeu prolongées et intenses comme celles de James, la dépendance aux jeux de Matúš a tout de même eu un impact négatif sur sa vie. Il n’arrivait pas à se faire de nouveaux amis, et ses autres relations en souffraient. Il vivait avec sa petite amie, mais « finalement, nous avons rompu. L'une des raisons était que je ne passais pas beaucoup de temps avec elle, justement parce que je jouais beaucoup aux jeux vidéo. »

« Je me réveille toujours en pensant aux jeux vidéo ; je m'endors toujours en pensant aux jeux vidéo »

Lorsque James et Matúš ont remarqué que leur comportement avait un effet négatif sur leur vie, ils ont demandé de l'aide à Games Quitters, une organisation à but lucratif qui soutient les accros aux jeux vidéo et leurs parents, dont James est aujourd’hui le directeur marketing. L’organisation propose des masterclass, l’accès à des thérapeutes et des programmes de désintoxication de 90 jours. Mais tout le monde ne peut pas se permettre ce genre de soutien.

La clinique gratuite se concentre elle sur un angle de traitement différent, où les médecins s'attaquent au contrôle des stimuli afin de bloquer les comportements négatifs et renforcer les comportements positifs. Les patients commencent par une évaluation clinique approfondie. « Nous devons prendre en compte le contexte dans lequel cette addiction s'est développée, explique Bowden-Jones. Cette évaluation vise à répondre à des questions comme : Qu'est-ce qui motive le jeu ? Y a-t-il des antécédents génétiques ? Les parents ont-ils des problèmes de dépendance ? Y a-t-il des antécédents de traumatismes et d'abus qui poussent à s’échapper par le jeu. » Selon les besoins du patient, ce dernier peut ensuite avoir accès à une thérapie cognitivo-comportementale, en groupe ou individuellement.

La clinique prévoit également de mettre en place des sessions de formation pour les familles dans les écoles, afin de guider les parents dont les enfants pourraient avoir besoin d'aide.

La réalité est que la dépendance aux jeux vidéo est aussi banale que la dépendance à l’alcool ou à la drogue. Il existe des cas extrêmes, certes, mais beaucoup de ces addictions passent presque inaperçues. James dit qu'il avait besoin de soutien pour changer de vie. Ce qu'il a réussi à faire, mais l'addiction continue de sommeiller en lui, comme pour toutes les dépendances : « Je me réveille toujours en pensant aux jeux vidéo ; je m'endors toujours en pensant aux jeux vidéo. Ça me rend fou en ce moment. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.