sexe

Où est la révolution des sextoys qu'on nous avait promise ?

Où nous a promis que le financement participatif mettrait sur le marché des sextoys tous plus incroyables les uns que les autres. Mais on attend toujours.

par Lux Alptraum
29 Février 2016, 11:31am

Image: Frank Egel / STOCK4B

Au début de l'année 2015, les affaires de la startup fabricante de sextoys, Comingle, étaient au beau fixe. Elle avait réussi à faire crowdfunder pour 60 000$ the Mod, un vibromasseur hypercustomisable qui avait été loué pour son innovation par la conférence sur les technologies du sexe, Arse Elektronika. La vision originale de « la liberté technosexuelle » proposée par la startup a été saluée par la presse. Tout portait à croire que le succès de Comingle serait éclatant, qu'elle constituerait l'étoile montante de la nouvelle galaxie du marché des sextoys innovants financés de manière participative.

Mais un an plus tard, les choses ont radicalement changé. La semaine dernière, Comingle a annoncé l'annulation du Projet Mod. Les contributeurs sont restés les mains vides. Pour seule compensation, ils ont reçu des bons de réduction pour d'autres produits. Apparemment, bien que l'avenir de Comingle soit encore nébuleux, il semble peu probable que les rêves de piratage sexuel de l'entreprise se réalisent dans les prochains mois.

Le Mod n'est pas le seul sextoy crowdfundé à avoir promis la lune sans tenir ses engagements. Le Revel Body, qui a soulevé un enthousiasme délirant, n'est déjà plus commercialisé, tandis que le vibromasseur intelligent Hum a vu ses délais de livraison se rallonger considérablement. Des projets comme le AutoBlow 2 n'ont reçu que de tièdes réactions, même après une campagne de crowdfunding réussie. Et je ne cite même pas les innombrables projets qui n'ont pas passé l'étape du financement.

Le financement participatif était supposé ouvrir une nouvelle ère de produits dédiés au sexe. Des produits innovants, high tech, personnalisés, susceptibles de combler les attentes d'un public de plus en plus exigeant. Pourtant, comme la plupart des expériences sexuelles longuement fantasmées, il n'en est sorti que des espoirs déçus, et une immense désillusion. Qu'est-il arrivé à la révolution des sextoys qu'on nous avait promise ?

The Mod. Image: Comingle

L'annonce de l'annulation du Projet Mod par Comingle laisse deviner que l'entreprise a été victime d'un procès pour violation de brevet et d'un biais de perception commerciale concernant le marché de la sex tech. Mais il est probable que la startup, et plusieurs autres d'ailleurs, ait rencontré des difficultés de développement matériel, de production, de marketing, et de gestion des commandes. Il est facile de négliger des étapes du développement d'un produit destiné au grand public lorsque l'on est pris par l'enthousiasme débordant d'une campagne de financement très médiatisée.

Les nombreuses étapes de la mise d'un produit sur le marché sont généralement passées sous silence dans les discussions sur le crowdfunding. Pourtant, ce n'est pas parce que vous avez une vision très claire de ce que sera votre produit que vous serez capable des les maitriser pour autant.

Mais quelle leçon sommes-nous, nous, les consommateurs de sextoys, supposés retenir de la fable que nous a racontée Conmingle ainsi que ses pairs ? Devrions-nous abandonner nos rêves, qui consistent à ravir nos parties génitales à l'aide d'un éventail de sensations nouvelles pensées par des savants fous qui n'ont pour eux qu'une idée brillante et un accès Internet ?

« Les sextoys financés de façon participative n'ont peut-être pas tenu leurs promesses, mais la révolution qu'ils souhaitaient provoquer, accompagnée de son cortège d'orgasmes, ne fait que commencer. »

Et bien, oui, et non. Même si un grand nombre de sextoys crowdfondés se sont avérés peu fiables, on dénombre tout de même quelques belles réussites. Dame Products et Crave ont tous deux compté sur le pouvoir des plateformes participatives pour mettre leurs produits sur le marché ; contrairement à Comingle, ils ont réussi à se transformer en entreprises solides dont les produits sont désormais proposés dans de nombreuses boutiques pour adultes aux Etats-Unis. Cinq ans et demi après avoir lancé sa première campagne de crowdfunding, la gamme de Crave s'est étendue, proposant désormais six types de produits différents (un septième est actuellement en prévente). Enfin, un an après avoir réuni 750 000 $ pour son sextoy Eva, Dame est en train de bêta tester son second produit.

Finalement, les échecs de financement ont participé à façonner le futur des sextoys : le Revel Body, par exemple, a fait un flop, mais l'entreprise se consacre désormais à améliorer son moteur sonique, dans l'espoir de le vendre à d'autres fabricants. Même le Mod persiste encore sur GitHub, où il pourra inspirer d'autres nerds du sexe. Avec un peu de chance, ils reprendront le projet de Comingle dont ils partagent peut-être l'idéal.

Le financement participatif en général débouche souvent sur des catastrophes. D'autant plus lorsqu'il implique des hackers qui n'ont aucune expérience en commerce. Mais la véritable promesse de la révolution du sextoy ne dépend pas des échecs et des succès individuels : il s'agit de repousser les limites de ce que l'on considère possible et désirable en termes de design, de matériaux, de fonctions, et d'inspirer un vent de changement au sein de l'industrie elle-même.


Quand le vibromasseur high tech SaSi est sorti en 2009, son interface complexe a dissuadé les acheteurs potentiels. Mais quelques années plus tard, une variation du mécanisme unique de SaSi a fait son apparition chez l'Ora de Lelo.

Que les créateurs d'un strap-on bionique ou d'un vibromasseur intelligent trouvent le succès ou non, leurs approches uniques en termes de plaisir encouragent à suivre leurs traces, réduisant à néant l'hypothèse selon laquelle un sextoy ne doit servir qu'à vibrer et pénétrer.

Les sextoys financés de façon participative n'ont peut-être pas tenu leurs promesses, mais la révolution qu'ils souhaitaient provoquer, accompagnée de son cortège d'orgasmes, ne fait que commencer. Les savants fous d'IndieGoGo ont déjà commencé à ébranler l'industrie du sextoy. Pour cela, nous leur devons de la gratitude. En attendant, caveat emptor.