Société

Comment se comporter avec les personnes musulmanes pendant le ramadan

« Même pas de l’eau ? » Quelques trucs à dire et à ne pas dire à vos collègues et potes musulman·es pendant le mois de ramadan
13.4.21
Ramadan

Le ramadan est le neuvième mois du calendrier lunaire musulman et est considéré comme la période durant laquelle le Coran fut révélé pour la première fois au prophète Mohammed. Durant ce mois, les musulman·es jeûnent et font l’aumône. Du lever au coucher du soleil, iels s’abstiennent de manger, boire et s’éloignent de tout ce qui les détournerait de leur foi pour se concentrer sur leur spiritualité. 

Publicité

C’est aussi le mois où les non-musulman·es de mon entourage font super attention (un peu trop) à leur manière de se comporter avec moi, et où je me rends compte que toutes mes interactions sociales incitent à manger et boire. Rejoindre ses potes pour un lunch ou un dîner devient presque impossible, et on oublie les pauses-café.

Beaucoup pensent que le fait de s’abstenir de boire et manger est considéré comme l’aspect le plus important du ramadan, or, ça va bien plus loin que ça. Le ramadan peut être vu comme un renouvellement, une manière de devenir une meilleure personne pour le reste de l’année. On augmente nos actes charitables, on passe plus de temps avec notre famille et notre communauté, et on évite les mensonges. C’est aussi l’occasion de réfléchir profondément sur soi-même, et perso, je vois ça comme une opportunité de me créer de bonnes nouvelles habitudes pour le reste de mon année.

Si je devais retenir une seule chose de ces années de jeûne, c’est que les non-musulman·es (ou plutôt les personnes qui ne sont pas entourées de musulman·es), n’ont aucune idée de comment se comporter avec moi pendant le ramadan. Iels savent que ça existe et que je ne mange pas, mais le reste leur est très confus. Voici quelques points utiles afin de savoir comment vous comporter avec votre entourage musulman durant le ramadan.

Ne demandez pas à une personne musulmane pourquoi elle ne jeûne pas

Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles des musulman·es pratiquant·es ne jeûnent pas ou ne peuvent pas jeûner. Maladie, grossesse, âge, menstruations… Des aspects bien trop personnels pour en parler à n’importe qui. En demandant à une personne pourquoi elle ne jeûne pas, vous risquez de la mettre mal à l’aise. Mais surtout, ça ne vous regarde pas. L’une des plus belles choses dans le jeûne, c’est que c’est en fait un acte profondément personnel. Aussi, ce n’est pas parce qu’une personne ne se concentre que sur certains aspects, comme la réflexion sur soi-même et la prière, qu’elle en devient moins légitime. Le fait que tu ne jeûnes pas, ne veut pas dire que tu ne participes pas.

Ne vous sentez pas mal à l'aise de manger

C’est tout-à-fait normal de ne pas avoir envie d’engloutir son repas devant son ami·e qui ne va pas manger pendant quinze heures, mais pas besoin de vous en excuser pour autant – c’est plutôt ennuyant. On sait exactement dans quoi on s’embarque quand on jeûne. On sait ce que ça implique. C’est pourquoi  beaucoup d’entre nous se lèvent une heure ou plus avant le lever du soleil afin de manger pour tenir le reste de la journée. Une grande partie du jeûne, c’est savoir que le monde ne s’arrête pas de tourner pour toi. On n'attend aucun traitement spécifique , on va toujours travailler et on continue à vivre nos vies normalement. Le ramadan n’est pas censé être quelque chose de facile ; c’est le but. 

Si tu n’es pas sûr·e de comment aborder un·e musulman·e qui jeûne, il y a plein d’autres façons d’être chaleureux·se avec quelqu’un sans lui offrir de nourriture. Un été, mon meilleur ami a mis un essuie mouillé dans le congélateur pour me rafraîchir au lieu de me proposer un verre d’eau. C’était l’une des choses les plus gentilles et attentionnées que quelqu’un ait fait pour moi.

Faites attention aux questions que vous posez

Chaque année, les non-musulman·es me demandent (ou plutôt s’exclament) : « Même pas de l’eau ? ». La question en elle-même est si répandue qu’elle est devenue une blague pour les musulman·es. Ça peut paraître décourageant, je sais, c’est un peu comme si je vous disais de ne pas poser de questions sur le sujet, mais mettez vous à notre place. Imaginez-vous être tous les jours entouré·e de personnes qui ne jeûnent pas et qui vous posent les mêmes questions encore et encore. Ça devient lourd. Si vous voulez avoir une conversation sensée sur le ramadan et ses croyances, ça me semble normal que vous fassiez un minimum de recherches sur le sujet.

N’essayez pas d’expliquer le ramadan aux musulman·es

Très souvent, les gens utilisent ce qu’iels connaissent sur les musulman·es et l’Islam pour m’expliquer ce qu’est le ramadan. Un jour, un ancien collègue m’a dit : « Je suis pratiquement sûr que tu ne peux pas manger car le soleil n’est pas encore tout à fait couché. » Or, ce n’est pas le cas, parce que notre prière du coucher, et donc la fin du jeûne, a lieu avant que le soleil ne soit complètement couché. Ce n’est pas parce que vous suivez un cours d’anthropologie à l’unif’ que vous pouvez vous permettre de donner des leçons à quelqu’un sur sa religion et ses coutumes. Ne vous inquiétez pas, on sait ce qu’on dit.

Profitez-en pour en apprendre plus sur l’Islam

Perso, j’adore parler du ramadan avec les gens et leur donner l’opportunité d’en apprendre plus sur quelque chose de très important pour moi - surtout vu la manière dont l’Islam peut être représentée. Beaucoup de gens de notre communauté aiment inviter les non-musulman·es aux festivités pendant le ramadan et à rompre le jeûne au « Ftor ». Même si le jeûne est basé sur la foi, c’est aussi un exercice de contrôle de soi. C’est pour ça que j’encourage les non-musulman·es à me joindre et à jeûner, même pour une journée, pour voir ce que ça fait.

VICE Belgique est sur Instagram et FacebookVICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.