Publicité
sexe

J’ai accompagné ma mère à un salon de l’érotisme

Comme mes parents ont toujours évité de parler de sexe avec moi, j’ai voulu savoir si ma mère se décoincerait en étant entourée de stars du porno.

par Marvin Xin Ku
02 Novembre 2017, 5:45am

Photos : Hanko Ye

En général, j'évite de parler de sexe avec mes parents. Et heureusement, ils sont tout aussi emballés que moi par cette règle implicite.

Il me semble judicieux de préciser, que contrairement à moi qui ai grandi en Allemagne, mes parents ont été élevés dans une culture chinoise conservatrice – le sexe et le désir sexuel étaient des sujets tabous pour eux. Et il me semble que ça n'a pas beaucoup changé avec le temps. Plus tôt cette année, j'ai visité Shanghai et j'ai remarqué que les couples ne faisaient preuve d'aucune affection en public. J'ai certes repéré des amoureux qui se tenaient par le bras mais aucun couple ne s'embrassait ou ne se tenait la main.

Ce voyage m'a poussé à me demander d'où vient cette pudeur et à quel point elle est inscrite dans la vie de mes parents. Et le meilleur moyen de comprendre cela était d'emmener ma mère à un salon de l'érotisme. L'idée était d'avoir une conversation honnête sur le sexe sans qu'elle puisse éviter le sujet. Du coup, je ne l'ai pas emmenée à n'importe quelle convention, non. Je l'ai invitée à la VENUS International Erotic Trade Fair à Berlin. C'est un évènement sur quatre jours qui attire plus de 30 000 passionnés. Ils viennent pour rencontrer leurs stars du porno préférées, voir des shows sexuels et acheter une poupée gonflable flambant neuve.

Quand j'ai appelé ma mère pour l'inviter à la convention, je n'ai pas eu la réponse à laquelle je m'attendais.

« Juste pour être claire, c'est un salon érotique, lui ai-je dit. Il y aura des shows et des actrices porno. » Ma mère, absolument pas décontenancée par mes propos, m'a répondu : « Et donc ? On est déjà allés au théâtre ensemble. » J'ai bataillé pour comprendre la pertinence de sa réponse. Je suppose que la leçon la plus importante à retenir de cet entretien est de ne jamais sous-estimer la volonté des parents lorsqu'il s'agit de passer du temps avec leurs enfants

Le jour du salon, nous nous sommes rejoints pour prendre un petit-déjeuner près du salon et je suis allé droit au but.

« Pourquoi est-ce que l'on n'a jamais parlé de sexe ? », lui ai-je demandé. Elle a réfléchi durant de longues minutes puis m'a répondu : « Ton père et moi voulions te laisser une certaine liberté. » Avant d'ajouter : « Tu étais un garçon si mignon. Quand tu avais neuf ans, tu nous as dit que tu resterais avec la première fille que tu ramènerais à la maison. Et que si elle n'était pas la bonne, tu finirais comme le professeur Rogue qui était amoureux de la mère d'Harry Potter. » C'était tellement moi. « J'étais inquiet de finir comme le professeur Rogue ? » Ma mère a hoché la tête. « Oui, tu pensais que c'était tellement triste qu'il ne se soit pas marié après la mort de Lily. »

À gauche : L'auteur et sa mère rencontrant l'une des drag-queens les plus connues d'Allemagne, Ella Mortadella. À droite : un appareil BDSM

Une fois que nous avons fini de parler du fait que j'étais un enfant extrêmement attentionné, nous sommes entrés dans le salon.

Pendant que nous nous baladions sur le site, j'ai remarqué qu'il n'y avait pas vraiment de visiteur « type ». L'événement attirait toutes sortes de personnes. Il y avait des grands-pères de banlieue, des gens tatoués de la tête aux pieds et des ados prépubères - c'est la première fois de leur vie, pour certains, qu'ils voyaient des femmes nues. Sans surprise, la plupart des visiteurs étaient des hommes.

Nous nous sommes frayé un chemin dans le hall principal. À notre gauche, une équipe de femmes chattaient avec des inconnus via des webcams ; à notre droite, des personnes nues interviewaient d'autres personnes également nues ; devant nous, il y avait un barrage de seins en silicone et de combinaisons en latex. Tout penaud, je me suis tourné vers ma mère pour voir comment elle supportait tout ça – elle avait disparu.

Ma mère inspectant la qualité de la laisse

Je l'ai retrouvée à un stand BDSM. Elle discutait tranquillement avec une dominatrice blonde portant une combinaison rouge éclatante laissant peu de place à l'imagination – tout en tenant un pénis en cuir. Ma mère ne fait pas les choses à moitié. « Cette laisse est un peu comme celle que nous avons pour notre colley à la maison », a-t-elle dit à la dominatrice. « Depuis combien de temps ce pauvre homme est-il enroulé dans ce… truc en aluminium ? » Elle lui a répondu qu'il faisait ça de son plein gré. Son soumis a alors acquiescé.

Sur le chemin du prochain stand, ma mère m'a expliqué que la Chine possède également une scène sexe, mais qu'elle est clandestine – des fêtes secrètes sont organisés, et il existe des clubs privés. Elle m'a également appris que dans les années 1960 à Shanghai, le sexe existait uniquement pour la procréation et que tout ce qui se détournait de ce but était considéré comme de la perversion – le BDSM mais aussi l'homosexualité, la masturbation, le sexe oral et le sexe anal. Même l'amour, les préliminaires et l'orgasme féminin n'étaient pas évoqués. « Le sexe était un plaisir pour l'homme et une obligation pour la femme », a-t-elle résumé.

De plus, ma mère a été élevée selon le principe de miànzi – une façon de vivre qui se traduit à peu près par « garder la face ». Tout tourne autour de l'idée qu'il faut maintenir et améliorer son statut social, ce qui est la chose la plus importante pour la génération de mes grands-parents. Dès leur plus jeune âge, les enfants – et plus particulièrement les filles – intègrent l'idée qu'ils doivent trouver une personne venant d'une famille respectée, ayant un travail, une voiture et une maison pour avoir la bénédiction de leurs parents. Se focaliser sur leurs désirs sexuels les distrairait donc de cet objectif.

Ma mère inspectant les godemichés

Inspirés par la dominatrice que nous venons de rencontrer, ma mère et moi avons filé vers la zone dédiée au fétichisme. Tout le monde tellement à l'aise – comme si c'était la seule occasion, dans l'année, de montrer leur vraie personnalité. Ma mère semblait assez relax, aussi.

Dans le hall, une star du porno était assise avec ses jambes grandes ouvertes sur une selle vibrante tout en lisant à voix haute un James Bond. Un troupeau de photographes formait un demi-cercle autour d'elle, photographiant chacun de ses mouvements. Pour la première fois de la journée, ma mère était choquée. « C'est terrible », m'a-t-elle dit, tout en ayant la tête de quelqu'un qui viendrait d'avaler une guêpe.

À gauche : ma mère et moi-même regardant un porno en réalité virtuelle. À droite : une poupée sexuelle

En nous éloignant de ce spectacle, une femme nous a foutu des préservatifs dans les mains et nous a distribué des tracts promouvant son show de sexe lesbien hard-core. Maman a décidé que ce n'était pas pour elle et s'est dirigée tout droit vers un stand de poupées gonflables.

Il y en avait quatre, assises sur un sofa – chacune d'elles ayant des seins aux proportions inhumaines. « Tu as l'air triste », a chuchoté ma mère à une poupée mâle située un peu plus loin. Elle a demandé au vendeur pourquoi son pénis n'était pas de la même couleur que sa peau, et il lui a répondu que le pénis peut être modifié en fonction des préférences de l'utilisateur en termes de longueur et de circonférence. « Est-ce que ça te semble réel ? », ai-je demandé à ma mère pendant qu'elle touchait une sélection de faux pénis. Elle n'était pas franchement convaincue. « Non, on dirait qu'ils sont faits à partir de cheesecake. »

Plus tard dans la matinée, une femme vendant des godemichés nous a fait signe et nous a demandé si on avait envie de mettre un peu de piment dans notre vie sexuelle. J'ai contenu mon envie de vomir. Mais ma mère, comme toute la journée d'ailleurs, a souri sereinement. « C'est mon fils », lui a-t-elle répondu en riant. La vendeuse semblait gênée durant une nanoseconde, mais elle a rapidement repris le dessus. « J'ai un magnifique modèle fait en silicone – c'est notre meilleure vente », a-t-elle poursuivi, mais ma mère était bien plus intriguée par la vendeuse que par ses produits. « Vous êtes si jeune, vous ressemblez à l'ex-copine de mon fils, a-t-elle dit. Tu ne trouves pas, Marvin ? »

Au lieu de lui répondre, je lui ai demandé si elle s'y connaissait en godemichés.


« Bien sûr, s'est-elle exclamée. Mais c'est une insulte pour les hommes. »
« Pourquoi ? »
« Pourquoi j'aurais besoin d'un truc pareil alors qu'un homme peut le faire ? Est-ce que ça ne donne pas l'impression aux hommes que l'on a plus besoin d'eux ? »
« Les sex-toys sont complémentaires. »
« Tu ne préférerais pas coucher avec ta copine plutôt qu'avec une poupée gonflable ? », a-t-elle conclu.

Maman parcourant des DVD

Avant que je puisse répondre, ma mère a repéré un groupe de femmes se dirigeant vers une scène. En regardant le logo projeté au mur, on a compris qu'il s'agissait des « Sixx Paxx », un groupe de strip-teaseuses. Au moment où celles-ci ont commencé à danser, ma génitrice s'est éloignée. « Maman, elles enlèvent leurs vêtements », ai-je dit naïvement. « Je n'aime pas ça », a-t-elle rétorqué.

Plus tard, nous avons rejoint un stand de porno virtuel dans le hall principal. J'ai enfilé les lunettes de réalité virtuelle et je me suis retrouvé dans une pièce à la décoration minimaliste. Il y avait seulement un lit et une femme nue à quatre pattes. Elle remuait ses fesses avant de venir me faire « une fellation ».

J'ai alors enlevé mes lunettes pour m'assurer que tout allait bien pour ma mère. Son regard offrait un éventail de sentiments, de la surprise à l'horreur. Elle a enlevé ses lunettes et s'est assise sur un tabouret. « Ça avait l'air tellement réel. J'étais l'homme, avec ces deux femmes sur moi. » Je lui ai demandé si elle avait jamais considéré le plan à trois. « Impensable, je serais trop jalouse de l'autre femme. Et je ne l'aurais pas fait avec deux hommes non plus. Ton père aurait été trop jaloux. »


Pendant ce temps, deux actrices porno se sont dirigées vers la scène principale. « Ce sont juste des objets pour ces hommes, a alors affirmé ma mère. Si elles veulent séduire des hommes, elles devraient aller dans un bar. Si elles aiment jouer la comédie, elles devraient aller dans une école de théâtre. » Ma mère peut vraiment être sans pitié.

Après trois heures de balade, nous avons décidé que nous avions eu notre dose d'érotisme pour la journée.

Tagged:
πορνό
salon
érotisme
mère