Publicité
Crime

Syrian Hero Boy, la vidéo aux 3,8 millions de vues est un faux

La vidéo qui montre un garçon sauvant une petite fille de tirs de snipers en Syrie a en réalité été tournée à Malte par une équipe norvégienne. Cette révélation suscite de nombreuses critiques.

par Liz Fields
17 Novembre 2014, 11:05am

Photo via YouTube

La vidéo virale dans laquelle un jeune garçon syrien sauve une petite fille sous des tirs de snipers est un faux. Plusieurs médias occidentaux avaient authentifié la séquence qui a été vue plus de 3,8 millions de fois sur YouTube.

Cette vidéo, intitulée « Un jeune héros syrien », a été tournée par des réalisateurs norvégiens qui voulaient faire l'objet le plus réaliste possible pour attirer l'attention sur les enfants qui vivent dans des zones de guerre. L'extrait montre un garçon s'élançant dans une rue poussiéreuse sous des tirs pour sauver une petite fille cachée derrière une voiture calcinée. Dans le fond, on entend des badauds crier « Allahu Akbar » tandis que les deux enfants s'échappent.

« Le film semble avoir été tourné avec un téléphone, une vidéo amateur, mais en réalité, c'est un court-métrage réalisé pour motiver une réaction et un débat politique, attirer l'attention sur le cas des enfants innocents qui grandissent en zone de guerre, » a expliqué son réalisateur Lars Klevber, originaire d'Oslo, dans un communiqué qu'il a partagé sur Twitter.

Lars Klevberg a déclaré à la BBC que la vidéo a été tournée à Malte en mai dernier « dans un plateau sur lequel d'autres films célèbres ont été tournés, comme Troie ou Gladiator. »

« Les enfants sont des acteurs maltais. Les voix dans le fond sont celles de réfugiés syriens qui vivent à Malte, » a-t-il expliqué.

Les révélations de Lars Klevberg ont immédiatement suscité de vives critiques sur les réseaux sociaux, où les spectateurs ont exprimé leur indignation et leur déception.

Avant cette révélation, la vidéo avait été beaucoup relayée par des médias occidentaux qui ne remettaient pas son authenticité en question, ce qui a provoqué des débats sur l'éthique journalistique, notamment pour ce qui est des reportages en zone de guerre.

Les journalistes sont particulièrement critiques. Certains disent que les réalisateurs ont eu un comportement irresponsable, et que leur action ne fait que raviver le doute et le scepticisme quant à d'autres vidéos du même genre, qui sont souvent la seule porte d'entrée sur le quotidien de zones de conflits éloignées et dangereuses.

« Il y a suffisamment d'images de Syrie qui sont véritables pour ne pas avoir besoin d'inventer de faux incidents pour contribuer au débat. Il me semble évident que les réalisateurs ne comprennent pas la complexité du conflit, » a déclaré au Global Post le journaliste Eliot Higgins, basé au Royaume-Uni.

Les fantômes d'Alep. Regardez notre documentaire ici.

Malgré les commentaires négatifs, le réalisateur a déclaré à la BBC que lui, et l'équipe de production étaient « contents des réactions suscitées ».

« Ça a créé un débat, » estime Lars Klevberg.

Suivez Liz Fields sur Twitter: @lianzifields