Comment manifester en toute sécurité pendant une pandémie

Quelques conseils pour vous protéger vous-mêmes et les autres lorsque vous êtes sur le front.
Katie Way
Brooklyn, United States
3.6.20
manifester pendant la pandémie
Photo : Lev Radin/Pacific Press/LightRocket via Getty Images  

Nous avons été témoins d’innombrables atrocités au cours de cette pandémie : violences policières, effondrement économique, mépris et indifférence envers les populations les plus vulnérables, comportements irrationnels de la part des politiciens et mensonges des grandes entreprises dont les profits ne font qu'augmenter. Nous avons des raisons d'être en colère et beaucoup de choses méritent encore d'être dénoncées, notamment en manifestant. Mais bien sûr, cette proximité avec d'autres personnes en cette période de pandémie comporte des risques… Voici comment les minimiser, tant pour nous-mêmes que pour les autres.

Suivez les précautions habituelles

Les conseils qui s’appliquent aux manifestations hors pandémie restent les mêmes : la menace du coronavirus existe parallèlement aux préoccupations modernes en matière de vie privée et de sécurité. Utilisez des applications comme Signal ou WhatsApp pour communiquer avec les organisateurs. Désactivez les données de localisation de votre téléphone (ou procurez-vous un téléphone prépayé et laissez l’autre à la maison). Ayez une pièce d'identité, de l'argent liquide et un carnet de notes avec le nom et les coordonnées des personnes à contacter en cas d'urgence.

« Vous seul pouvez décider si le risque en vaut la peine, si la menace de violence de la part des forces de l'ordre et de l'État dans son ensemble est plus importante que la menace de la pandémie à l'heure actuelle »

Attendez-vous également à ce que les autorités déploient des tactiques de maintien de l’ordre, comme les gaz lacrymogènes. Si vous ou quelqu'un de votre entourage êtes touchés, rincer les brûlures avec du lait ou de l'eau et laissez-les à l'air libre, recommande ABC News. Dans un guide sur les gaz lacrymogènes (en anglais) qui vaut absolument la peine d'être lu dans son intégralité, Popular Science rapporte que le port de maquillage ou de lentilles de contact peut augmenter l'irritation due aux gaz lacrymogènes en emprisonnant les particules dans vos yeux.

Prévoyez quelques bouteilles d'eau, au cas où vous ou quelqu'un d'autre aurait besoin d'un petit lavage rapide. PopSci recommande également de concocter une solution à base d'eau et de bicarbonate de soude (trois cuillères à café de poudre pour 25 cl de liquide), utilisée notamment par les manifestants à Hong Kong pour aider à neutraliser les effets des gaz lacrymogènes.

Évaluez les risques pour vous et pour vos proches

Il est difficile de résister à l'envie d'être ensemble en ce moment. Nous devons toutefois prendre en compte les risques encourus lorsque nous décidons de nous joindre ou non à une action en personne.

Posez-vous les questions suivantes : quel âge j’ai ? Quel âge ont les personnes avec lesquelles je vis et autour desquelles je vis ? Est-ce que moi, ou l'une des personnes avec lesquelles je suis régulièrement en contact, présente davantage de risques de contracter le coronavirus ? Quel est le taux d'infection dans ma région, ma ville ou ma communauté ? Est-il en augmentation ou en diminution ? Des tests sont-ils disponibles ? Et combien de ces tests sont positifs ?

Il convient de noter que le Covid-19 se transmet essentiellement à l'intérieur, dans les foyers. C'est pourquoi les experts recommandent de reprendre une vie sociale « de plein air » avant de recommencer à se réunir dans les restaurants, les salles de sport et les clubs. Le même principe s'applique aux manifestations. Il n'en reste pas moins que le risque de contracter le coronavirus à l'extérieur n'est pas nul, et qu'il augmentera si vous êtes, par exemple, arrêté et détenu par la police.

J’ai été interdit de manifestation

Vous seul pouvez décider si le risque en vaut la peine, si la menace de violence de la part des forces de l'ordre et de l'État dans son ensemble est plus importante que la menace de la pandémie à l'heure actuelle. C'est une décision profondément personnelle – il n’y a évidemment pas de « bonne » réponse.

Mais si la réponse à l'une de ces questions vous expose, vous ou vos proches, à des risques particuliers, il peut être intéressant de manifester d'autres manières, par exemple en prenant des mesures virtuelles, en lançant des appels à des politiciens locaux ou en faisant des dons à des organisations locales travaillant à la suppression des financements des services de police.

Respectez autant que possible les mesures de sécurité liées au coronavirus

Dans des circonstances normales, avoir le visage couvert lors de manifestations est controversé voire illégal dans certains cas. Mais aujourd'hui, les organisateurs demandent généralement aux manifestants de porter un masque. Prenez-en un de qualité médicale ; un masque chirurgical, par exemple, est plus efficace qu'un bandana pour arrêter la transmission des particules. Et veillez à le porter correctement : il doit être bien ajusté sur la bouche, le nez et le menton, suffisamment solide pour que vous n'ayez pas à le tirer ou à l'abaisser pour quelque raison que ce soit.

Lorsque vous manifestez à l'extérieur, maintenez une distance de sécurité aussi grande que possible. Bien sûr, la distance entre les manifestants dépend de toute une série de facteurs, de la taille de la foule à la largeur de la rue, mais il vaut mieux éviter de toucher d'autres personnes, ou de partager de la nourriture, des boissons, du matériel, ou quoi que ce soit d'autre, sauf en cas d'urgence absolue.

Ayez du gel hydroalcoolique et n'oubliez pas de tousser ou d'éternuer dans votre coude. Evitez de crier ou même de parler fort, cela augmente le nombre de gouttelettes expulsées. Si cela est possible, vous pouvez aussi participer depuis votre voiture ou depuis votre fenêtre.

Nous sommes tous impatients de retrouver notre vie sociale telle qu'elle était avant la pandémie, même s'il est de plus en plus évident que rien ne sera jamais plus comme avant. Il est logique que les gens se sentent également appelés à reprendre leurs responsabilités sociales, dont l'une consiste à se dresser contre l'oppression et la violence cautionnée par l'État. Il est toujours courageux de protester contre l'injustice, mais ça l’est encore plus en ce moment, avec un risque de maladie aussi présent.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.