Publicité
Santé

En Asie du Sud-Est, de nouvelles souches de paludisme résistent aux médicaments

Ces souches pharmacorésistantes deviennent peu à peu les principaux parasites responsables du paludisme dans la sous-région du Grand Mékong.

par Lex Celera; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
14 Août 2019, 6:59am

Photo via Pixabay

De nouvelles souches pharmacorésistantes de parasites du paludisme se propagent en Asie du Sud-Est, selon deux études publiées dans The Lancet. Elles sont particulièrement répandues au Cambodge, au Laos, au Vietnam et dans le nord de la Thaïlande.

Après avoir analysé des échantillons de sang de patients atteints de paludisme à travers l’Asie du Sud-Est, les études ont révélé que jusqu’à 80 % des parasites du paludisme étaient désormais résistants aux deux antipaludiques les plus communs, l’artémisinine et la pipéraquine.

Auparavant, la plus récente souche pharmacorésistante de parasites du paludisme s'était propagée dans l'ouest du Cambodge aux alentours de 2008.

À partir de cette souche originale, un nouveau sous-groupe a muté pour former une résistance plus forte et est en train de dépasser en nombre les parasites d’origine, en particulier au Cambodge, au Laos et au Vietnam.

« La préoccupation la plus urgente est de savoir si ces souches se propageront dans des zones où le fardeau du paludisme est le plus lourd, comme l’Afrique et l’Inde »

Une association médicamenteuse appelée DHA-PPQ (dihydroartémisinine-pipéraquine) était initialement efficace contre le parasite avant que les médecins notent des signes de résistance en 2013. Dans une récente étude du médicament, la DHA-PPQ a atteint un taux d’échec de 62 % dans l’ouest du Cambodge, 53 % dans le sud-ouest du Vietnam et 87 % dans le nord-est de la Thaïlande.

« Les souches résistantes à l’artémisinine et à la pipéraquine se répandent de plus en plus », a déclaré Rob W. van der Pluijm, chercheur en médecine à l’université de Bangkok et coauteur de l’étude, à The Lancet dans un podcast. « Cela montre aussi clairement que non seulement ces souches se répandent, mais elles prévalent dans la région. »

Même si les conclusions de l’étude sonnent l’alarme, cela ne veut pas dire que la maladie est incurable. Selon van der Pluijm, une association des médicaments utilisés dans le traitement pourrait dépasser la résistance des parasites. Mais la préoccupation la plus urgente est de savoir si ces souches se propageront dans des zones où le fardeau du paludisme est le plus lourd, comme l’Afrique et l’Inde.

« Ces souches de parasites hautement résistantes sont capables d’envahir de nouveaux territoires et d’acquérir de nouvelles propriétés génétiques, laissant entrevoir la perspective d’une propagation en Afrique, où surviennent la plupart des cas de paludisme, comme avec la résistance à la chloroquine dans les années 1980, qui a contribué à des millions de décès », a déclaré à la BBC le professeur Olivo Miotto, un des auteurs de l’étude.

Environ 219 millions de personnes ont contracté le paludisme en 2017, soit deux millions de plus qu’en 2016, selon le Rapport sur le paludisme dans le monde de l’Organisation mondiale de la santé. Le paludisme a entraîné 435 000 décès cette année-là.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.