Publicité
Stuff

Tous les types de clients que vous croisez quand vous êtes un escort mec

À la rencontre des hommes qui payaient cher pour pouvoir coucher avec moi

par Simon Doherty
30 Novembre 2016, 6:00am

Illustration : George Yarnton

Le sexe fait vendre. Aujourd'hui, on estime à environ 37 000 le nombre de personnes qui se prostituent en France. Les médias le savent très bien, et il est très courant de voir passer des articles sur la prostitution féminine sous tous les angles possibles et imaginables. Mais la prostitution masculine reste toujours auréolée de mystère. Quand on se demande combien d'hommes vendent leur corps, on tombe sur des résultats très variables : certaines études montraient par le passé que les hommes prostitués représentaient 17 % du marché, quand d'autres études avançaient moins de 5 %. Mais bien évidemment, la nature même de cette activité fait que les statistiques sont souvent très éloignées de la réalité.

Il y a quelques semaines, nous avions demandé à une femme escort de nous parler de tous les types de clients qu'elle avait bien pu rencontrer lors de ses journées de travail. Rapidement, nous nous sommes demandé quelles seraient les différences entre ce monde et celui de la prostitution masculine. J'ai donc discuté avec Michael, un homme de 58 ans qui est dans le business depuis 12 ans – et qui a rencontré tout un tas de clients. Voici ce qu'il en est ressorti.

Les clients fétichistes

Une fois, j'ai eu affaire à un client qui était vraiment obsédé par la crème. Il voulait toujours que je lui recouvre le corps de trois couches de crème après s'être allongé sur le lit. Un autre avait une affection toute particulière pour son tuyau d'arrosage – j'ai d'ailleurs un souvenir assez vague de moi en train de l'asperger d'eau au beau milieu de la nuit, et de le voir savourer chaque seconde de cette expérience. J'ai aussi connu deux mecs qui adoraient les orties, je devais donc m'assurer d'en avoir en permanence dans mon jardin. Ils voulaient que je frotte l'intégralité de leur corps avec ces orties.

J'ai aussi un client régulier qui est un gros fétichiste des chaussettes. Au départ, il voulait sentir les miennes, et je devais ainsi placer mes pieds sur son visage. Aujourd'hui, je me prépare au mieux pour lui ; j'ai une paire de chaussettes spéciale dans ma maison. Tous les matins, avant de me laver, je les place sous mon aisselle avant de les enfermer dans un sac plastique isotherme – comme ça, tout est prêt pour les soirs où il vient me rendre visite. De toute façon, il apporte toujours quelques paires lui aussi, au cas où.

Les clients qui veulent baiser dans des positions délirantes

Je me suis fait une spécialité de baiser dans des positions particulièrement tordues. J'ai surnommé une de ces positions « l'hélicoptère fuck » : mon client doit se mettre à quatre pattes face au mur, tandis que je me mets dos à lui en insérant mon pénis dans son anus. Je peux le pénétrer par-derrière, et tourner à 360 degrés autour de lui durant l'acte. Avouez que c'est pas mal pour un type de 50 balais. Beaucoup de clients ont lu que je savais faire ça dans mes critiques et me le demandent ensuite.

Les clients qui demandent des scénarios impossibles

Ce genre de clients se pointe avec des scénarios tellement grossiers qu'ils en deviennent irréalistes. Ils veulent se faire baiser dans un cimetière, ou se faire humilier dans un lieu public. D'autres veulent une orgie et me demandent « combien d'hommes peux-tu ramener ? », ce à quoi je réponds « OK, mais tu comprends que ce sera des escorts ? Tu dois donc payer 50 % à l'avance. »

Les clients handicapés

Travailler avec des clients handicapés est une grosse partie du job. J'espère vraiment aider les gens dans cette situation – ils ont des besoins comme tout le monde. Il y a quelques années, j'allais souvent voir un mec en chaise roulante, et il m'a confié qu'un autre escort l'avait rembarré parce qu'il était handicapé. Ça m'avait vraiment foutu en colère. Si un escort a un problème avec une personne handicapée, c'est tout simplement qu'il n'est pas taillé pour ce job.

J'ai eu aussi beaucoup de clients sourds – parfois, nous devions écrire pour communiquer, mais on se débrouillait toujours d'une manière ou d'une autre. J'ai même eu une expérience extraordinaire en rencontrant les parents de l'un des clients. Ce client – connecté à plusieurs écrans à cause de son handicap – a été plusieurs fois arnaqué par des escorts. J'ai été vraiment impressionné par ses parents, qui tenaient à me rencontrer afin de voir si j'étais réglo. J'ai donc déjeuné avec eux, puis ils m'ont offert un lit pour la nuit.

Les clients qui viennent avec tous leurs accessoires

Certains clients veulent que certaines choses soient prêtes dès leur arrivée. J'avais même un carton rempli d'accessoires dédié à un client, parce qu'il était très porté sur les objets en cuir et les combinaisons en latex. Il a aussi acheté un tas de jouets. Il exige aussi que je prépare systématiquement une nouvelle bouteille de Poppers, prête à l'emploi.

Les clients VIP

Ces clients ont des privilèges spéciaux. Si je passe du temps avec des clients qui m'emmènent à l'étranger, par exemple, je négocie avec eux un tarif spécial. S'ils veulent me réserver, je vide mon emploi du temps. Ce genre de mec peut me réserver pour genre 22 heures d'affilée, donc je dois annuler mes autres rendez-vous.

Les clients qui ne viennent pas

Le plus gros challenge de mon boulot, c'est quand mes clients ne se pointent pas . J'ai beaucoup de gens qui m'écrivent énormément, avant d'annuler. L'excuse la plus classique est « Mon GPS ne fonctionne plus » ou « Ma sœur a eu un accident », ou encore « Apparemment, j'ai besoin de me faire opérer ». Souvent, je ne sais pas s'ils mentent ou non – je les retire simplement de mon répertoire.

Les clients anxieux

Une autre partie de mon job consiste à anticiper la nervosité des clients qui viennent pour la première fois. C'est un scénario inquiétant pour eux : ils vont rencontrer un inconnu, après tout. Je compare souvent les gens qui viennent me voir pour la première fois comme des personnes qui se font tatouer pour la première fois. Malgré tout ce que j'ai pu mettre sur mon profil pour rassurer mes clients – et mon site est très détaillé –, ils sont terrorisés. Certains croient qu'en les baisant pour la première fois, je vais leur déchirer le cul, alors que non. Je suis très professionnel, je prends toujours mon temps et je leur propose toujours du Poppers.

Les clients qui sont en fait des clientes

99 % de mes clients sont des hommes. Les clientes sont très rares. Mais parfois j'ai le droit à une jeune bourge qui m'apporte du prosecco.

Les clients fuyards

Cela n'arrive pas souvent. Ils disent qu'ils vont chercher quelque chose dans leur voiture ou retirer de l'argent, et ils ne reviennent jamais. Généralement, les escorts demandent l'argent en avance, mais ce n'est pas non plus une condition sine qua non. Je me dis que si je leur offre une expérience géniale, ils vont lâcher un pourboire. Mais si vous demandez l'argent avant même de commencer, vous n'aurez pas de pourboire. C'est comme aller au restaurant – vous ne donnez pas un pourboire au staff avant qu'ils aient fait leur job.

Les clients blindés qui font n'importe quoi

« Michael, mon cher, peux-tu venir chez moi ? » disent-ils aux alentours de deux heures du matin. Il s'agit très souvent un appartement à Kensington, un quartier huppé du genre. Vous vous pointez, le lieu est totalement retourné et ils sont tous complètement défoncés. Ils veulent vous servir du champagne, mais il termine sur le tapis. Et souvent, ça ne fait qu'empirer.

@oldspeak1 / georgeyarnton.co.uk

Tagged:
prostitution
fetiche
Creep
Escort
Vice Blog
escort boy
toy boy