Quantcast

Prière de l'aïd dans un gymnase du 19ème. Bakary a aidé à organiser l'évènement en lien avec les associations musulmanes du coin. Toutes les photos sont de l'auteur.

Le 19e arrondissement de Paris raconté par un gardien d’immeuble

Hugo Aymar

Dans la vie de Bakary, jeune musulman qui milite assidûment pour faire évoluer la situation des quartiers populaires.

Prière de l'aïd dans un gymnase du 19ème. Bakary a aidé à organiser l'évènement en lien avec les associations musulmanes du coin. Toutes les photos sont de l'auteur.

En 2013, j'ai débuté un reportage sur la cité Curial, une des plus grandes cités intra-muros de Paris, dans le 19e arrondissement. Lors de ma recherche de contacts, tous les gens du quartier m'ont dirigé vers Bakary Sakho – une figure de la cité, qui a vécu presque toute sa vie ici. J'ai décidé de faire un reportage sur lui peu après les attentats contre Charlie Hebdo, environ deux ans après l'avoir rencontré pour la première fois. À ce moment-là, les gens parlaient beaucoup d'Islam et des musulmans de France – ce qui m'a donné envie de montrer le quotidien d'un musulman issu d'un quartier populaire parisien.

Français d'origine mauritanienne, Bakary a 35 ans et a grandi dans l'un des immeubles qui longent le périphérique. Père cariste, mère femme de ménage, sept frères et sœurs. Il a passé son enfance entre Stalingrad et Riquet – au cœur de l'essor de la culture hip-hop, mais aussi en pleine montée du crack, dans les années 1980. Il a ensuite passé beaucoup de temps à commettre des petits larcins : « Je ne serais jamais sorti de ces conneries sans l'islam. Je serais en prison. »

Bakary accompagne des petits du quartier dont les parents travaillent tard au terrain de sport, avant de les ramener en bas de leur immeuble.

Gardien de la tour N de la cité Curial, il est aujourd'hui responsable de plusieurs associations et aide les jeunes dans leurs démarches et recherches d'emploi. Le vendredi soir, pour éviter de les voir traîner dehors, il les accueille jusqu'à 1 heure du matin au Curial Café. Dans les années 2000, il fréquente les mêmes salles de prière que les frères Kouachi. Il les connaît, de vue : « deux petits » du quartier parmi tant d'autres. Quand il apprend les attentats contre Charlie Hebdo, il comprend que les semaines à venir vont être compliquées. En quelques heures, plusieurs années de dialogue et de travail sur le terrain pour essayer d'apaiser les tensions sont remises en cause.

Bakary est quelqu'un qui est très porté sur les autres : il est proche des gens de son quartier et toujours prêt à aider. Engagé en tant que militant depuis 2011, il est critique de voir que la situation des quartiers populaires n'évolue presque pas depuis plus de 30 ans. Et que comme beaucoup de monde dans ces quartiers, il croit assez peu en la politique actuelle. Par exemple la suppression des réserves parlementaires voulue par Macron est un coup dur pour les associations des quartiers. Mais ce qui est intéressant chez lui, c'est qu'il ne sombre jamais dans la victimisation. Avec ce reportage, je voulais montrer, surtout à ce moment-là, une figure positive de l'Islam. J'ai commencé à le suivre au début 2015 jusqu'au début de l'année 2016. Je l'ai photographié en famille, au travail et dans sa spiritualité. À travers ce travail, j'ai réellement essayé de montrer des images positives, ainsi que de montrer l'impact que peut avoir une personne au sein d'une communauté, tout en gardant en tête la réalité sociale du quartier.

Un samedi après-midi, Bakary emmène son fils Abdoulaye et un groupe d'enfants du quartier dans un centre de loisirs couvert en banlieue parisienne.
Le 19e est l'arrondissement de Paris où vit la plus importante communauté musulmane de la capitale. Pourtant, l'arrondissement compte une seule mosquée – provisoire – installée près de la Villette par la Mairie. La mosquée Adda'wa, 39 rue de Tanger, fut jusqu'à sa destruction en 2006, la plus fréquentée de Paris derrière la Grande Mosquée du Ve. Une nouvelle mosquée doit depuis voir le jour, mais les travaux sont repoussés tous les ans.
François Dagnaud, maire PS du 19ème arrondissement rend visite aux membres de la communauté musulmane lors de la fête de l'Aïd. Le Parti Socialiste est à la tête du 19ème arrondissement depuis 1995.
Bakary pendant la prière du vendredi. Depuis cinq ans, les fidèles se sont éparpillés, comme ici – où ils viennent prier à l'extérieur d'un foyer de travailleurs.
À l'initiative de Bakary, une distribution gratuite de nourriture pour la rupture du jeûne est organisée pour venir en aide aux réfugiés qui dorment à la Halle Pajol, à la frontière des 18e et 19e arrondissements de Paris.