Crime

Le virus Zika se répand très rapidement à travers le continent américain

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que ce virus — qui se transmet par l’intermédiaire d’un moustique et aurait causé des naissances anormales au Brésil — a de fortes chances de toucher une grande partie du continent américain.
26.1.16
Photo via CDC

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé une alerte au sujet du virus Zika, qui se transmet par l'intermédiaire d'un moustique et aurait causé des naissances anormales au Brésil. Ce virus a de fortes chances de toucher tous les pays du continent sauf le Canada et le Chili. Les États-Unis n'ont pas encore signalé de cas domestique.

Cette alerte intervient alors que s'accumulent les preuves d'un possible lien entre le virus Zika et une augmentation du nombre de bébés nés avec un crâne anormalement petit au Brésil. De nombreux indicateurs montrent également que ce virus progresse dans la région.

L'OMS avait déjà émis une alerte à l'attention du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (USDC) pour inciter les femmes enceintes à éviter les zones où la présence du virus est avérée. Ces deux organisations ont par ailleurs appelé les femmes vivant dans ces endroits à prendre des précautions supplémentaires.

« Les femmes enceintes devraient faire particulièrement attention aux piqûres de moustique », a déclaré l'OMS dans un communiqué publié ce dimanche. « Les femmes qui pensent avoir été exposées au virus Zika devraient consulter un professionnel de santé afin de surveiller leur grossesse de près », peut-on encore lire dans ce communiqué.

Dans le même temps, les pouvoirs publics de cinq pays du continent — Salvador, Colombie, Honduras, Jamaïque et Équateur — ont demandé aux femmes de reporter leur grossesse.

Les autorités sanitaires colombiennes ont fait circuler une note recommandant à « tous les couples sur le territoire national » d'éviter les grossesses jusqu'au mois de juillet. Ces mêmes autorités ont également conseillé aux femmes enceintes vivant à une altitude supérieure à 2 200 mètres de ne pas se rendre dans des zones plus basses, où les moustiques prolifèrent.

Les symptômes du virus Zika sont les mêmes que ceux de la Dengue, qui est également transmise par le moustique Aedes aegypti. Ils comprennent la fièvre, des rougeurs, ainsi que des douleurs musculaires et aux articulations. Toutefois, d'après l'USDC, environ 80 pour cent des personnes infectés seraient des porteurs sains, c'est-à-dire ne déclarant aucun de ces symptômes — ce qui participe à la diffusion rapide du virus.

L'émergence soudaine des craintes au sujet du virus Zika a débuté en novembre dernier, lorsque le ministère de la Santé brésilien a annoncé qu'il enquêtait sur un possible lien entre ce virus et la nette augmentation des cas de microcéphalie chez les nouveau-nés, une malformation qui se traduit par une tête anormalement petite et un cerveau sous-développé.

À l'heure actuelle, des chercheurs brésiliens enquêtent également des possibles liens entre ce virus et le syndrome de Guillain-Barré, qui pousse le système immunitaire à attaquer le système central nerveux d'un même corps.

Le virus Zika a été identifié pour la première fois en 1947, et était apparemment confiné à l'Afrique, l'Asie du sud-est et les îles du Pacifique jusqu'à ce que les premiers cas détectés sur le continent américain soient enregistrés au Brésil en mai 2015.

D'après l'OMS, ce virus a désormais été détecté dans 21 pays du continent américain, avançant à un rythme particulièrement rapide car le moustique qui le transmet est très répandu mais aussi parce que les populations locales n'ont pas encore développé de réponse immunitaire face à cette maladie.

Les autorités mexicaines ont jusqu'ici confirmé 15 cas de Zika, mais se sont abstenues de diffuser une quelconque alerte.

« Nous n'avons pas encore d'alerte épidémiologique ici au Mexique, mais étant donné la diffusion rapide de ce virus et le fait que nous avons déjà des cas, nous devons rester en alerte », a déclaré à VICE News Carmen Robles, l'ancienne directrice adjointe du centre médical La Raza de Mexico. « La meilleure chose que nous puissions faire, c'est de la prévention, comme nous avons fait par le passé au sujet de la Dengue. »

Les seuls cas de Zika détectés aux États-Unis concernaient des gens qui rentraient d'autres pays où le virus est présent.

Alors que ce virus se répand aussi vite que les craintes à son sujet, la course au développement d'un vaccin est lancée.

« Nous n'avons pas de médicament ni de vaccin. C'est du déjà-vu, c'est exactement ce que nous disions au sujet d'Ebola », a déclaré Trudie Lang, professeur de santé mondiale à l'Université d'Oxford (Angleterre), à l'agence Reuters. « Il est très important de développer un vaccin aussi vite que possible. »

Dans un contexte de crise économique, près d'une cinquantaine de villes brésiliennes ont annoncé l'annulation de leur carnaval faute de moyens pour couvrir les frais de prévention du virus Zika. Ce lundi, le ministre brésilien de la Santé, Marcelo Castro, a annoncé le déploiement de 220 000 soldats à travers le pays pour lutter contre le moustique Aedes aegypti.

En Europe, deux cas de Zika ont été détectés dans la province catalane (est de l'Espagne). Il s'agit de deux femmes récemment rentrées d'un voyage en Amérique Latine.

Saana Ihamäki a contribué à cet article.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR