Publicité
FRANCE

Pourquoi des islamistes somaliens veulent s’en prendre aux Halles de Paris

Dans une vidéo diffusée ce samedi, les shebabs, groupe islamiste somalien à l’origine du massacre du centre commercial de Nairobi en 2013, appellent leurs partisans à viser des centres commerciaux occidentaux, dont deux parisiens.

par Pierre Longeray
23 Février 2015, 4:20pm

Capture d'écran internet / Image de propagande

Le groupe islamiste somalien des shebabs a diffusé ce samedi une vidéo dans laquelle les militants de l'organisation, affiliée à Al Qaïda, appellent à attaquer des centres commerciaux aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en France, où deux cibles potentielles sont citées : le Forum des Halles à Paris et la galerie marchande des Quatre-Temps située dans le quartier d'affaires de La Défense en région parisienne. Un modus operandi inspiré d'une des précédentes attaques du groupe.

Cette vidéo de 66 minutes — diffusée en anglais et arabe — revient principalement sur l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya, le 21 septembre 2013. Pendant près de trois jours, des assaillants ont fait le siège du centre commercial — symbole de l'occident au Kenya, voisin de la Somalie — faisant 67 morts et 175 blessés.

L'attaque du Westgate Mall reste comme « la plus grande réussite médiatique » des shebabs selon Romain Caillet, chercheur à l'Institut français du Proche-Orient à Beyrouth et spécialiste des mouvements djihadistes, contacté ce lundi par VICE News. « Cette vidéo [leur] permet de redonner du souffle à la grande attaque du Westgate, » explique Caillet.

« Ce ne sont pas des menaces directes, mais un appel aux sympathisants des shebabs dans le monde à commettre des attentats, » précise Caillet. « S'ils avaient le projet d'attaquer un centre commercial en Europe ou aux États-Unis ils n'auraient pas fait de vidéo pour l'annoncer, » précise le chercheur. Avec cette nouvelle vidéo, Caillet estime que les shebabs entendent profiter de l'impact de l'attaque de Westgate pour galvaniser des sympathisants.

Le mouvement des shebabs — qui signifie le « parti des jeunes » — est né en 2006, suite à l'intervention éthiopienne en Somalie pour ramener le calme après la prise du pouvoir par l'Union des tribunaux islamiques (UTI), premier allié des shebabs. L'intervention militaire scinde en deux alors l'alliance islamiste entre des modérés et les plus radicaux — les shebabs — qui décident de prendre les armes.

Leur objectif en Somalie est double : imposer la charia et assurer la non-ingérence de tout pouvoir étranger. L'anthropologue Benoit Hazard, interrogé sur France 24 à l'époque de l'attaque de Nairobi, distinguait au sein des shebabs un courant ultra-nationaliste — soutenu par l'ancien chef du mouvement, Ahmed Abdi Godane assassiné en septembre dernier — et une mouvance djihadiste internationaliste à l'image de ceux qui ont mené l'attaque de Westgate : perpétrée au Kenya, par une majorité de non Somaliens, dont deux ou trois américains de Minneapolis.

Pourquoi deux centres commerciaux français sont cités ?

Les shebabs ont déjà eu à faire avec la France, bien que le pays ne soit pas une cible habituelle dans leurs discours. Denis Allex, un agent de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure), avait été pris en otage par les militants islamistes en juillet 2009. Après trois ans et demi de captivité les services français ont décidé le 11 janvier 2013 de tenter de libérer l'otage. Sans succès. Allex et deux membres du commando français vont périr dans l'attaque. Mais les pertes sont lourdes côté shebabs : entre 50 et 70 morts.

« Il existe certes ce contentieux entre les shebabs et la France, mais il est secondaire. Le choix de citer la France dans cette vidéo permet surtout de faire le « buzz » depuis les attentats contre Charlie Hebdo, » tempère Romain Caillet.

Pour le chercheur, cette vidéo ne vise la France que par opportunisme suite à l'actualité qui a endeuillé le pays, « La France n'a pas de diaspora somalienne, n'a jamais colonisé la Somalie. On y parle surtout l'anglais. La France n'est pas une cible prioritaire des shebabs. »

À la fin de la vidéo, les militants islamistes incitent les sympathisants à mener des attaques contre les centres commerciaux en Occident. La séquence dure une quarantaine de secondes.

Pour les cibles basées aux États-Unis — notamment au « Mall of America » de Minneapolis — au Canada ou au Royaume-Uni, les logos, adresses et géolocalisations des centres commerciaux sont clairement présentées et évoqués par un individu masqué qui s'exprime à la fin de la vidéo. Pour le Forum des Halles et les Quatre-Temps en revanche, ni logo, ni géolocalisation, encore moins de commentaires du shebab masqué.

« Ils ont sans doute ajouté les deux centres commerciaux français au dernier moment. La vidéo a probablement été montée au moment des attentats contre Charlie Hebdo, » explique Romain Caillet. Les noms du Forum des Halles et des Quatre-Temps apparaissent sur un fond noir qui semble avoir été ajouté à la va-vite.

« Les shebabs sont très populaire chez les djihadistes anglo-saxons, notamment au Canada et aux États-Unis où il y a beaucoup de sympathisants puisqu'une importante communauté somalienne y habite, » note Caillet.

Tant et si bien que le ministre de la Sécurité intérieure américain, Jeh Johnson, a déclaré ce dimanche sur CNN, « Dès qu'une organisation terroriste appelle à une attaque contre un site spécifique, nous devons prendre cela au sérieux. […] Quiconque prévoit d'aller au Mall of America aujourd'hui doit être très prudent. » Dans le même temps, le plus grand centre commercial des États-Unis a annoncé, dans un communiqué, avoir pris des dispositions pour assurer la sécurité de ses clients, « Certaines seront remarquées par les visiteurs, d'autres pas. »

Interrogé sur un possible renforcement des dispositifs de sécurité dans les deux espaces français cités par la vidéo, le ministère de l'Intérieur et les services de police n'ont pas souhaité commenter. Le Forum des Halles n'a pas pu nous répondre dans les temps de publication de cet article.

Vendredi 20 février, au moins 25 personnes ont été tuées à Mogadiscio, la capitale somalienne, dans l'attaque d'un hôtel, depuis revendiquée par les shebabs. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière sur le sol somalien depuis près de deux ans, des ministres, députés et responsables somaliens étaient présents dans le Central Hotel, au moment de l'attaque. Le maire-adjoint de la capitale somalienne a été tué dans l'attaque ainsi qu'un député. Le vice-Premier ministre et le ministre des Transports ont eux été blessés selon l'AFP.

Suivez Pierre Longeray sur Twitter @PLongeray