Algérie

En Algérie, coupure des réseaux sociaux pour éviter les fuites au bac

Les réseaux sociaux ont été bloqués ainsi que d’autres services pour éviter les fuites qui ont obligé des centaines de milliers de lycéens à repasser plusieurs épreuves.
20.6.16
Image d'illustration via Wikimedia Commons / Alison wood

Passer son bac n'est pas forcément le moment le plus agréable de la vie d'un lycéen lambda. Mais ça l'est encore moins pour les lycéens algériens de la cuvée 2016.

À cause d'une fuite de grande envergure des sujets lors de la première session de début juin, 550 000 lycéens (sur 800 000 candidats) sont contraints de repasser plusieurs épreuves du bac depuis ce dimanche.

Mais pour éviter de nouvelles fuites, les autorités algériennes semblent avoir décidé de couper l'accès aux réseaux sociaux. La mesure pourrait courir jusqu'au jeudi 23 juin — la fin des épreuves.

Publicité

C'est sur Facebook que plusieurs sujets avaient fuité avant les examens. Plusieurs comptes avaient diffusé notamment les épreuves de sciences naturelles, de français et de sciences islamiques, indique Jeune Afrique.

Depuis la révélation du scandale, 31 personnes dont des membres de l'Éducation nationale ont été identifiées dans cette affaire, et une femme a été placée sous contrôle judiciaire d'après le ministère de l'Éducation algérien.

Ainsi depuis samedi soir, il est impossible d'accéder à Facebook, Twitter, Instagram, Viber, mais aussi au moteur de recherche Google si vous surfez sur l'Internet algérien. Mais certains Algériens ont rapidement trouvé la parade pour accéder aux réseaux sociaux : en utilisant un VPN, qui permet de contourner les restrictions géographiques.

Mais d'après plusieurs médias locaux, les blocages ne touchent pas seulement les réseaux sociaux mais « toutes les prestations du service Internet ». Certains Internautes évoquent depuis ce dimanche des difficultés à se connecter au réseau.

Algérie 360 n'hésite pas à parler de « 19 juin numérique » — en référence au 19 juin 1965, jour d'un coup d'État lancé le militaire Houari Boumédiène — pour dénoncer ce black-out numérique imposé à l'ensemble des Algériens.

Du côté du ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication algérien, on assure ne pas être au courant de cette coupure d'Internet, d'après le journal El Watan. De son côté, le ministère de l'Éducation nationale affirme qu'« Internet ne sera pas suspendu durant ces secondes épreuves du baccalauréat contrairement à ce qui a été rapporté ».

Publicité

Algérie Télécom, le principal fournisseur d'Internet en Algérie, a souhaité ce dimanche sur sa page Facebook « une excellente semaine » à tous les Algériens — une petite attention qui n'a pas plu à de nombreux internautes.

Dans les commentaires, ils sont nombreux à demander des réparations et des réponses quant à ce blocage massif des réseaux sociaux qui importent aussi d'autres services comme la boîte de messagerie Gmail.

En octobre 2015, Algérie Télécom s'était déjà attiré les foudres des Algériens à cause d'une importante coupure du réseau Internet après la rupture d'un câble sous-marin à fibre optique reliant Annaba à Marseille.

Les résultats du bac algérien seront disponibles aux alentours du 15 juillet.


Image via Wikimedia Commons / Alison wood

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR