L'attitude punk du chanteur R&B Mundu

Rencontre avec le jeune artiste britannique férocement autosuffisant, qui nous offre en primeur sa dernière chanson
31.3.17

L'attitude DIY, elle est très souvent associée au punk. La plupart des mouvements musicaux le sont au début, par nécessité, mais deviennent assez vite régis, une fois que les labels en voient l'intérêt. Garder une attitude DIY dans le hip-hop ou le R&B est donc très peu commun de nos jours, si on veut avoir un semblant de succès dans sa carrière musicale.

Donc, quand l'étoile montante du R&B britannique MUNDU m'a appris que 1) il a à peine 21 ans et que 2) il fait absolument tout lui-même, j'ai été vraiment impressionné. Malgré qu'il ait reçu des offres de gens voulant faire toutes ces choses-là pour lui, Michael Kiggundu a préféré garder ça DIY. Être un artiste complet dans le monde du hip-hop, de nos jours, ce n'est pas seulement inhabituel, c'est borderline insensé.

Publicité

J'ai donc pensé qu'une interview Skype avec lui était de mise.

VICE : Explique-moi brièvement qui tu es et ce que tu fais.
Je m'appelle Michael Kiggundu, je fais de la musique, j'ai 21 ans et je viens de South London, au Royaume-Uni.

21 ans? Dude, t'es fucking jeune. Ça fait combien de temps que tu fais de la musique?
Depuis que j'ai 13 ou 14 ans. J'ai commencé à prendre ça de manière un peu plus sérieuse il y a environ trois ans. Quand j'étais plus jeune, j'ai appris à faire des beats. J'essayais surtout de reproduire des beats de Timbaland, mais je n'avais pas d'argent pour du gear analogue, donc j'ai décidé de faire mes propres trucs sur FL Studio.

Et aujourd'hui, tu fais encore des beats ?
Ouais. C'est moi qui ai fait chacun des beats que t'entends avec ma voix dessus.

T'as jamais eu recours au beats d'un autre producer ?
Non, j'aime être autosuffisant. Je fais mes propres beats, j'écris mes propres paroles, je fais mon propre mixing et mastering. Tous les visuels, c'est moi qui les fais. Jusqu'au mois dernier, je faisais aussi tous mes bookings et mon administration moi-même!

T'as un studio et tu fais tout à partir de là, j'imagine?
Non. Tout se fait là-bas, sur le laptop! [Il tourne sa caméra vers un tout petit bureau, avec un vieux PC posé dessus.]

Tu arrives quand même à faire des sons plus cool que 90 % de ce qui se fait en ce moment. As-tu un plan d'affaires, une vision de ce que tu veux? Comment arrives-tu à générer un buzz comme ça avec si peu?
J'étudie en marketing et en publicité, donc j'imagine que ça aide. J'ai décidé de sortir un nouveau simple chaque vendredi, vu que les gens de nos jours ont une capacité d'attention assez fuyante. Je crois que ça m'aidera à bâtir un auditoire plus solide que si je sortais un gros projet. Je crois que mon branding est aussi très fort, sur le plan visuel. Mais là, j'essaie vraiment de mettre en scène mon show live, parce que, pour l'instant, j'ai fait tous les open mics de Londres, mais seulement quelques spectacles en tête d'affiche.

Publicité

Il y a vraiment une effervescence chez les jeunes artistes londoniens en ce moment, surtout à South London. C'est attribuable à quoi, d'après toi? Est-ce un truc socioculturel?
Je crois que depuis 2014-2015, on est beaucoup plus sûrs de nous-mêmes et de notre son. Au début des années 2000, jusqu'à environ 2010, on était très attentifs à ce que les autres pensaient de nous. Et maintenant, je crois qu'on a réalisé à quel point on est dope, à quel point notre culture est cool.

C'est vraiment génial de voir tout l'amour qu'on reçoit dans le reste du monde, mais je pense que, même si personne ne portait attention à nous, on resterait le Royaume-Uni. Je crois que ç'a été un gros changement pour notre scène, de commencer à nous aimer nous-mêmes. Et je crois que c'est un peu la même chose au Canada.

J'ai appris récemment que le Canada et le Royaume-Uni avaient plein de trucs en commun, la même manière de parler, de s'habiller… C'est comme si le Canada et le Royaume-Uni étaient cousins!

[NDLR : Je pense que Mundu ne sait pas que sa reine est aussi la nôtre, et que Drake et les membres de la communauté de Toronto-Est ne sont pas représentatifs du Canada dans son ensemble, malheureusement… Mais laissons-le rêver.]

Penses-tu que cette vision aussi positive de la scène britannique contribue au fait que des artistes en Amérique du Nord partagent tes trucs sur internet?
À ce que je sache, j'ai pas encore eu de love d'artistes en Amérique, mais oui, c'est certain que mon amour pour ma scène contribue au fait que j'ai le soutien de radios ici, comme BBC1 Xtra, Rinse, Radar et tout ça.

Publicité

Tu savais pas que Himanshu, des Swet Shop Boys, avait partagé tes trucs?
Ah bon? Yo! C'est trop cool, ça! Il faut que tu m'envoies le lien!

Sinon, des plans pour venir en Amérique du Nord bientôt?
J'ai une tournée en Angleterre cet été, après je veux sortir un gros projet, mais c'est certain que ça ferait grave plaisir de pouvoir venir en 2018!

Écoutez ci-dessous en exclusivité la toute nouvelle chanson de Mundu''Breakdowns''.

Billy Eff est sur internet içi et .