Crime

Des trafiquants de drogue filmés en plein jour déchargeant un bateau sur une plage espagnole

La police espagnole explique que les trafiquants ont déchargé des colis de marijuana et que cette partie du littoral est « hors de contrôle ».

par Quique Badia and Miriam Wells
23 Juin 2015, 9:30am

Image via Wikimedia Commons

C'était un après-midi normal sur cette plage ensoleillée d'Espagne, jusqu'à ce que les trafiquants de drogue arrivent.

Dans une vidéo publiée lundi sur YouTube, on voit un large bateau pneumatique noir en train d'être déchargé de ses marchandises illégales sur une plage bondée, en plein après-midi, devant une foule incrédule.

Une douzaine de membres d'équipage font des allers-retours entre le bateau et la plage de Tonelero, située dans la ville de La Linea de la Concepción, au Sud de l'Espagne, tout près de Gibraltar et donc à quelques dizaines de kilomètres du Maroc. La nature du chargement n'est pas visible dans l'enregistrement mais la police espagnole a dit à VICE News qu'il était composé de colis de marijuana.

Dans la vidéo, on entend une voix répéter avec étonnement : « C'est pas possible… Décharger ici, à six heures du soir, avec tout le monde autour… C'est pas possible. »

La police espagnole a dit penser que ce déchargement a eu lieu entre mercredi et vendredi dernier, et que les responsables n'ont pas été arrêtés. Les drogues n'ont pas non plus été saisies.

À lire : Pourquoi des narcos ont balancé une tonne de cocaïne au large de la Belgique

Dans une déclaration, l'Association espagnole des Gardes civils (AEGC), l'équivalent des gendarmes en Espagne, responsable des zones rurales, des ports et des autoroutes, a dit que la situation à La Linea de la Concepción est « hors de contrôle ».

« Ce n'est pas imputable à l'excellent travail des gardes civils qui travaillent dans la zone mais à cause du manque toujours plus inquiétant d'effectifs et de ressources au sein de la Garde civile… Nous nous sentons impuissants, » dit la déclaration.

Juan Antonio Delgado de l'Association unifiée des Gardes civils (AUGC), a dit à VICE News qu'il y avait entre 50 et 60 groupes mafieux qui opèrent dans la province de Cadix — dont fait partie la plage de Tonelero — soit autant que les groupes opérant dans les provinces de Madrid et de Barcelone, qui comptent beaucoup plus d'habitants.

À lire : Les drogues que l'on trouve en Europe sont de plus en plus pures

Delgado affirme que la détresse sociale et le chômage entraînent le « désespoir » de la population locale, et contribuent de manière cruciale au trafic de drogue. Cadix, la capitale de la province éponyme, a le plus fort taux de chômage d'Espagne, la moyenne nationale se situant à près de 24 pour cent.

« Les faits sont là. À chaque fois que nous détenons quelqu'un nous voyons l'impact de la crise économique dans la vie de cette personne, » poursuit Delgado. « Ce n'est pas juste une question de police, mais [une question de] politique de l'emploi et du développement dans la région. »

Quand on lui a demandé comment la police locale pouvait combattre les trafiquants de drogue, Delgado a répondu que « Les mafias sont des entreprises qui investissent dans les dernières technologies. Ils utilisaient des GPS avant nous. »

La Garde civile a même intercepté des hélicoptères chargés de drogue, a-t-il ajouté.

À lire : L'Afrique sera-t-elle le prochain plus grand marché de la drogue ?

Suivez Quique Badia and Miriam Wells surTwitter: @qbadiamasoni et @missmbc

Tagged:
MARIJUANA
Cannabis
Europe
crime
VICE News
Mafia
drogue
trafic
plage
cadix
crime et drogues
association espagnole des gardes civils
garde civile
la linea de la concepción
tonelero