Publicité
Etats-Unis

Obama pourrait commuer la peine de Chelsea Manning

La lanceuse d'alerte actuellement emprisonnée est sur la shortlist du président Obama pour une potentielle commutation de peine, rapporte NBC ce mercredi.

par Tess Owen
12 Janvier 2017, 10:24am

Il y a encore une lueur d'espoir de voir Chelsea Manning libre. La lanceuse d'alerte actuellement emprisonnée est sur la shortlist du président Obama pour une potentielle commutation de peine, rapporte NBC ce mercredi — citant une source au sein du Département de la justice.

« Je reste optimiste, » a dit Manning à VICE News via un intermédiaire. « Peu importe le résultat, je suis extrêmement reconnaissante de tous ceux qui me soutiennent. »

Les avocats de Manning n'ont pas confirmé l'information de NBC.

L'ancien analyste de l'armée américaine est emprisonné depuis 2010, accusé d'espionnage et d'avoir fait fuiter des milliers de documents militaires secrets via WikiLeaks. Manning a été condamnée à une peine de 35 années de prison dans la caserne de Fort Leavenworth (Kansas).

À la mi-novembre, les avocats de Manning avaient fait une demande de grâce auprès du bureau du président. Dans une déclaration accompagnant sa demande, Manning disait qu'elle endossait « l'entière responsabilité » de ses actions. « Je n'ai jamais demandé pardon pour ce que j'ai fait, » écrivait Manning. « Ce que je sais c'est que je suis une personne bien différente qu'en 2010. Je ne suis pas Bradley Manning [son nom avant son changement de sexe]. Je ne l'ai jamais été. Je suis Chelsea Manning, une femme transgenre fière et qui demande une première chance dans cette vie. »

Elle décrivait aussi sa vie de femme transgenre derrière les barreaux, loin d'un monde qui accepte de plus en plus les gens comme elle. « Je me sens mise de côté, » écrivait Manning. « Je voudrais participer aux changements qui se passent dehors. »

Manning est en prison depuis 6 ans — plus que n'importe quel lanceur d'alerte ayant fait fuiter des informations à un média. Elle a essayé de se suicider l'été dernier, ce qui — selon elle — a entrainé l'inaction de l'armée concernant sa demande de traitement pour sa dysphorie du genre. Par exemple, elle n'a pas le droit de porter ses cheveux longs, mais l'armée a accepté en septembre de payer pour son opération de changement de sexe. Elle a été placée à deux reprises à l'isolement.

Elle avait indiqué à VICE News en septembre qu'elle tenait le coup en pensant à ses amis, sa famille, son chat Belle et le goût des pizzas pepperoni.

Parmi les informations révélées par Manning, on trouvait notamment une vidéo de deux hélicoptères AH-64 Apache de l'armée américaine tirant sur des civils à Bagdad. Douze personnes avaient perdu la vie, dont deux hommes irakiens qui travaillaient pour Reuters. Cette vidéo avait déclenché une controverse sur la conduite de l'armée américaine en Irak et leurs possibles crimes de guerre.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR