FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Les escrocs aux tickets resto

Un expert-comptable basé dans le 13e arrondissement de Paris nous a expliqué comment les Chinois de France utilisaient le filon pour arnaquer le système.
05 février 2014, 11:51am

La France, c'est bien connu, est le pays du système D, où tout est bon pour se mettre un peu de fric dans la poche aux dépens de l'État – des magouilleurs à la petite semaine aux escrocs planqués dans les plus hautes sphères de la fonction publique, tous les coups sont permis et le seul crime est de se faire choper.

Dans ce contexte bien français, même les tickets resto (TR) étaient une source d'escroquerie, surtout pour nos potes les Chinois. Après la découverte de plus de 10 500 **tickets restaurant contrefaits **et la révélation de l'histoire d'amour entre la Chine et les paradis fiscaux, le Gouvernement a jugé qu'il était temps d'agir. Ainsi, il a annoncé le 17 juillet dernier la dématérialisation des tickets resto : toute la paperasse des avantages en nature passera au numérique – carte à puce ou smartphone. Cette décision deviendra une réalité **en avril 2014 **pour les plus de 3,5 millions d'utilisateurs quotidiens.

Malgré l'argument de « choc de simplification administrative » **sorti de la bouche **de François Hollande, l'État avait en tête d'éradiquer les magouilles des patrons des restaurants chinois qui **blanchissaient de l'argent **grâce à la faible traçabilité des tickets resto. Pour mieux comprendre ces magouilles, j'ai demandé à un expert comptable basé dans le 13e arrondissement de Paris (qui, pour des raisons que vous comprendrez, a tenu à rester anonyme) de m'expliquer leur méthode de blanchiment de fonds.

VICE : C'est quoi, le principe de base des dérives liées aux tickets resto ?
**Expert comptable : **Le ticket restaurant permet la mise en place d'une économie parallèle échappant totalement aux contraintes fiscales et sociales. Cette méthode est fondée principalement sur la mise en place d'un système de financement interne à la communauté chinoise – une sorte de **tontine **– permettant d'éviter tout recours au système bancaire traditionnel (emprunt, découvert bancaire, etc.) par la mise en place d'un système occulte de paiement interne des transactions. Tout ce système se fondait sur l'utilisation des tickets restaurant. Dans cette économie, les TR étaient une sorte de lessiveuse à pognon, et même l'argent sale de la drogue sentait comme des draps propres.

Pourriez-vous m'expliquer le mécanisme de blanchiment d'argent mis en place ?
Le système est alimenté par les nombreux restaurants chinois installés dans le 13e qui encaissent une grosse partie de leurs prestations en tickets resto et qui n'en déclarent qu'une infime partie dans leurs recettes comptables. Ainsi une quantité importante de TR non déclarés vient alimenter un réseau de financement parallèle.

Les restaurateurs paient les coiffeurs, les coiffeurs paient les fournisseurs, les fournisseurs paient les comptables, etc. Les tickets resto passent de main en main et les commerçants ne paient ni TVA, ni commission de 1,5 % sur les tickets resto une fois mis en banque. Il s'agit de sommes colossales qui ne laissent aucune trace ; il n'y a donc ni impôt, ni charges sociales sur leurs revenus. Que du bonheur pour les participants à ce réseau, au détriment de l'État.

Et la magouille va beaucoup plus loin : la communauté a mis au point une banque interne du ticket restaurant qui permet aux titulaires de tickets resto de revendre (contre espèces) les TR qu'ils n'arrivent pas à écouler, selon des tarifs très spécifiques liés à la date d'échéance de validité. Par exemple, un TR à échéance fin mars 2014 se négocie aujourd'hui à 30 % de sa valeur. Cette « banque interne » revend ce même TR à un membre de la communauté à 55 % de sa valeur initiale. J'ai essayé de me renseigner sur cet organisme, mais je n'ai pas les yeux assez bridés pour que mes clients chinois me donnent des infos plus précises là-dessus.

Au final, tous les TR émis sont encaissés et remboursés par la CRT, la Centrale de règlement des titres, mais ils ont servi pendant au maximum un an à alimenter un réseau d'économie parallèle. Une fois de plus, tout le monde est gagnant sauf l'État.

Pourquoi n'y a-t-il que des Chinois qui trempent là-dedans ?
Je pense qu'ils s'en sortent parce qu'ils vivent dans une société fermée et qu'ils sont solidaires entre eux. De A à Z, toutes les opérations qu'ils effectuent s'avèrent être entre eux – ou avec des intermédiaires, comme moi, à qui ils font confiance et qui acceptent leurs tickets resto comme mode de paiement. Le système qu'ils utilisent est un système sophistiqué qui existe principalement dans le 13e arrondissement de Paris.

Certains membres de la communauté chinoise ont souvent privilégié une économie souterraine fondée sur la discrétion des opérations effectuées, permettant d'échapper aux contraintes fiscales et sociales. Ils se foutent de la retraite par répartition et des avantages sociaux à la française. Ils veulent gagner de l'argent pour eux, et rapidement. Pour ce faire, ils contournent le système et créent le leur à la place.

Que pensez-vous de la nouvelle loi ?
C'est une simplification administrative, c'est vrai, mais ça va surtout rapporter gros à l'État. À ce niveau-là, c'est une bonne nouvelle parce que les caisses sont vides. Par contre, cette annonce est moins sympa au niveau personnel, vu que je ne profiterai plus des tickets resto avec lesquels me payaient mes clients chinois. Donc plus de black dans mes poches non plus.

Quel va être l'impact du nouveau système ?
Comme la mise en place et la vulgarisation de l'utilisation de la carte bleue qui a fortement réduit les règlements en espèce – et donc toute dissimulation de recette –, la mise en place de la carte resto ou les applications sur les smartphones vont éradiquer complètement le système de magouilles actuel.

Quelles pourront être les nouvelles astuces pour contourner la loi avec ce nouveau mode de paiement plus sécurisé ?
Pour l'instant il n'y a que dalle, je pense que les arnaqueurs vont avoir du mal à trouver une tangente ingénieuse à cette loi. Il faudra inventer autre chose.

Retrouvez Felix sur son site