FYI.

This story is over 5 years old.

La vie est un ricanement cosmique sur le souffle de l'univers

Il est difficile d'établir une synthèse des événements qui se sont déroulés au silo de missiles de Wamego entre le 1er octobre et le 4 novembre 2000. Les informations disponibles se mélangent dans une solution visqueuse
22.6.11

Photos d’archives de Krystle Cole

Krystle, dans le tunnel du silo où elle a passé de longues heures sous l’effet de diverses drogues psychédéliques

Il est difficile d’établir une synthèse des événements qui se sont déroulés au silo de missiles de Wamego entre le 1er octobre et le 4 novembre 2000. Les informations disponibles se mélangent dans une solution visqueuse de faits vérifiés, de semi-bobards, de pseudo-vérités et de mensonges éhontés, dont ne résulte aucun produit recevable. Les personnages de ce drame sont nombreux et variés. Les éléments chimiques impliqués sont souvent obscurs et non vérifiés. Une chose est sûre : en 1997, un virtuose de la chimie organique, Leonard Pickard, s’est associé avec Gordon Todd Skinner afin d’organiser ce qui allait devenir le laboratoire de LSD le plus productif au monde. Selon certaines sources, ce laboratoire a produit 90 % du LSD en circulation, ainsi que des quantités inconnues de MDMA, d’ALD-52 et de vin de

Claviceps

. Et probablement du LSZ, en plus de ça. Mais j’y viendrai plus tard.

Leonard Pickard est une exception dans le milieu des chimistes clandestins – il est l’un des seuls à avoir connu le succès académique. Il a étudié à Harvard, Purdue et UCLA tout en produisant des kilos entiers de MDMA et de LSD dans des laboratoires secrets, sous les auspices du Brotherhood of Eternal Love. Il était charismatique, galant et se tenait toujours bien droit (il conseillait aux personnes qui avaient le dos voûté de laisser leurs vertèbres tomber verticalement, comme « un magnifique collier de perles »). Une photo connue le représente pendant une conférence scientifique à Sussex, en train de s’extasier de l’odeur d’une rose. C’était ce genre de type.

Gordon Todd Skinner (ses amis l’appellent Todd) est un chimiste autodidacte dont on ignore les capacités réelles. En réalité, on ne sait toujours pas s’il est vraiment chimiste. Il a fait sa première extraction de mescaline sur un peyotl à l’âge de 19 ans. À 25 ans, il a découvert la vie carcérale dans une prison du New Jersey pour son implication dans un trafic de 42 kilos de marijuana. Afin d’écourter sa peine, il a commencé une longue et fructueuse carrière d’informateur gouvernemental. En 1996, il a acheté un silo de missiles sans accréditation et l’a transformé en un palace psychédélique souterrain.

Trois ans plus tard, il a acheté un deuxième silo afin d’y installer un laboratoire de LSD. Le laboratoire n’est pas resté actif très longtemps, puisqu’en octobre 2000, Todd proposait déjà aux agents de la DEA de visiter les lieux. Affirmer que Todd n’était qu’une balance reviendrait à mettre de côté son implication active dans la distribution de drogues psychédéliques pour l’amélioration de l’humanité, ce qui explique pourquoi son œuvre est si complexe.

Krystle Cole, une ancienne strip-teaseuse goth originaire de la ville de Burlington, dans le Kansas, est tombée amoureuse de Todd et s’est retrouvée plongée dans un cercle très privé de chimistes et de dealers. Krystle a rencontré Todd en février 2000, et ils ont partagé six mois de bonheur lysergique dans le silo avant que les choses ne prennent une tournure chaotique. En août 2000, Todd avait peur que le laboratoire de LSD soit surveillé par le gouvernement, et il a décidé de dénoncer Leonard afin de ne pas retourner en prison. Il s’est empressé d’enregistrer des conversations et de compiler des preuves contre lui. En conséquence, Leonard s’est fait arrêter et le pays a connu une pénurie de LSD qui a duré jusqu'à la fin des années 2000.

En octobre 2000, Todd a contacté la DEA et déclaré : « Je suis en possession de preuves relatives à ce qui me semble être la plus grande conspiration liée au LSD au monde… et j’aimerais qu’on trouve un accord. » Todd fut entièrement gracié et sortit libre comme l’air, tandis que Leonard écopa d’une double condamnation à perpétuité, sans liberté conditionnelle. Au moment du procès, Todd et Krystle ont voyagé à travers l’Amérique, en dealant des kilos de cristaux de MDMA pour survivre. Au bout de quelque temps, Todd est devenu de plus en plus violent et paranoïaque. Il s’est fait arrêter en septembre 2003, ce qui a marqué le commencement d’une longue bataille légale qui s’est soldée par une peine à perpétuité pour attaque à main armée (l’arme étant une aiguille hypodermique) et pour kidnapping.

Dans les années qui ont suivi son arrestation, Krystle a partagé son expérience grâce à une série de livres et plusieurs vidéos sur YouTube, dont la plus célèbre implique une discussion approfondie sur une technique d’administration intrarectale de DMT qui s’intitule « Le Colon chamanique ». Il paraît que ça brûle. Krystle est une des rares personnes en liberté à avoir participé à cette grande opération. Je me suis donc rendu au Kansas pour la rencontrer, lui poser quelques questions et visiter le légendaire silo de missiles. Malgré les épreuves qu’elle a endurées, Krystle est une adorable petite boule d’énergie enthéogène. Quand je suis allé la chercher avant d’aller à Wamego, elle portait un tee-shirt délavé floqué d’un peace and love.

À une époque, le silo était une démonstration parfaite de l’extravagance effrénée de Todd. La soute principale était remplie de superbes tapis persans et de canapés en cuir. Il possédait également un système stéréo à 120 000 dollars qu’il utilisait pour écouter Deep Forest et Sarah McLachlan à un volume indécent. La salle de bains à elle seule possédait une douche à trois pommes et une baignoire dans laquelle six ­personnes auraient pu aisément se prélasser. Selon les dires de Krystle, c’était plutôt « marrant ». À la suite des événements, le silo a été vidé et tous les objets de valeur ont été mis en vente. L’endroit a fini par être abandonné, jusqu’à ce que les sbires de Todd y retournent pour cacher de la MDMA, du LSD et du DMT dans les murs variqueux en marbre rose. Aujourd’hui, seule une petite partie du silo est encore intacte, et le lieu appartient désormais à un collectionneur fanatique de véhicules militaires qui se sert de la soute pour stocker des chars soviétiques T-34 datant de la seconde guerre mondiale. Après avoir quitté le silo, j’ai discuté un peu avec Krystle.

Krystle et Hamilton relâchent la pression autour d’un plat de légumes vapeur à Houlihan

Vice : Comment as-tu rencontré Gordon Todd Skinner ?

Krystle Cole :

J’étais strip-teaseuse dans un endroit qui s’appelle Club Orleans. Todd ne fréquentait pas les clubs de strip, mais ses employés venaient souvent. L’un d’eux a vu mon spectacle et a dit à Todd : « Il y a une fille qu’il faut

vraiment

que tu voies. » Mon numéro était assez intéressant – il était axé sur le bondage. J’étais très goth à l’époque. Je faisais mon show sur un morceau de death metal ; j’avais une chaîne que j’enroulais autour du poteau et avec laquelle je me fouettais. C’était une sorte d’acte de rébellion contre le Kansas. Quand Todd est arrivé, j’ai vu qu’il n’était pas comme les autres clients. Il ne venait clairement pas pour une lap dance. Il s’est contenté de s’asseoir dans le carré VIP et de me donner plein d’argent. Un jour, il a fini par me demander si je voulais voir où il habitait. Il y a une règle de base dans les strip-clubs : « Il ne faut jamais se rendre dans la maison d’un client, sinon tu finiras violée et découpée en petits morceaux. » Naturellement, j’étais un peu nerveuse, mais j’ai fini par accepter. Après avoir roulé pendant des heures, on a fini par arriver devant d’immenses portes en métal, avec des fils barbelés tout le long. Il avait au moins dix caméras de sécurité et des détecteurs de mouvement. Il n’y avait aucun bâtiment alentour, et la porte qui conduisait au silo de missiles était assez grande pour faire rentrer un camion. Une fois à l’intérieur, j’étais terrifiée.

Pourquoi Todd a-t-il choisi de vivre dans un silo de missiles nucléaires plutôt qu’une maison ?

Quand j’ai rencontré Leonard et Todd, ils m’ont expliqué qu’ils travaillaient dans la finance, et Todd m’a dit qu’il stockait de la nourriture et des armes pour se préparer au bug de l’an 2000 – on s’est rencontrés à l’aube du nouveau millénaire. Todd possédait tout ce qu’il fallait dans son silo pour survivre à l’apocalypse. Ils m’ont également dit qu’ils se déplaçaient toujours avec des valises remplies de monnaie étrangère et de billets de 1 000 dollars car ils étaient per­suadés que le système économique américain était sur le point de s’effondrer. Ils dépensaient sans compter, conduisaient des Porsche, m’offraient des tenues Armani et je n’avais même plus à travailler au strip-club. Au Kansas, c’est pas dans notre culture de se demander si les gens sont honnêtes ou pas, tu vois ce que je veux dire ?

Donc Todd t’a dit qu’il était un financier qui se préparait à un krach boursier, mais comment il a pu t’expliquer les kilos de MDMA ?

Il l’a très bien caché. Quand je l’ai rencontré pour la première fois, je n’avais jamais rien vu de tel. Je n’avais aucune expérience avec la drogue. J’avais déjà bu de l’alcool et fumé de l’herbe, mais je n’avais jamais entendu parler de MDMA. Il m’a juste dit : « Essaie une fois, tu vas apprécier. » Oh, j’ai apprécié, en effet… mais il ne s’agissait que d’une petite quantité. Au bout d’un certain temps, j’ai commencé à suspecter quelque chose, sans savoir ce que c’était vraiment. Tout le monde était très nerveux. Dès qu’il s’agissait de parler de drogue au téléphone, les gens changeaient directement de sujet. Il a fallu quelque temps avant qu’on me montre les piles de drogues et que je découvre qu’ils avaient un laboratoire de LSD en plus d’un laboratoire de MDMA.

J’ai lu qu’il disait aux gens qu’il utilisait le silo pour fabriquer des ressorts très performants pour la NASA.

Il y a eu une époque où ils fabriquaient vraiment des ressorts dans le silo. Certains de ses employés m’ont dit qu’ils avaient essayé d’en faire, mais c’était surtout une couverture.

Tu as déjà vu des ressorts là-bas ?

Non, jamais, mais la mère de Todd possède une usine de ressorts à Tulsa, et ils en fabriquent pour la NASA.

Un appareil composé de 182 batteries que Todd prétend avoir fabriqué pour expérimenter des synthèses électrochimiques de MDMA

Une fois que tu as découvert que Todd et Leonard étaient impliqués dans un immense trafic de LSD, tu n’as pas voulu arrêter de les fréquenter ?

Au contraire ! J’ai compris ce qui se passait vraiment après l’arrestation de Leonard. J’étais constamment défoncée, et je n’avais que 18 ans. Je n’avais pas assez d’expérience pour comprendre ce qui se passait autour de moi. J’avais juste envie de faire la fête. Je ne pensais pas vraiment aux conséquences.

Ils expérimentaient quel genre de substances ?

Todd avait une spécialité, les tryptamines. Il pratiquait des extractions sur du

Mimosa hostilis

, mais il pouvait aussi produire du DMT synthétique. Il était très fier de tous les produits chimiques qu’il possédait. Il gratifiait ses amis les plus proches d’une visite de sa « bibliothèque » qui comportait des centaines de drogues différentes. C’était en 2000, soit bien avant que ces substances puissent être achetées sur Internet en tant que drogues de synthèse. Todd donnait des trucs à tout le monde, et tout le monde en redemandait. La plupart du temps, je ne savais même pas ce que j’ingérais. À l’époque, je consommais tellement de drogues différentes que j’avais l’impression de vivre dans un monastère enthéogène. Je n’avais même pas besoin de travailler. Je n’avais pas à me soucier de mes factures. La seule chose que j’avais à faire, c’était prendre des drogues psychédéliques. J’ai eu l’opportunité de tester plein de drogues rares comme l’ALD-52 et le vin de

Claviceps

, ainsi que des choses complètement inédites dont je n’avais jamais entendu parler avant, et dont je n’ai plus jamais entendu parler par la suite.

C’était quoi, ces « substances inédites » ?

Il y avait une substance que personne n’avait essayée auparavant. Les effets que j’ai ressentis étaient au-delà des mots. J’avais l’impression de… C’est comme si la réalité était devenue un tout… J’étais dans la réalité, mais dans une espèce de strate au-dessus de la réalité. C’est difficile à expliquer, mais juste après la prise, j’ai eu l’impression qu’il existait un interrupteur neurologique dans mon cerveau que j’avais juste à actionner pour entrer dans un état second.

Comment s’appelait cette drogue ?

Todd donnait rarement un nom aux substances qu’il créait, mais c’était un analogue du 5-MeO-DMT. Il m’a envoyé de nombreuses lettres quand il était en prison pour m’en décrire la synthèse dans un langage codé ; apparemment, on pouvait en faire avec des feuilles de rhodium dans un aquarium de 75 litres

. Il y avait énormément de nouveautés, mais cette drogue était particulièrement incroyable. Il a également précisé que c’était une molécule très sensible qui était sujette à la dégradation, et que lorsqu’il rangeait ce « livre » dans une de ses « bibliothèques », il fallait la « relier » avec « une couverture de livre hermétique à la lumière ». Il y avait d’autres substances. Leonard a créé un nouvel analogue du LSD qui s’appelle « diazédine », même si je ne sais pas exactement ce que c’est non plus.

Ah, tu connais l’acide 2,4-diméthyl-azetidine

 ?

Non, mais ils appelaient ça la diazédine. C’était plutôt dingue, mais pas révolutionnaire pour autant. Leonard en a filé à Todd dans une bouteille d’Everclear pour qu’on la teste, et on a pris une dose dans un bouchon. Apparemment, la diazédine ne pouvait pas marcher à grande échelle car les coûts de production étaient trop élevés, ça rapportait trop peu. La diazédine a été à l’origine de nombreuses tensions entre Todd et Leonard, car ils avaient de grands espoirs pour elle, en tant qu’alternative réelle au LSD.

Dans les lettres que Todd a envoyées de prison, il dit utiliser du 5-Fluoro-αMT et du 6-Fluoro-αMT. Le premier peut se trouver sur le marché en petite quantité, alors que le deuxième était distribué par le groupe de Leonard et est censé avoir des effets très puissants. Les deux sont des drogues psychédéliques actives, mais aucune ne peut être produite avec l’équipement que Todd a décrit.

L’acide lysergique 2,4-dimethyl-azetidine (ou LSZ) appartient à un très petit groupe de psychédéliques sérotoninergiques qui surpassent les effets du LSD. La « diazédine » est un raccourci lexical pour dimethyl-azetidine, et le premier article qui décrit la pharmacologie du LSZ provient d’un laboratoire de la faculté de Purdue, où Leonard a étudié sous les ordres du grand chimiste David Nichols. Bien que le papier ait été publié après l’arrestation de Leonard, il est très probable qu’il ait été au courant des recherches préliminaires. Quand j’ai demandé au docteur Nichols s’il pensait que Pickard avait produit du LSZ, il m’a répondu : « Leonard savait sur quoi on travaillait, j’en suis certain. » Des rumeurs ont circulé, certifiant que du LSZ aurait été distribué sur du papier buvard pendant des années, même si peu de gens ont confirmé son existence. Bien entendu, le nom diazédine est ambigu et pourrait englober n’importe quoi, mais je suis prêt à parier un kilo de benzotriazole-1-yl-oxy-tris-pyrolidino-phosphonium hexafluorophosphate que le LSZ et la diazédine sont la même chose.

Les trous creusés par les collaborateurs de Todd pour vérifier l’état de sa « bibliothèque », qui contenait 500 g de MDMA, 100 g de DMT, 1 g de LSD, 10 000 $ américains, 10 000 $ canadiens et 10 000 florins néerlandais

Comment Todd est-il devenu un informateur de la DEA – jusqu’à dénoncer Leonard ?

Juste avant l’arrestation, Todd a commencé à me révéler quelques « secrets » sur Leonard : il m’a dit qu’il était impliqué dans un trafic d’héroïne et de missiles Stinger en Afghanistan, et qu’il avait commandité l’assassinat d’un homme qui leur fournissait un ancêtre du LSD. Je ne sais pas si je crois encore Todd aujourd’hui, mais à l’époque c’était clairement le cas. J’étais folle amoureuse de lui, et je croyais aveuglément tout ce qu’il disait. Maintenant que j’ai un peu de recul, je me rends compte qu’il mentait quasiment tout le temps.

J’ai échangé quelques lettres avec Leonard, il a l’air adorable.

Il faut savoir qu’il n’est pas entièrement innocent dans cette affaire. Bien sûr, c’est horrible qu’il soit condamné à perpétuité pour un crime qui n’impliquait aucune violence. Ce n’était pas un crime d’ailleurs, mais plutôt un service qui a eu un effet très positif sur l’humanité. Bon, c’était loin d’être un ange, même si beaucoup de gens le dépeignent encore comme une sorte de moine bouddhiste incapable d’être mauvais. Todd et lui étaient des grands dealers de drogue, pas des saints. D’un autre côté, je ne pense pas que Leonard soit un meurtrier.

Est-ce que Leonard avait l’air impliqué dans le trafic d’héroïne ?

Probablement pas, mais ce n’était pas le genre à être impliqué dans le trafic de LSD non plus ! Leonard était très doué pour faire semblant. Je ne l’ai jamais vu prendre de drogue, ni même en parler. Le seul truc qu’il m’ait dit, c’est : « Il faut que t’ailles en rave. Tu vas adorer. » C’est la seule chose liée à la drogue qu’il m’ait dite avant son arrestation.

Est-ce que Todd t’autorisait à observer la synthèse des drogues ?

J’ai vu des kilos et des kilos d’indole. J’ai vu des équipements de laboratoire, ainsi que des substances au dernier stade de synthèse ou de purification. J’ai vu des chopes en verre remplies de vin fait à partir de

Claviceps

, mais je ne suis jamais rentrée dans un laboratoire ni n’ai observé la moindre synthèse. Je connaissais Todd mieux que personne, mais il ne me faisait quand même pas assez confiance pour me laisser rentrer dans son labo.

Todd regarde dans le vide tout en se massant l’épaule droite

Je n’ai jamais vraiment saisi le rôle de Todd. Leonard avait clairement un but précis – c’est un chimiste organique sur­diplômé, un disciple d’Alexander Shulgin – mais qu’est-ce que Gordon Todd Skinner venait faire là-dedans ?

Todd m’a raconté plusieurs versions différentes au fil des années. Selon les rapports officiels, il était là pour blanchir l’argent et s’occuper de tout ce qui était lié au flux de trésorerie. Au début, il m’avait dit qu’il était le chef de sécurité du Brotherhood of Eternal Love, mais quand il a commencé à me faire confiance, il m’a expliqué qu’il était également un chimiste spécialisé en LSD. Il m’a dit que c’était lui qui fabriquait du LSD « white fluff » tandis que Leonard produisait de grandes quantités de LSD « lavander »

destiné à la vente. J’en ai déduit que Leonard fabriquait la majeure partie du LSD. Todd faisait juste quelques petites fournées, et un peu de DMT.

Tu as écrit que Todd avait synthétisé quelque chose qui s’appelait le « Black Tar Acid » et qui pouvait provoquer des arrêts du cœur. Pourquoi est-ce qu’il donnait ça aux gens ?

Oui, je ne sais pas trop ce que c’était. Ça avait vraiment une sale gueule. Ce n’était pas du tout cristallin, c’était une espèce de goudron noir comme de l’encre. Quand on essayait de le dissoudre, ça devenait noir profond. Il produisait énormément de tryptamines toxiques qui pouvaient engendrer des attaques. Le stress des tribunaux et les années qu’ils ont passées à se cacher et à conclure des accords louches avec le gouvernement ont fini par les épuiser. Pourquoi est-ce que Todd donnait ça aux gens ? On peut se poser la même question pour tout ce qu’il faisait. Il était mentalement dérangé, je crois. Je pense vraiment que c’est un sociopathe. À l’époque, je ne savais même pas ce que ce terme voulait dire, mais maintenant que j’ai étudié la psychologie et que j’ai saisi ce que c’était, je réalise qu’il existe un nombre très faible de sociopathes et qu’il en fait partie.

À un moment, Todd a prétendu avoir inventé un vaccin contre le VIH et proposait des injections gratuites à tous vos voisins, c’est vrai ?

Oui, plus ses mensonges étaient gros, plus les gens y croyaient. J’avais pris tellement de MDMA que j’avais peur d’avoir des dommages cérébraux. Je me suis donc rendue chez un médecin naturopathe pour me faire suivre. Le médecin m’a prescrit plusieurs injections de vitamines en intraveineuse. Quand Todd m’a vue avec ça, il a essayé de faire ses propres solutions de vitamines en y ajoutant des drogues psychédéliques. Il se rendait dans le cabinet de son naturopathe – je ne sais pas si tu imagines, il y avait plein de personnes âgées qui faisaient une thérapie par chélation dans la même pièce – et il mettait une solution de DMT dans un flacon de vitamines. Il restait assis avec les vieux, complètement défoncé. Il arrivait vraiment à ne rien laisser transparaître. J’en serais incapable.

Pareil.

C’est une chose de fumer de la DMT et de s’en remettre très vite, mais être défoncé pendant des heures avec une aiguille plantée dans une veine, ça ne m’attire pas vraiment. Quoique si tu le fais un certain nombre de fois, tu peux avoir une défonce très plaisante, peu importe l’endroit où tu te trouves. Par exemple, quand Todd devenait violent, il savait que j’essayerais de m’enfuir, alors il s’est mis à piéger ma maison en y dissimulant plein de drogues psychédéliques. Il voulait que les gens pensent que j’étais folle, et il voulait peut-être même que je doute de ma propre santé mentale. Leonard m’a expliqué que Todd avait sans doute enduit mes poignées de porte de drogues psychédéliques. À cause de ça, je me suis retrouvée défoncée pendant trois jours d’affilée, chaque jour étant plus intense que le précédent. Quelle que soit cette substance, c’est la chose la plus forte que j’aie jamais prise. C’est assez déroutant de commencer une journée normale et de se retrouver plongée dans un trip +++

. J’étais épuisée. D’une certaine façon, c’était une très bonne expérience. Je me suis rappelé que la vie n’était qu’un ricanement cosmique sur le souffle de l’Univers. Toute expérience psychédélique peut être potentiellement agréable, à moins qu’une personne ne se tienne au-dessus de vous et vous transperce d’aiguilles, vous étrangle et vous hurle dessus, ce qui est à peu près ce que Todd m’a fait par la suite. Là, pas moyen que ça soit agréable.

« White fluff » et « lavender » sont des termes utilisés pour évaluer le LSD, le premier décrivant une drogue très pure et le deuxième, une pureté moyenne voire basse. Ces termes font écho à l’apparence cristalline du LSD, mais il faut savoir que cette nomenclature de camé n’existe dans aucune forme d’analyse chimique. On ne sait pas vraiment si Todd était capable de produire de la « white fluff ». Dans son témoignage durant le procès (et malgré le fait qu’il ait été déjà totalement disculpé), il a déclaré être incapable de synthétiser du LSD. Je me suis souvent demandé si Todd aimait simplement l’idée d’être une figure patriarcale à la Alexander Shulgin et si son identité de chimiste n’était pas un gros mensonge élaboré. Dennis McKenna était un ami de Todd ; je lui ai demandé ce qu’il en pensait. Il m’a répondu : « Skinner prétendait être plein de choses qu’il n’était pas. Il aurait tout aussi bien pu prétendre être chimiste ! »

Alexander Shulgin a développé une échelle d’évaluation sur cinq points, de +/- à ++++, « ++++ » signifiant : « Non seulement la chronologie et la nature de l’action d’une drogue deviennent claires, mais il est désormais impossible d’ignorer son action. Le sujet est entièrement plongé dans l’expérience, pour le meilleur ou pour le pire. »

Krystle vêtue de l'essentiel.

J’ai lu que Leonard travaillait aussi en tant qu’informateur pour la DEA. Je trouve ça incroyable que deux des dealers les plus puissants au monde aient travaillé avec la DEA de façon indépendante, sans même que l’autre ne le sache. Todd t’a déjà donné l’impression que la DEA était impliquée dans la distribution de drogues ?

Absolument. Il me l’avait dit très clairement. En haut de la pyramide, il n’y a pas de division entre la distribution et la répression de la drogue. 54 % des prisonniers sont en prison pour des crimes relatifs à la drogue. Ces gens rapportent des quantités astronomiques d’argent à travers le système judiciaire. Sans chimistes pour produire la drogue, la DEA ne peut pas faire de profit sur les arrestations. S’ils arrêtent des gens à plus petite échelle tout en laissant les gens en haut de l’échelle produire ce qu’ils veulent, ils peuvent maintenir l’agence à flots. Sans les chimistes, l’ensemble de l’organisation s’effondrerait.

Mais s’ils travaillaient avec Todd et Leonard tout en gagnant de l’argent grâce à des petites arrestations, pourquoi ont-ils finalement arrêté Leonard ?

Je ne peux pas affirmer avec certitude qu’ils travaillaient avec Leonard au moment de son arrestation, mais je sais qu’ils collaboraient avec lui de temps en temps. Je pense qu’ils l’ont arrêté sans lui donner la moindre chance parce que Todd s’est directement adressé au chef de la DEA à Washington et s’est arrangé pour être disculpé. À ce moment-là, les choses avaient pris des proportions énormes, Leonard n’avait aucune chance de s’en sortir.

Todd a été disculpé pour presque tous ses actes. On a l’impression que ses connexions avec le gouvernement étaient si nombreuses qu’il en était devenu intouchable. Finalement, il ne s’est pas fait arrêter pour distribution de LSD mais pour avoir torturé ton ex, c’est bien ça ?

C’est ça. Je pense que son immunité légale l’a rendu fou, il était persuadé de pouvoir s’en tirer, même s’il commettait un meurtre. Là, il est condamné à perpétuité pour ce qu’il a fait à Brad, mon ex-copain. Après le procès, j’ai essayé de m’éloigner de Todd parce qu’il devenait vraiment timbré. Il voulait que je revienne, et je n’avais pas vraiment le choix. Un jour, il m’a traînée dans sa voiture et m’a étranglée en disant qu’il allait nous jeter d’un pont. Je savais que j’allais mourir si je ne trouvais personne pour m’aider. Je suis allée voir les flics et j’ai pu obtenir une injonction d’éloignement temporaire contre lui, mais ça n’a fait qu’accroître sa colère, et je n’ai pas eu d’autre choix que de m’adresser à la DEA. La DEA savait que j’étais sortie avec Todd et ils ont accepté de me rencontrer. Je leur ai appris que je dealais de la MDMA et je leur ai révélé l’emplacement d’un des laboratoires de Todd, puis je leur ai dit qu’il m’avait attaquée et forcée à me droguer. Il s’est avéré que d’autres personnes droguées à leur insu par Todd s’étaient également rendues à la DEA, ils avaient donc toutes les preuves qu’il fallait. J’ai dit aux agents : « Je me fiche d’aller en prison, du moment qu’il est mis hors d’état de nuire. » C’est la décision la plus difficile que j’aie prise, mais je n’avais pas d’autre option. Todd allait finir par tuer quelqu’un. Mais les agents n’ont rien fait. Comme par hasard, Todd m’a appelée deux jours plus tard pour me dire qu’il

savait

que j’avais vu des agents de la DEA. Il était furieux, et c’est pour ça qu’il nous a capturés, Brad et moi.

Qu’est-ce qui s’est passé ?

Todd a proposé à Brad de prendre des hosties imbibées d’un analogue de la psilocine. Je ne sais vraiment pas pourquoi Brad a accepté. Il lui a ensuite proposé une drogue qui, selon lui, intensifiait les effets des hosties psychédéliques. C’était une grosse pilule blanche, et après l’avoir prise, Brad est tombé dans le coma pendant douze heures. Todd donnait ça aux gens qu’il ne voulait pas voir à une fête, il leur donnait des pilules qui les rendaient incapables de faire quoi que ce soit. C’était une sorte de marionnettiste pharmacologique. Il a ensuite injecté des drogues psychédéliques à Brad, lui a donné plusieurs coups de pied dans les couilles et l’a interrogé pour savoir ce qu’on avait dit à la DEA.

Krystle et Hamilton ressemblent à deux gouttes d'eau lysergiques dans un océan enthéogène.

Il se servait des psychédéliques comme d’un sérum de vérité ?

Oui, c’était l’idée. Il lui administrait de la DMT pour ­l’interroger et le torturer psychologiquement. Todd ­disait : « On peut le garder et faire en sorte qu’il nous refasse confiance. » J’ai répondu : « Non, c’est impossible, il faut l’emmener à l’hôpital ! » Il m’administrait du thiopental, du moins c’est ce qu’il disait. J’étais terrifiée. C’est vraiment horrible de se dire que quelqu’un se sert des psychédéliques pour arriver à ses fins. Après tout ça, Brad a dû aller à l’hôpital pour se remettre de ses blessures ­péniennes, et moi j’ai dû rester avec Todd pendant un mois entier. Il m’a droguée, violée et sodomisée. Il m’a fait des choses atroces.

Où est Brad maintenant ?

Je n’en sais rien. Je n’ai pas eu de nouvelles de lui depuis. Il a fini par croire que j’étais sataniste, et après quelques semaines à l’hôpital il disait des choses comme : « Krystle a pratiqué des séances sataniques sur mon corps agonisant. » J’imagine qu’il me déteste maintenant, et que s’il devait livrer sa version des faits, il dirait que j’étais une femme qui vénérait Satan et que j’étais de mèche avec Todd depuis le début.

Tu pratiquais vraiment des séances sataniques sur son corps agonisant ?

Non, je lui faisais une réanimation cardio-pulmonaire ! Il avait pris énormément de drogues et ses souvenirs sont très flous. Il était sur le point de mourir. Je voulais appeler la police, mais Todd avait des aiguilles remplies de drogue et il m’a dit : « Si tu appelles les flics, je vais lui injecter des choses qui le tueront avant même que qui que ce soit n’arrive ici. » J’ai fait tout ce que j’ai pu pour qu’il s’en sorte, et grâce à moi, Brad est toujours vivant aujourd’hui.

Maintenant que tu m’as raconté toutes ces histoires qui dépeignent Todd en manipulateur mégalomane, je me demande comment tu as pu tomber amoureuse de lui.

Il était tellement gentil au début. J’avais l’impression que c’était la personne la plus spirituelle que j’avais jamais rencontrée. Se défoncer avec lui, c’était une expérience unique. On a vécu des expériences télépathiques ensemble. On a compris Dieu. J’étais persuadée qu’il était la personne la plus parfaite sur Terre, et je suis tombée follement amoureuse de lui. Après ça, je me bornais à mettre de côté les choses négatives que j’avais remarquées au cours des premières années. Je me disais qu’au-delà de toute cette folie, il était vraiment quelqu’un de bien. Quand j’y repense, je vois bien qu’il me manipulait. J’étais une fille stupide. J’ai encore énormément de cicatrices psychologiques à cause de tout ce qui s’est passé. C’est pour ça que Todd est condamné à perpétuité : ce n’est pas quelqu’un de bien. Ce n’est pas à ça que servent les drogues psychédéliques. J’ai écrit

Lysergic

pour apprendre aux gens à choisir attentivement leurs partenaires de défonce, pour qu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs que moi. Parce qu’en choisissant Todd, je suis vraiment tombée sur la mauvaise personne.

Vous pouvez regarder Hamilton et Krystle se balader dans ce qui était la plus grande usine de LSD au monde dans un nouvel épisode de

Hamilton’s Pharmacopeia

,