FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Les déclarations pleines d’espoir des condamnés à mort du Texas

« Je ne déteste personne, vous faites ce que vous croyez être votre job. »
4.7.13

Il n’y a pas grand-chose à en dire. Cependant, si vous réussissez l'exploit de parcourir l’intégralité de la page d’information du Couloir de la mort du Département de justice criminelle du Texas et que vous continuez à soutenir la peine capitale, ça veut dire que vous et moi, nous avons des points de vue très différents sur la justice et l’humanité en général. Je trouve ça malheureux.

L’une des premières déclarations finales sur laquelle je suis tombé était la suivante : « Je parle à chacune des âmes de ce bâtiment, de cette salle. Je ne déteste personne, vous faites ce que vous croyez être votre job. » Ces mots sont de Carl Blue, exécuté en février dernier. Il a été condamné pour avoir brûlé son ex-petite amie, Carmen Richards. Blue s’est toujours défendu de l’avoir tuée intentionnellement et clame que c’était un accident. Il s’est livré de lui-même à la police et s’est excusé auprès de la fille de la victime, Terrella Richards, juste avant que l’État ne le tue.

Cette déclaration de Ricky Lynn Lewis, exécuté en avril dernier pour une affaire de viol et de meurtre datant de 1990, va me hanter longtemps : « Je vous aime tous et vous remercie de tout l’amour que vous m’avez donné. Je vous respecte tous. Madame Hilton. OK. Laissez-moi me reposer. Ça brûle. »

Il y en a 498 comme ça.

Plus d'histoires à fendre le cœur ici