La Peur d’aller pisser aux WC publics quand on est trans
Photo

La Peur d’aller pisser aux WC publics quand on est trans

« Je veux juste pouvoir pisser, me laver les mains et vérifier que je n’ai rien de coincé entre les dents sans me faire harceler. »
23.12.16

On est en 2016, et aller pisser quand on est trans peut toujours être considéré comme un acte politique. En début d'année, en Caroline du Nord, une nouvelle loi interdisait l'accès aux toilettes de leur choix aux personnes trans. Dans le même temps, une mère de famille rappait sur le sujet.

Au début de sa transition, Jack Fox, né femme, expliquait craindre le moment où il devait se rendre aux toilettes. « J'avais si peur d'utiliser des WC publics, si peur qu'une agression verbale ou physique survienne que, souvent, j'attendais d'être rentré chez moi pour me soulager, argue-t-il. Certains jours, je me retenais pendant 16 heures et je faisais attention à ce que je mangeais ou buvais de sorte à ne pas avoir à utiliser les toilettes. »

Publicité

Récemment, Fox a travaillé avec le photographe de Vancouver Jackie Dives afin de réaliser une série photo qui met en relief l'anxiété et la transophobie qui peuvent survenir dans ces moments d'intimité. Leur projet rassemble ainsi des images de personnes non-binaires dans ces lieux d'aisance, accompagnées d'anecdotes personnelles qui narrent certaines expériences face à la transophobie. Afin de marquer la Journée du souvenir trans, fêtée il y a un mois, VICE publie une sélection de photos issues de ce travail.

« Personne ne m'avait dit qu'après ma "transition", j'en serais toujours à me demander quelle est la "chiotte idéale". »

« Avant ma transition, c'était effrayant. Je craignais ces types qui faisaient deux fois ma taille et qui me regardaient comme une chose étrange. »

« Je veux juste pouvoir pisser, me laver les mains et vérifier que je n'ai rien de coincé entre les dents sans me faire harceler. »

« Le plus fou, c'est quand un type qu'on ne connait pas regarde par dessous la porte pour s'assurer de ce qu'on a entre les jambes ! Sans mentionner les fois où un coup est mis dans la porte. »

« Quand j'étais à l'école, on m'a dit d'utiliser les toilettes pour handicapés, me donnant le sentiment que j'avais un problème, qu'il fallait faire quelque chose, alors que ce n'était pas le cas. »

« Aujourd'hui, je préfère toujours les toilettes neutres. »

« En grandissant, alors que j'utilisais les toilettes pour femmes, on me demandait constamment si j'étais sûre d'être au "bon endroit". »

« Les haineux de tous bords ont réussi à être plus visibles que jamais. Ce qui signifie que nous autres devons faire en sorte d'avoir autant de visibilité. »

Suivez Sarah Berman sur Twitter etJackie Dives sur Instagram.