Sports

Détrompez-vous, l'image de Lance Armstrong est toujours vendeuse

Malgré les casseroles qu'il traîne, le Texan intéresse toujours les marques, notamment en Nouvelle-Zélande où il était cette semaine pour tourner une publicité.
22.12.16
Photo credit: Radio New Zealand/Youtube.

S'il existait un musée du dopage, Lance Armstrong en serait la tête de gondole, sans aucun doute. Celui qui fut un des cyclistes les plus aimés au monde a été reconnu coupable de dopage organisé et déchu, notamment, de ses sept titres de vainqueur du Tour de France.

Malgré les nombreuses critiques et une image écornée, le Texan, âgé de 45 ans, peut encore se servir de son image pour faire du business. Cette semaine, il était en Nouvelle-Zélande afin d'enregistrer une publicité pour la marque de bière néo-zélandaise Lion Breweries.

Publicité

Selon le New Zealand Herald, la campagne de pub dans laquelle Armstrong sera la tête d'affiche s'appellera ''The Consequence''. « Nous voulions que Lance explique pourquoi il est dangereux de rechercher le succès à tout prix, a expliqué l'entreprise dans un communiqué. Nous voulions souligner que les choix et les actes ont des conséquences. Qui mieux que Lance pouvais porter ce message ? ».

Mardi, Lance Armstrong a roulé dans les rues d'Auckland, rejoint par plus de 200 personnes qui ont certainement dû oublier les sombres histoires de dopage de l'Américain.

Source: Youtube.

« Tout le monde était content de le voir, les enfants ont adoré, a commenté le coureur Ian Margan pour l'Australian Associated Press. A son époque, il était un cycliste incroyable, et il l'est toujours je pense ».

Bruce Biddle, ancien cycliste néo-zélandais, a affirmé au New Zealand Herald qu'Armstrong ne devait pas être un bouc émissaire pour ses faits de dopage sur le Tour de France. « Mais si tout le monde avait participé à cette course avec du pain et de l'eau, comme vous le dites, Lance aurait probablement été le plus fort de tous. C'étaient les années sombres du cyclisme, quand tout le monde consommait de l'EPO. Il n'était pas le seul ».

La présence d'Armstrong en Nouvelle-Zélande a été fortement critiquée par David Gerrard, président du comité d'experts de l'Agence mondiale antidopage. « Lance Armstrong est la quintessence du dopage dans le sport, a déclaré Gerrard à Radio Sport. Il est clair qu'il n'est pas le modèle que voudront imiter et admirer nos enfants ».