Dix ans de ma vie à photographier des annonces de chats perdus

FYI.

This story is over 5 years old.

Photo

Dix ans de ma vie à photographier des annonces de chats perdus

En revanche, l'histoire ne dit pas si les propriétaires ont fini par les récupérer.
1.12.14

Pendant dix ans, j'ai pris en photo des affiches de chats perdus. À l'origine, je voulais juste pouvoir contacter le propriétaire au cas où je tomberais sur eux dans la rue. J'adore les chats. Un jour, le mien s'est fait la malle pendant plusieurs semaines – avant de revenir, heureusement. C'est pourquoi je connais bien ce stress qui vous gagne quand votre animal de compagnie disparaît. Au fur et à mesure, je me suis intéressé à la multitude de détails que comportent ces annonces ; elles en disent beaucoup sur les mœurs des villes et des communautés qui la composent. Les noms des chats, leurs histoires, le style des affiches, tout est révélateur… Mais malgré ces différences, il s'agit du même rituel exprimant toujours un sentiment d'absence et de vide affectif.

Je suis allé à Venise récemment, et j'ai remarqué que lorsqu'on déplorait un mort, la famille postait le même genre d'affichettes. En Grande-Bretagne, d'où je suis originaire, cette pratique n'est pas très courante, mais j'ai pensé que ces deux méthodes d'exprimer en public des sentiments privés se ressemblaient. Mes impressions à la vue de ces petits bouts de papiers fripés sont contradictoires : je ressens autant une envie de faire le bien qu'une mélancolie infinie.

Publicité

Je venais juste de finir mon premier documentaire quand j'ai commencé à envisager l'ensemble de ces photos de chats perdus. Comme je voulais sortir un travail plus simple, j'ai sélectionné celles qui me paraissaient les plus significatives. La plupart des photos ont été prises à Londres, dans plusieurs villes où j'ai travaillé et vécu, à Newcastle – où j'ai grandi –, à New York et à Venise.

Allez voir plus de photos de Garry sur son ​site.