Publicité
Motherboard

Une IA a écrit le nouveau titre... d’un rappeur mort

Ce n'est pas parce que vous êtes mort que vous ne pouvez plus écrire des textes.

par Brunno Marchetti
25 Novembre 2016, 8:00am

Treize ans après sa mort, le rappeur Sabotage est plus actif que jamais. Son second album posthume est sorti cette semaine, et avec lui le titre « Neural » featuring RZO, dont les couplets ont été écrits par une intelligence artificielle à partir des phrases et expressions usuelles du musicien.

La performance semble un peu surnaturelle, comme si Sabotage était revenu d'entre les morts pour nous cracher ses derniers mots à la gueule. Pourtant, les ingénieurs de la société brésilienne Kunumi n'ont eu qu'à nourrir un réseau de neurones de textes et chansons écrits par Sabotage au cours de sa carrière. La machine a ainsi appris, progressivement, les caractéristiques linguistiques de Sabotage. « Notre système s'appuie sur le deep learning, et s'est inspiré des patterns de l'écriture du rappeur pour émuler des paroles qu'il aurait pu écrire lui-même, » explique Juliano Viana, chef de la technologie chez Kunumi.

Ce genre de technique est désormais très répandue. Tous les assistants personnels basés sur la reconnaissance vocale, comme Siri, Cortana et Google Now, entre autres, l'utilisent. Plus les interactions avec l'utilisateur se multiplient, plus la précision de ces applications augmente. Plus la base de données du système est étoffée, plus les données sur l'intonation de la voix et les caractéristiques de l'expression orale de ce même utilisateur seront fines.

Dans le cas de « Neural », cependant, le problème à résoudre était d'une nature quelque peu différente. « Dans les applications de type Siri, la machine doit d'abord comprendre ce qui est dit avant de générer une réponse organisée et compréhensible. Dans notre cas, nous avons d'abord appris à la machine comment était organisé un texte de Sabotage, puis comment créer un texte sur des thèmes similaires, avec de nouvelles expressions, de nouvelles rimes » explique Viana.

Une fois que le logiciel a été correctement configuré, la famille et les amis de l'artiste ont entrepris de valider les phrases ou de refuser les phrases inventées par l'IA. Le processus de sélection a duré quatre heures, et était absolument nécessaire avant d'attaquer la partie finale du travail.

« Sabotage était complètement fou, nous avions donc une putain de responsabilité sur les épaules », a déclaré DJ Co., l'un membre du groupe RZO qui a participé à la fois à l'album posthume Sabotage et à la communication sur le projet. « J'ai mis tous mes autres projets en stand-by et je me suis consacré à la production de cette chanson pendant trois jours complets, en totale immersion, sans dormir. »

DJ Cia a expliqué qu'une fois les meilleures phrases de l'IA sélectionnées, il avait composé les paroles de « Neural » en les organisant et en les éditant pour qu'elles soient au plus près de l'esprit de Sabotage. « Ça a été une expérience dingue, et à la fin, le texte ressemblait tellement à du Sabotage que je ne savais plus où j'en étais. C'était totalement bluffant, » ajoute DJ. « Ce type de technologie est utilisée pour faire la guerre, et nous, nous en avons fait un truc légal, créatif, totalement inédit. »

Le résultat de ce partenariat homme/machine peut être écouté ici, et lu ici, en portugais.

O som não tem final
Em coma escuro, o dom de Deus
No submundo contra o capataz
Cachorro pobre, querem valor descabelado tendo a fome morde
Ninguém escutou, os tiro alto
Madrugada o estopim foi tipo assim no ódio
Eu vim do pó, não volto só
Na esquina do universo o verso é melhor
Fiel função, Brooklin, Canão
Favela, jão, é frustração rap a milhão
Cultura invade, não é comum, Sabotage
Maracutaia o jogo é sujo tem que ser na luz
Ladrão esquece, click cleck bum
No foco eu fico, um fino eu faço eu fumo
Não quero a chave, só o segredo o som correndo o mundo
Você é capaz de amar os lokis
Injustiça vem pros livros que não soa forte
Simbora, jovem, ouve esse rap
Hoje a vida é só cobiça os corre da internet

O humilde virou rei, levada de Pelé, fatality
Respeito agora é lei, Sabote confiscou vaidade
O enxame é grande, eu sei
Então de frente não tem pra covarde
Sem debate, não confunda com humildade
Jamais hesite quanto a ser feliz
Mano, o chapéu nunca superou seu próprio eu não quis
Nada te impede de sonhar grande
Resgatar alguém do pó, dou sempre o meu melhor
Do centro RZO, e nosso exército cada vez maior
Na pista voa, 'tamo com os melhor
Ninguém tem dó do do maló só dou verdin sem pó
É Leste Oeste, Zona Sul, ZO
O futuro vem eu sento à mesa com os meus filhos
Entoamos hinos, os cara retornaram agora o trem está nos trilhos
O mundo é dos cruéis, meu amor, não perca o brilho
Não é clichê, é sacrifício, o rap é compromisso
No Canão o céu é cinza sem estrelas
Um cigarro, um café, o que ele quer? Papel, caneta
O poeta no rolê a fé lhe diz trocar a jaqueta
Brooklin sul, não esqueça, é muita treta