FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Attentat sur un oléoduc au Yémen 

Un attentat à la bombe sur un oléoduc clé pour l’exportation du pétrole yéménite a interrompu le pompage du brut mercredi, tandis que des groupes rivaux s’affrontaient dans la capitale, Sanaa.
28.11.14
Image via Reuters

Un attentat à la bombe sur un oléoduc clé pour l'exportation du pétrole yéménite a interrompu le pompage du brut mercredi, tandis que des groupes rivaux s'affrontaient dans la capitale, Sanaa.

Des assaillants non identifiés ont saboté le plus grand oléoduc du pays au centre de la province de Marib, a déclaré le ministre de la Défense yéménite, ce qui l'a mis temporairement hors d'usage. Le pétrole et l'essence représentaient 89% des revenus d'exportations du Yémen entre 2010 et 2013 d'après le Fonds Monétaire international (FMI).

Publicité

L'attentat n'a pas encore été revendiqué, mais par le passé, les combattants islamiques et des tribus locales ont saboté des infrastructures énergétiques. Des oléoducs ont été mis à l'arrêt entre 10 et 24 fois l'an dernier, selon le US Energy Information Administration.

L'oléoduc de Marib, à l'est de Sanaa, rejoint le terminal de Ras Issa, sur la mer Rouge, où le brut est chargé sur des navires-citernes.

Au même moment, les rebelles chiites, les Houthis, ont saisi les quartiers généraux de la puissante tribu Al-Ahmar mercredi. Le nombre de blessés varie, mais des sources médicales ont confié à Reuters que cinq personnes avaient été tuées. D'après des sources houthies, cet accès de violence aurait été déclenché quand des combattants tribaux ont refusé de s'arrêter à un checkpoint. Al-Ahmar s'oppose aux Houthis et dirige le parti islamiste sunnite Islah.

Regardez : Yémen, un État en échec

Les affrontements sont parmi les pires qui ont eu lieu à Sanaa depuis que les Houthis ont envahi la capitale en septembre dernier et ont conclu un accord de paix avec des politiques qui demandent la formation d'un nouveau gouvernement.

Jusqu'à présent, les autorités n'ont fait que peu d'efforts pour déloger le groupe, qui a tenté d'étendre sa zone de contrôle et a affronté des tribus sunnites locales ainsi qu'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP), qui a promis de défendre les Sunnites des Houthis. Des dizaines de personnes ont été tuées dans ces affrontements.

Le Yémen a connu différents degrés de décrépitude depuis que l'autocrate Ali Abdullah Saleh a été renversé en 2012. L'AQAP, et d'autres insurgés affiliés à Al-Qaïda ont lancé une série d'attentats-suicides meurtriers contre les forces de sécurité.

Les États-Unis ont soutenu la campagne du président Abdrabuh Mansur Hadi contre les islamistes extrémistes, mais les évènements récents font craindre que le Yémen ne devienne un État défaillant. La communauté internationale a fait pression pour trouver une solution diplomatique aux combats — un effort qui est resté jusqu'à présent sans succès. Le chaos au Yémen pourrait s'étendre au-delà de ses frontières, en Arabie Saoudite surtout, dont les leaders sunnites surveillent la situation de près.

SuivezJohn Beck sur Twitter: @JM_Beck