FRANCE

Un stagiaire à Paris devrait gagner 1050 euros par mois pour vivre correctement

Pour les stagiaires parisiens, le minimum légal représente à peine plus de 50 pour cent de ce dont ils ont besoin pour vivre.
09 septembre 2016, 12:55pm

Paris est l'une des villes européennes les plus difficiles à vivre pour un stagiaire. C'est la conclusion d'une étude réalisée par l'entreprise Uniplaces, une plateforme en ligne de location de logements pour étudiants.

L'étude publiée au début de cette semaine estime que les stagiaires parisiens ont besoin de 1 050 euros par mois pour payer leur loyer, leur nourriture et les transports. Or, dans la capitale française, comme dans toute la France, la rémunération minimale légale est de 554 euros. Et seulement dans le cas où la durée du stage est supérieure ou égale à 44 jours.

Pour les stagiaires parisiens le minimum légal représente donc à peine plus de 50 pour cent de ce dont ils ont besoin pour vivre. Des insuffisances que l'on retrouve dans d'autres grandes villes européennes pour l'année 2014-2015.

Les conclusions d'Uniplaces se basent sur l'index de subsistance InternsGoPro (une entreprise qui promeut des offres de stage en Europe) auquel nous avons eu accès, et sur un sondage réalisé auprès de 26 000 étudiants ayant effectué un semestre d'Erasmus entre 1990 et 2016.

Même son de cloche du côté de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF). Le syndicat étudiant a publié une enquête semblable il y a quelques semaines. Pour l'Unef, le coût de la vie à Paris pour un étudiant vivant en dehors du foyer familial serait plutôt de 1 190 € en 2016.

« Cela pose la question de l'augmentation de la rémunération légale. 540 euros ce n'est pas suffisant », estime Ivan Dementhon, représentant de l'Unef.

« L'État l'a déjà augmentée il y a quelques années, donc il peut encore le faire et devrait la rendre obligatoire pour tout stage, indépendamment de sa durée », nous explique-t-il.

Un apprentissage compliqué

Pour les auteurs de l'étude d'Uniplaces, des revenus trop peu suffisants sont un obstacle à l'apprentissage, objectif premier du stage.

Avec un coût de la vie plus élevé que leur rémunération, les étudiants doivent souvent faire appel à leurs familles pour pouvoir subvenir à leurs besoins. De fait, acquérir une expérience professionnelle leur coûte de l'argent. Surtout dans le cas où le stage est réalisé ailleurs que dans leur ville d'origine.

Une situation délicate, d'autant plus que, selon une enquête faite par l'Observatoire national de la vie étudiante en 2010, le montant moyen des versements faits par les parents n'atteint que 275 euros en France.

Pour Ivan Dementhon, le loyer est une question centrale pour changer la donne. Dans son étude, l'Unef estime que ce poste de dépense représente 55 pour cent du budget mensuel, si l'on garde l'exemple de Paris. Dementhon plaide ainsi pour un meilleur respect de l'encadrement des loyers dans la capitale.

Dans les autres villes européennes

Les chiffres d'InternsGoPro permettent de comparer le coût de la vie pour un stagiaire dans vingt-quatre villes d'Europe.

À Londres, il faut débourser 1 182 euros, 820 euros à Amsterdam.

« Le but de cette étude est de donner la possibilité aux étudiants de [...] connaître à l'avance le coût de la vie pour mieux choisir les offres de stage », explique Uniplaces.

Des informations d'importance, notamment parce que certains pays présents dans l'étude n'obligent les entreprises à rémunérer leurs stagiaires que dans certains cas. C'est le cas par exemple de l'Espagne ou de l'Italie.


Suivez Henrique Valadares sur Twitter : @HenriqValadares

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News