Quantcast
Agit Prop

Peut-on faire une OD de granules homéopathiques ?

Réponse : non. Mais le collectif Homéoverdose a quand même essayé.

Bruno Lus

Photo : Thibaut Godet 

« T’as tes placebos ? » Yann, informaticien de 33 ans, tient dans la main des tubes de granules. Sous un abribus, en face de la mairie du 2e arrondissement de Paris, il briefe ses troupes : « On y va tranquillement, calmement, et une fois dans la salle, on se disperse. » Ce mercredi 16 mai, un débat sur les médecines complémentaires a lieu dans une salle de la mairie. Et les neuf militants d’Homéoverdose un « collectif citoyen » anti-homéopathie créé il y a un mois, ont décidé d’en profiter pour lancer leur premier coup médiatique : un « suicide » collectif aux pilules homéopathiques.

L’idée ne date pas d’hier. Le 30 janvier 2010, plus de 300 activistes réunis dans plusieurs villes du Royaume-Uni, du Canada, de Nouvelle-Zélande et d’Australie ont fait une « overdose homéopathique » en gobant tous ensemble, à 10h23 précisément, plus de 80 granules d’un tube miracle anti-rhume, eczéma, asthme, gastro-entérite, troubles du sommeil… Le but de ce happening, intitulé « 10 :23 » ? Prouver que l’homéopathie n’est rien d’autre que des pilules de sucre à l’effet placebo. Exactement, donc, ce que s’apprêtent à faire les membres d’Homéoverdose.

De gauche à droite : Léandre, Gaël, Yann, du collectif Homéoverdose

Ces dernières semaines, le ton est monté entre le collectif et Annie Lahmer, la directrice de cabinet de Jacques Boutault, maire, le maire EELV du 2 e arrondissement. Des tweets ont été échangés. D’un côté, l’asso peste contre le fait que les seuls représentants des médecines alternatives aient été invités au débat. De l’autre, l’équipe municipale assume son choix : « Je connais les médecins présents ce soir : ils ont leur diplôme ! Ils n’appartiennent pas à des sectes et n’entendent pas soigner le sida avec des médecines parallèles », explique Annie Lahmer. Elle poursuit : « Je trouve les membres d’Homéoverdose extrêmement violents. Ils ne veulent pas discuter. Ils tentent juste de nous intimider. » La pétition lancée par le collectif, visant à organiser « un vrai débat », a été signée plus de 500 fois.

Laure, du collectif Homéoverdose

Leur action s’inscrit dans un contexte d’opposition à l’homéopathie. En septembre 2017 déjà, l’Académie des sciences de l’Union européenne publiait un rapport confirmant « l’absence de preuve solide et reproductible de l’efficacité des produits homéopathiques ». La polémique sur les « fake médecines » a ensuite pris de l’ampleur après la tribune contre les médecines alternatives publiée par Le Figaro le 19 mars, signée par 124 professionnels de santé. En retour, des organisations syndicales – représentant des homéopathes, des mésothérapeutes ou des acupuncteurs – ont déposé plainte contre dix des signataires. Ils doivent maintenant s’expliquer devant l’Ordre des médecins, qui botte en touche.

« On est dans un pays laïc. On n’a pas à payer pour les croyances des autres » - Yann, cofondateur d’Homéoverdose, milite contre le remboursement de l’homéopathie par la sécurité sociale.

Les membres Homéoverdose font partie de ce courant de pensée. Ils accusent les thérapies alternatives de tous les maux : « Retards de soins, prises en charge inadaptées, surmédicalisation ou encore dérives sectaires. » Parmi toutes les médecines non conventionnelles, l’homéopathie est la première visée. « Elle est le symbole évident d’une confusion entre médecine scientifique et fake médecine », peut-on lire sur leur site. Du coup, le collectif milite aussi pour un déremboursement de l’homéopathie par la sécurité sociale : « On vit dans un pays laïc. On n’a pas à payer pour les croyances des autres ! », tonne Yann.

Yann, du collectif Homéoverdose

Un discours qui ne passe pas toujours très bien. Ainsi, Julian, ingénieur en informatique de 25 ans, n’arrive plus à dialoguer avec sa mère sur ce sujet. « Elle a eu des séquelles à la suite de la pause d’une contraception Essure. Depuis, elle est en fauteuil roulant. Du coup, elle a perdu toute confiance dans la médecine traditionnelle. » Les engueulades entre eux sont fréquentes. « Nous sommes toujours très proches, mais le débat entre nous est vif. », se désole-t-il.

« L’homéopathie n’a rien d’écolo : la fabrication des granules nécessite une grande quantité d’eau » - Léandre, 18 ans, militant d’Homéoverdose.

Mais revenons au suicide collectif. La petite troupe entre dans la salle du débat alors qu’il vient à peine de commencer. C’est le maire, Jacques Boutault, qui ouvre le bal : « Moi, je suis convaincu que l’homéopathie fonctionne. La preuve, je ne me soigne qu’à ça ! » S’ensuivent, durant la prise de parole des cinq docteurs – homéopathe, acupuncteur, naturopathe. Ambiance : « avec l’homéopathie, on ne tue pas les feuilles » et autres « mes chevaux de course sont dopés à l’homéopathie ». Vient le temps des questions. Léandre, 18 ans, étudiant en information-communication, portant une paire de sandalettes, un pantalon en laine à carreaux et un pull à rayures, prend le micro : « Vous parlez d’écologie, mais la fabrication des granules homéopathiques nécessite une grande quantité d’eau, non ? » Les docteurs se renfrognent. Laure, 35 ans, community manager et cofondatrice d’Homéoverdose, se lance à son tour : « Je voudrais récuser le terme de médecine que vous employez. Ce sont plutôt des pratiques de soin non conventionnelles. »

La machine est lancée. Le maire s’énerve, leur intime de sortir. Le ton monte. Yann ne tient plus en place. Il arrache le bout des tubes avec ses molaires et se lève. A son signal, Léandre et Gaël, 29 ans, lui emboîtent le pas. « Il n’y a aucun principe actif dans l’homéopathie ! C’est du sucre ! », hurle Yann à pleins poumons, avant d’engloutir cinq tubes à la chaîne. A leur tour, Léandre et Gaël en prennent un chacun. On entend les billes craquer sous leurs dents.

Sur le parvis de la mairie, c’est l’heure du bilan : un débat lancé, beaucoup de cacophonie, un peu d’amateurisme. Et aucune mort par overdose.