Une nuit en enfer
Stuff

Une nuit en enfer

Pendant deux ans, le photographe Roc Morin a demandé à des gens vivant aux quatre coins du globe d'évoquer leur pire cauchemar.
20.10.16

Pendant deux ans, j'ai parcouru le monde dans le cadre de mon projet photographique World Dream Atlas. Tout au long de cet article, je partage certains des pires cauchemars de gens que j'ai eu la chance de croiser. Autant le dire de suite, le choix a été très difficile.

Il y a peu, j'ai passé pas mal de temps dans le Kurdistan irakien, sur la ligne de front, à documenter la guerre contre l'État islamique. Sans surprise, les Kurdes croisés là-bas m'ont tous parlé de cauchemars terrifiants. Je n'ai aucun souvenir d'un seul rêve plaisant évoqué par la population locale. La plupart des musulmans sont convaincus que les cauchemars sont des messages envoyés par Satan, tandis que les rêves sont communiqués par Dieu. C'est pour cela que ces mêmes musulmans prêtent attention à leurs rêves et ne manquent pas d'interroger certains leaders religieux sur leur signification.

Publicité

Il y a quelques mois, alors que je parcourais les campagnes marocaines, un homme m'a raconté qu'il rêvait souvent que le Diable tentait d'entrer chez lui. Après en avoir discuté longuement ensemble, on en a déduit qu'il fallait qu'il affronte directement ce Diable en priant au niveau de sa porte d'entrée avant qu'il ne s'endorme. Le lendemain matin, j'ai croisé cette homme, qui m'a raconté que dans son cauchemar de la nuit passée, il avait vu le Diable tenter d'entrer chez lui par la porte de derrière. C'est comme ça que nos peurs fonctionnent : on a beau lutter contre elles, elles trouvent toujours un moyen détourné de nous atteindre.

Suivez le projet de Roc Morin par ici.

« Dans ce cauchemar, il y avait un père et ses deux fils. Le plus jeune était couché sur le sol pendant que son père le frappait sans cesse. Après ça, il a demandé à son autre fils de planter des clous dans le dos du benjamin – ce qu'il a fait. J'étais témoin de cette scène et j'ai voulu m'interposer. C'est là que le père m'a proposé de prendre la place de son jeune fils. »

- Erbil, Irak

« Quand j'étais petite, je me faisais souvent bousculer par mes camarades. Certains étaient très méchants et je ressentais une haine intense. Lorsque ce sentiment m'envahissait juste avant de dormir, mes cauchemars étaient terribles : je m'imaginais en train de brûler vive dans ma maison. J'étais coincée, prise au piège, et ne pouvais rien faire.»

- New York, États-Unis

« Je vois parfois le visage des hommes que j'ai tués. Tuer quelqu'un est impossible à décrire. Ça n'a rien à voir avec le fait de tuer un animal. »

- Horlivka, Ukraine

« Dans mon cauchemar, je tenais une tête humaine entre les mains. Je n'étais pas du tout affolée, j'étais même très calme et la nettoyais méthodiquement. Je pouvais tout juste voir la moelle épinière sectionnée et le sang qui s'écoulait. Le visage restait invisible. Je me souviens de magnifiques cheveux blonds, que je voulais à tout prix garder. »

- New York, États-Unis

« J'ai été témoin de la mort de mon frère, tué par une voiture sous mes yeux. Dans mes cauchemars, je me vois mourir à sa place. Tous les soirs, désormais, je place un verre d'eau sous mon lit. Ça permet de chasser le mauvais esprit, qui me fait faire ces cauchemars. »

- La Havane, Cuba

« Je fais parfois ce cauchemar : je suis dans mon lit et le plafond s'effondre. Ce qui est troublant, c'est qu'il survient peu de temps avant la mort de quelqu'un que je connais : ça a été un oncle, un cousin, puis mon voisin. »

- Aït-ben-Haddou, Maroc

« Dans mon cauchemar, je regarde mon propre corps, après ma mort. Je reste là pendant ce qui semble être des semaines. Mon corps pourrit et des oiseaux dévorent ma chair. Après, les insectes débarquent. Au final, il ne reste que les os, que je récupère et offre à ma famille et à mes amis. Ils les refusent. »

- New York, États-Unis

« Dans mon cauchemar, je tombe enceinte sans avoir couché avec quelqu'un. Un bébé s'extirpe de mon corps en rampant. Il n'a pas de visage et je sais de suite qu'il deviendra le Diable en personne. Malgré cela, je cherche à le protéger. J'inonde ma maison pour que mon enfant puisse se mouvoir sans problème. Il finit par grandir. »

- Black Rock City, États-Unis

« Un jour, j'ai rêvé que j'étais allongé dans mon lit et qu'un nuage noir menaçant frôlait mon visage. Le lendemain, j'ai été victime d'un grave accident de moto. Je m'en suis sorti avec des fractures du bras, des côtes et du crâne. »

- Aït-ben-Haddou, Maroc

« Je me souviens de ce cauchemar. J'étais dans un forêt, et tout brûlait. Je devais poursuivre mon chemin même si j'avais atrocement mal. D'autres gens n'y arrivaient pas et tombaient dans les flammes. À la fin, ma peau avait entièrement brûlé. En sortant de la forêt, je recevais une nouvelle peau, qui me rendait parfaitement invisible aux yeux de mes ennemis.»

- Berlin, Allemagne

« J'étais dans les toilettes, un couteau dans la main. Des gens faisaient la queue et me suppliaient de leur trancher la gorge. Ils souriaient. C'était horrible, parce que je m'exécutais et me disais que c'est ce qu'ils désiraient. Je me suis réveillé en sursaut. J'avais l'impression d'avoir assassiné des dizaines de personnes. »

- Edmonton, Canada

« Dans mon cauchemar, des terroristes débarquent chez moi et tuent toute ma famille. Lors des funérailles, je constate que je suis la seule rescapée. Je me réveille en pleurs. »

- Neve Daniel, Cisjordanie

« Dans ce cauchemar, je fais face à trois visages – un homme et deux femmes. J'ai la sensation qu'ils tentent d'accéder à mon cerveau. Je sens une pulsation à l'intérieur de mon crâne et j'ai l'impression que mon âme tente de s'échapper. »

- Ljubljana, Slovenie

« Je suis musicien, et j'ai joué dans de nombreuses villes américaines, dont New York, Chicago, San Francisco. Il y a quelques années, on m'a expulsé du pays. Aujourd'hui, je vis dans un parc. Un banc est mon salon. Derrière la statue, c'est ma chambre. Quand je rêve, je visualise toujours mon passé, ma famille. Mon père, décédé aujourd'hui, était mon meilleur ami. J'avais 18 ans quand il est mort noyé. Il tentait de quitter Cuba sur un canot pneumatique. J'ai déjà rêvé de ça. J'étais avec mon père sur ce canot et nous coulions. On mourrait tous les deux. »

- La Havane, Cuba

« À l'âge de quatre ans, j'ai rêvé qu'une sorcière entrait chez nous. Elle kidnappait ma mère. Ma famille vient d'Irak, alors les notions de sorcellerie sont très présentes dans notre pratique du judaïsme. Je me souviens qu'on écrivait des bénédictions sur des petits bouts de papier, qu'on finissait par avaler avec du thé. »

- Tiberiade, Israël

Suivez Roc Morin sur Twitter.