FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Drame en Méditerranée : les migrants auraient été enfermés dans les cales par les passeurs

Si l'on ne retrouve pas de nouveau survivant dans cette dernière tragédie qui implique 700 migrants, le bilan pour l'année 2015 s'élèverait déjà à 1 600 morts.
20.4.15
Photo de Antonio Parrinello/Reuters

Des centaines de personnes auraient trouvé la mort après le naufrage d'un bateau transportant 700 migrants à son bord samedi matin près des côtes libyennes. C'est sans doute l'incident le plus meurtrier qui concerne des migrants qui essayant de traverser la mer Méditerranée. D'après un témoignage donné par l'un des rescapés aux autorités italiennes, les passeurs avaient enfermé une grande partie des personnes effectuant la traversée dans les cales, ce qui les a empêchés de s'échapper. Les rescapés estiment que près de 200 femmes et des dizaines d'enfants étaient sur le bateau quand il a chaviré.

Publicité

Dimanche à la mi-journée, une cinquantaine de personnes sur les 700 personnes qui étaient à bord ont été retrouvées, d'après un communiqué publié par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Les gardes-côtes italiens ont rapporté que 28 personnes avaient été  ou allaient être sauvées et que 24 personnes avaient été retrouvées mortes.

D'après Associated Press (AP), près de 950 personnes se seraient trouvées sur ce chalutier de 20 mètres de long quand il a quitté les côtes libyennes. Le bateau se serait retourné alors que les migrants se précipitaient pour voir un cargo portugais mandaté par les gardes-côtes italiens pour leur venir en aide. Le drame a eu lieu samedi soir, un peu avant minuit, alors que le bateau allait du nord de la Libye vers l'île italienne de Lampedusa, à mi-chemin entre Malte et la Tunisie.

« Ce désastre confirme à quel point il est urgent de rétablir les capacités de secours renforcées en mer, et de mettre en place des routes légales pour rejoindre l'Europe, » a déclaré le Haut-Commissaire aux Réfugiés, Antonio Guterres dans un communiqué. « Sinon, les gens qui cherchent à être en sécurité continueront à périr en mer. Mais ça montre aussi qu'il faut une approche européenne globale pour lutter contre les racines de ce qui pousse tant de gens vers cette fin tragique.»

Joel Millman, le porte-parole de l'Organisation internationale de la migration, a dit que les sauveteurs avaient initialement espéré que plus de gens survivraient dans les eaux chaudes de la mer Méditerranée, mais les premiers rapports ne sont pas optimistes. Si la mort des centaines de personnes qui ont disparu est confirmée, ce serait la pire tragédie de ce type d'après le HCR. En octobre 2013, près de 600 personnes sont mortes dans le naufrage de deux chalutiers près de Lampedusa.

Publicité

Le Premier ministre de Malte, Joseph Muscat, a qualifié le naufrage de « la plus grande tragédie de ces dernières années, » selon AP. Muscat, qui envoie des ressources pour participer aux opérations de sauvetage a expliqué que les sauveteurs avaient dû inspecter tous les corps flottant à la surface de l'eau pour déterminer « qui est en vie et qui est mort. »

Un nombre croissant de personnes s'enfuit du Moyen-Orient et d'Afrique, pour échapper à des situations de violence grandissante et à des crises économiques désespérées.

D'après l'ONU, plus de 35 000 demandeurs d'asile et migrants seraient arrivés en Europe par bateau en 2015. Le voyage demeure extrêmement périlleux, et on a enregistré 3 500 morts l'an dernier. Si on ne retrouve pas de nouveau survivant dans cette dernière tragédie, le bilan pour l'année 2015 serait alors déjà de 1 600 morts.

Les responsables européens ont réagi à la catastrophe de dimanche. Le pape François a fait une prière silencieuse pour les disparus, et a demandé à la communauté internationale d'« agir avec conviction et rapidité pour que de telles situations ne se répètent plus, » rapporte AP.

Le Premier ministre italien Matteo Renzi a réclamé un sommet européen pour parler de la crise migratoire.

« Comment pouvons nous être les témoins quotidiens d'une telle tragédie ? » a demandé Renzi. Le Premier ministre et son entourage ont accusé les passeurs d'entretenir ce flux de migrants.

Publicité

D'autres responsables européens, dont le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy se sont engagés à donner plus de moyens aux candidats à la traversée. Rajoy, qui était à un meeting politique ce dimanche, a déclaré qu'on ne pouvait plus « se contenter de mots », et il a dit « nous devons agir ».

La commission européenne a publié un communiqué dimanche disant que les responsables européens étaient « profondément attristés » par cette catastrophe, et ils ont annoncé la tenue d'une réunion pour préparer une nouvelle « stratégie migratoire européenne. »

« Nous avons besoin d'actions immédiates pour éviter de futures pertes, ainsi qu'une approche globale pour mieux organiser l'immigration sous tous ces aspects, » dit le communiqué. « La seule façon de vraiment changer cette réalité est de s'attaquer à la racine du problème. »

À lire: L'opération Triton, la timide réponse de l'Europe au problème des migrants en Méditerranée

Suivez Gillian Mohney sur Twitter: @gillianmohney