techno

Des scientifiques ont enfin étudié comment prendre une selfie qui a de l'allure

Pour une fois qu’on finance quelque chose d’utile.
14.6.17

L'orientation de votre caméra de cellulaire peut avoir une influence sur la perception de votre pouvoir de séduction, rapportent des chercheurs universitaires.

Surprenant, non?

Pour ma part, il me semble avoir assimilé cette notion à 14 ans quand j'ai voulu mettre une photo de moi sur MSN pour tenter de séduire un garçon plus vieux que moi, mais la science s'y est intéressée en 2017, et si c'est scientifique, c'est que c'est vrai. Voici donc ce qui ressort de deux études distinctes publiées récemment dans le journal scientifique Frontiers in Psychology.

L'angle de la beauté

La science dit que certains angles sont reconnus pour être cutes. Sors ton rapporteur d'angles, parce que tourner ta face de 15 à 30 degrés, c'est gage de succès, selon des chercheurs allemands qui ont publié leur étude en juin.

Capture d'écran

Dans un premier temps, les chercheurs ont fait des scans en 3D des visages de 14 mannequins, et en ont produit des images en 2D sous une variété d'angles, qu'ils ont ensuite présentées à des dizaines de participants.

Les visages légèrement tournés de côté avaient la cote, et ce sont ceux qui montraient le côté gauche qui se sont révélés les plus séduisants - cette différence encore plus marquée pour les mannequins féminins. Les chercheurs ont observé cependant que monter ou baisser la caméra avait peu d'effet sur la perception du pouvoir de séduction.

Publicité

Dans la seconde partie de leur étude, les chercheurs ont employé des images de visages qui combinent plusieurs angles (comme une selfie prise de haut, en montant le côté droit), arguant que les selfies sont moins susceptibles d'êtres prises rigidement autour d'un seul axe, mais généralement en combinaison de plusieurs rotations.

Capture d'écran

Ils ont découvert qu'une photo prise de haut, montrant le côté gauche du visage, était perçue comme plus séduisante.

Par curiosité, j'ai voulu voir si j'avais su intuitivement intégrer ces perceptions positives à ma propre prise de selfies. J'ai téléchargé mon vieux Tinder (pardonnez-moi, ma douce moitié) pour voir comment j'avais choisi de me présenter aux partenaires potentiels.

Constat : ma photo principale était une selfie prise d'en haut, exposant mon côté gauche. Je l'ai-tu comprise rien qu'un peu, la game? Même pas besoin de la science pour faire semblant d'être belle!

Paraître mince grâce à une supercherie

Si votre but en prenant une selfie est d'avoir l'air mince, la science a une solution clé en main qui exclut un abonnement d'un an dans une salle de sport. Il s'agit de l'illusion de minceur selon la perspective donnée - ou height-weight illusion - qui avait déjà été étudiée auparavant. Les chercheurs allemands l'ont reproduite dans leur étude.

On fait ici référence à une photo prise de haut; celle-ci donnera l'impression que le sujet est plus mince, tandis qu'une photo prise par dessous fera paraître le sujet plus en chair. Les scientifiques ont noté que les participants à l'étude avaient évalué le poids des mannequins en fonction de ces angles. Ils ont observé en outre qu'une rotation additionnelle montrant le côté droit du visage accentue l'impression de minceur du sujet.

Publicité

À noter que tout ceci ne peut être utile que si vous êtes en quête d'acceptabilité sociale selon les normes imposées par l'industrie de la mode.

En haut ? En bas ?

Une autre étude publiée en avril s'est penchée sur la représentation personnelle sur Tinder par l'entremise de selfies.

Des chercheurs de l'Université de Saskatchewan ont tenté de démontrer que, dans un contexte de séduction, les gens choisissent intuitivement des photos qui s'agencent aux préférences du sexe opposés. Ils se sont intéressés à un seul critère : la grandeur d'une personne.

Les chercheurs ont donc étudié des centaines de photos de profil Tinder, supposant que de jouer sur l'axe vertical est une manière - consciente ou non - pour les humains de tricher la perception de leur taille. On se rappelle que celle-ci n'est pas indiquée sur l'application (à moins que tu ne décides de l'inscrire toi-même dans ta description un peu corny).

Les scientifiques ont remarqué que les hommes avaient plus tendance à prendre leurs selfies d'en dessous (38 %), alors que les femmes avaient une préférence plus marquée pour l'angle surélevé (26 %). La selfie « frontale » demeurait la photo la plus prisée par les deux sexes (45 % des photo d'hommes et 58 % des photos de femmes).

Citant tout un cortège d'études, les chercheurs partaient de la prémisse qu'un homme grand est traditionnellement plus séduisant et recherché par les femmes occidentales, et que la taille de l'homme est associée à la dominance, au statut social et à la capacité d'atteindre des ressources (!). Les hommes auraient ainsi tendance à prendre des selfies d'un angle plus bas, pour paraître plus grands.

L'inverse serait attendu chez les femmes. On souligne que les femmes de taille moyenne (contrairement aux femmes très grandes) sont plus aimées des hommes, même si cette préférence est moins marquée. Mes dents ont un peu grincé par la suite, où on explique les dames prendraient des photos d'en haut pour « paraître plus petites et soumises (c'est-à-dire moins puissantes) », et que cela était conforme à la façon dont elles veulent être présentés au sexe opposé.

On peut en prendre et en laisser de cette étude, qui au final démontre uniquement que les hommes prennent plus de selfies par en bas que les femmes. Les raisons qui expliquent cet écart ne sont que des suppositions basées sur d'autres recherches sur le comportement humain et sa perception de son entourage.

En conclusion de l'article scientifique, on avance même que les hommes sont peut-être juste moins habitués à prendre des selfies que les femmes, ce qui expliquerait leur propension à prendre des selfies par dessous. « Les individus avec une connaissance des techniques photographiques pourraient prendre plus de selfies vues de haut, puisque cette perspective est considéré comme plus flatteuse », justifie-t-on en citant une étude de 2006.

Cheese!