Société

Dans le monde obscur des cérémonies de mariages polygames

Au sein de l’Ordre, une secte mormone fondamentaliste, les jeunes mariées portent du blanc, prononcent leurs vœux et unissent leurs mains aux précédentes épouses de leur futur mari.

par Molly Oswaks; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
20 Août 2019, 7:08am

Illustration : Vivian Shih

D'une certaine façon, les mariages célébrés au sein de l'Ordre, un groupe mormon polygame séparatiste situé à Salt Lake City, ont beaucoup de similarités avec les cérémonies régulières et séculières. « Il n’y a rien de bizarre : la fille a une robe blanche, elle descend l'allée. C'est assez typique », raconte Julianna Johnson, 34 ans, qui a quitté l'Ordre à l'âge de 21 ans.

Il y a pourtant quelques différences majeures : contrairement aux mariages traditionnels, on ne dit pas « jusqu'à ce que la mort nous sépare », mais « maintenant et à jamais ». « Et juste avant que vous prononciez vos vœux, la précédente épouse du marié prend votre main et la joint à celle de votre mari, ajoute Julianna. Cela signifie qu'elle est d'accord avec ce qui se passe ; c'est une sorte de symbole qu'elle donne son mari. »

Ces dernières années, les mariages de l’Ordre sont devenus encore plus atypiques : depuis que David et Daniel, deux des plus haut gradés de l'Ordre, sont en prison pour inceste et viol – ils sont mariés à plusieurs de leurs propres nièces, demi-sœurs et cousines, dont certaines étaient mineures au moment de la cérémonie – le protocole a changé. « Maintenant, les fiancés et la personne qui doit les marier sont emmenés dans une pièce séparée afin que personne ne puisse assister à leur mariage, explique Julianna. Ainsi, il n’y a pas de témoins, car ces femmes sont souvent mineures et épousent un homme plus âgé, généralement de leur famille. »

Épouser des mineures, ce n’est pas nouveau au sein de la secte. Quand Julianna avait 15 ans, elle a rêvé qu'elle devait épouser son neveu de 19 ans, Jacob Kingston, le fils de son demi-frère, John Daniel Kingston. Parce que leur religion – une interprétation fondamentaliste du mormonisme traditionnel – croit que les prophéties de Dieu peuvent venir à vous pendant votre sommeil, comme ç’a été le cas pour le prophète mormon original Joseph Smith, les membres de l'Ordre accordent une importance particulière à l'interprétation littérale des rêves. « Ils élèvent l'interprétation des rêves à un niveau supérieur, dit Julianna. Ils basent en quelque sorte leur vie dessus. » Après qu'elle a raconté son rêve à sa famille, le mariage arrangé s'est rapidement concrétisé. À l’époque, Jacob avait déjà une femme.

« Une fille mariée a seulement le droit de danser avec son époux, à la limite son père ou son frère. Mais les hommes mariés peuvent danser avec toutes les femmes célibataires » – Julianna

Bien sûr, les rêves en eux-mêmes sont influencés par la vie réelle. Une personne que vous avez vue au cours de la journée peut apparaître dans vos rêves la nuit – c’est tout simplement votre subconscient qui traite les événements de la journée. La théorie voudrait donc que le fait de rêver d'une personne ne signifie pas nécessairement que vous êtes censé l'épouser. « En y repensant, dit Julianna, j’ai grandi avec lui, donc je le voyais beaucoup. » Cela pourrait expliquer pourquoi elle a rêvé de lui, d’autant plus que les filles et garçons de l’Ordre interagissent rarement avec des personnes du sexe opposé qui ne font pas partie de leur famille – bien que, pour être clair, la plupart des membres de l'Ordre sont apparentés d'une façon ou d'une autre, et beaucoup finissent par épouser un cousin proche ou même un demi-frère de sang.

Ils peuvent seulement discuter entre eux pendant les soirées arrangées de la secte. « Pour les couples mariés, ça peut être un rencard. Les hommes y vont pour danser avec chacune de leurs épouses. Et pour ceux qui ne sont pas encore mariés, c’est le moment de se séduire et d’apprendre à se connaître », explique Julianna.

« Les hommes peuvent danser avec qui ils veulent, excepté les femmes mariées, poursuit-elle. Une fille mariée a seulement le droit de danser avec son époux, à la limite son père ou son frère. Mais les hommes mariés peuvent danser avec toutes les femmes célibataires. » Si un homme – marié ou célibataire – décide de courtiser une femme célibataire, il doit se présenter à elle en tant que choix. « Les filles ne peuvent épouser que les hommes mariés qui se présentent à elles en tant que choix ». Et pour devenir un choix, l’homme doit d’abord recevoir l’approbation et la permission des leaders de l’Ordre, explique Val Snow, un ancien membre expulsé en raison de son homosexualité. Val travaillait comme cuisinier dans l’une des écoles de la secte et réalisait souvent les gâteaux de mariages polygames.


Même si Julianna a rêvé de son mariage avec Jacob Kingston, et qu’elle prenait cet aspect de sa religion très au sérieux, ce n’était pas quelque chose qu’elle voulait. « Plusieurs semaines avant, j’ai avoué à ma mère que je ne voulais pas de ce mariage. Elle m’a emmenée voir Jacob et son père, John Daniel, et m’a dit : "Si tu ne veux pas le faire, tu n’as qu’à le leur dire". »

Mais Julianna n’avait que 15 ans et n’était pas à l’aise devant ses leaders spirituels. « Alors que le mariage approchait, j’ai commencé à en parler à d’autres personnes, notamment à mes sœurs. Mais tout le monde me disait que j’allais apprendre à le connaître et à l’aimer. »

Le jour de son mariage, Julianna s’est enfermée dans la salle de bains pendant deux heures. Elle pleurait et refusait de sortir. Ses sœurs ont essayé d’ouvrir la porte et de la réconforter, mais elle n’a accepté de parler qu’à Paul Kingston, le leader de l’église. « Si tu ne veux pas le faire, sors de là et va dire à tous ces gens qui ont travaillé dur pour préparer ton mariage que tu ne veux pas te marier », a dit Paul.

« Aujourd’hui, c’est ce que j’aurais fait, mais à l’époque… Je ne voulais pas décevoir ma famille », dit-elle. Julianna a donc fini par se marier, dans une longue robe blanche cousue par ses soins. « Tous les gens présents lors de la cérémonie savaient que je ne voulais pas me marier… Ils connaissaient mon âge ; ils connaissaient la situation, et ils sont juste restés assis et ont observé passivement, dit-elle. Je n’ai même jamais vu mes photos de mariage. Jacob les a peut-être développées. Je n’en sais rien. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.