FYI.

This story is over 5 years old.

Culture

Takahiro Iwasaki reproduit des zones industrielles fantômes avec des poils humains

Un concept un peu tiré par les cheveux.
11.6.14

Takahiro Iwasaki, artiste japonais a une relation particulière avec la saleté. Que ce soit les moutons de poussière, les restes d’installation électrique ou encore de vieilles serviettes de plage, il arrivera toujours à en faire quelque chose de fou, comme un Coney Island miniature par exemple. Pour Out of Disorder, sa dernière exposition au Kawasaki City Museum, c’est aux poils de tout poil qu’Iwasaki a décidé de s’attaquer, recréant avec cheveux, fibres, poussières et poils les paysages glauques des zones industrielles nippones devenues fantômes.

Publicité

Comme pleines de suie, la noirceur qui se dégage de ces sculptures velues offre un parallèle intéressant à leurs grandes sœurs bien plus fumantes. Le cheveu sans vie fini de plonger le spectateur dans un univers presque macabre. Inspiré par les clichés ramenés par les raids aériens de la Seconde Guerre mondiale, l’artiste s’est ensuite aidé de Google Earth pour approfondir ses connaissances du terrain, s’efforçant au passage de « secouer notre façon de faire l’expérience d’un espace, mais aussi des objets de tout les jours et des modèles de réflexion » explique-t-il. Il est clair que Iwasaki porte là un regard aussi passéiste que vibrant à ces espaces désaffectés qui sont autant fossiles que les matériaux organiques qui les composent dans les sculptures de l’artiste. Certains diront que c’est un peu tiré par les cheveux. Retrouvez les travaux de Iwasaki sur le site du Kawasaki City Museum et dans les images ci-dessous.

Via Beautiful Decay