Publicité
Crime

Ces hommes sont recherchés pour crimes environnementaux

Interpol a publié lundi la liste des criminels environnementaux les plus recherchés sur la planète. L'agence demande l'aide de tous pour mettre la main sur ces hommes.

par Robert S. Eshelman
18 Novembre 2014, 3:05pm

Image via Interpol

Pêche illégale, trafic d'animaux sauvages, déversement illégal de déchets toxiques, abattage d'arbres sans permis, ou encore trafic d'ivoire, voilà le genre de crimes commis par les hommes présents sur la première liste publique d'Interpol publiée lundi, recensant des criminels environnementaux actuellement recherchés.

L'opération, baptisée « Infra-Terra » (pour International Fugitive Round Up and Arrest) a été lancée en octobre par l'organisation internationale de coopération policière. Elle a identifié 139 fugitifs recherchés dans 36 pays. Avec cette liste, Interpol espère obtenir l'aide du public pour l'aider à localiser neuf des fugitifs les plus recherchés. Parmi eux figurent l'Italien Adriano Giacobone, soupçonné de trafic de déchets toxiques, Ben Simasiku, originaire de Zambie, accusé de trafic de défenses d'éléphants, ou encore l'Indonésien Sudiman Sunoto, que l'on accuse d'avoir mené des exploitations forestières illégales.

« Même le plus petit détail, qui pourrait vous paraître insignifiant, est susceptible de faire considérablement avancer une affaire », souligne Ioannis Kokkinis, officier de renseignement criminel à l'unité de Soutien aux enquêtes sur les malfaiteurs en fuite (FIS), qui coordonne Infra-Terra.

« Il suffit parfois d'un regard neuf pour relancer une enquête et trouver l'indice manquant qui aidera à localiser ces individus recherchés, dont certains se soustraient à la justice depuis des années, » ajoute-t-il.

 Photo via Interpol

Le braconnage, la déforestation illégale et d'autres formes de destruction d'habitats naturels ont un impact important sur les différentes espèces dans le monde. En septembre, l'association WWF a publié une étude qui montre que ces quarante dernières années, près de la moitié des animaux dans le monde a été décimée.

En Indonésie, l'abattage illégal menace des espèces comme les tigres de Sumatra, les rhinocéros et les orangs-outans. En janvier, WWF a noté que plus de 1 000 rhinocéros ont été tués en 2013 en Afrique du Sud par des braconniers, soit près de trois rhinocéros par jour. L'association estime qu'il reste moins de 2 500 tigres adultes dans la nature et une étude récente des comptes rendus de l'Académie américaine des sciences montre que 40 000 éléphants africains ont été tués rien qu'en 2011.

Plus de la moitié des animaux sauvages sur Terre a été tuée au cours des quarante dernières années. À lire ici.

« C'est une bonne nouvelle de voir Interpol s'attaquer aux figures véreuses du trafic d'espèces en danger, » a déclaré à VICE News Crawford Allan, directeur du projet TRAFFIC de WWF. « Le défi est si grand qu'Interpol demande l'aide du public. C'est dire à quel point c'est une affaire sérieuse. Nous nous employons à soutenir ces efforts où que nous soyons et nous espérons que ces criminels environnementaux seront traduits devant la justice. »

Cette campagne d'Interpol s'inspire d'autres campagnes pour attraper des fugitifs recherchés pour pédophilie, trafic de drogue et blanchiment d'argent.

« Nous estimons que la capture de ces criminels en fuite contribuera à démanteler des groupes transnationaux du crime organisé qui ont transformé l'exploitation environnementale en un business lucratif, » a déclaré Stefano Carvelli, chef du service de recherche des fugitifs d'Interpol.

Suivez Robert S. Eshelman sur Twitter: @RobertSEshelman