FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

L'armée et la police indonésiennes se tirent dessus puis font la fête pour se réconcilier

La rivalité institutionnelle entre l'armée et une unité spéciale de la police en Indonésie a connu un nouvel épisode violent avec le siège des bâtiments de la police sur l'île de Batam. Rapidement suivi par un concert de musique pop.
26.11.14
Photo via Flickr

Le gouvernement indonésien a organisé un concert pour son armée et sa police, qui se sont récemment affrontées lors d'une fusillade, dans le but de réconcilier les forces de sécurité.

L'île de Batam est devenue le centre d'une crise nationale la semaine dernière quand 30 soldats ont assiégé la caserne de la Brigade Mobile (Brimob), une unité des forces spéciales de la police indonésienne. Les militaires ont tiré sur le bâtiment et ont refusé de suivre les ordres de leur commandant, le brigadier général Eko Margiyono, qui leur demandait de se retirer.

Publicité

La situation a dégénéré quand les soldats ont refusé la médiation du vice-gouverneur de Batam, Soerya Respationo, qui a dû se réfugier dans le poste de police en compagnie de plusieurs journalistes à son arrivée sur l'île.

« Les soldats nous tirent dessus, » a dit Soerya Respationo aux médias locaux. « Nous sommes encerclés. »

Le siège, qui a fait une victime dans l'armée, n'a pris fin qu'après que des centaines de locaux ont fait irruption dans les casernes pour montrer leur soutien à la police.

Les chefs de la police nationale et de l'armée indonésienne se sont envolés vendredi pour Batam afin de restaurer l'ordre. Ils ont alors pensé à une solution particulière pour faire baisser la tension entre les deux parties.

« J'ai proposé une solution pour rassembler les membres de la Brimob et le personnel militaire : les rassembler à travers une performance culturelle, parce que la culture transcende la religion et les origines, » a déclaré le Général Gatot Nurmantyio, chef des militaires indonésiens, au Jakarta Post.

Le gouvernement a décidé d'organiser un concert dans les quartiers généraux de la Brimob qui avaient été assiégés. La star de la pop indonésienne Dewi Persik et un « girls band », Trio Macan, ont été envoyés pour réconcilier les deux groupes. Dewi Persik, en robe blanche, arborant de fausses décorations militaires, a posté une vidéo de son concert sur Instagram.

Yohanes Sulaiman, un professeur à l'université de défense indonésienne a expliqué à VICE News que cette flambée de violence mettait à jour des rivalités de longue date entre les deux forces.

« L'animosité entre l'armée et la police est ancienne, » dit-il. « La Brimob faisait partie de l'armée, c'est un peu leur petit frère. C'est une rivalité institutionnelle, qui explose de temps en temps. L'an dernier, les militaires ont envahi un commissariat à Sumatra. »

Publicité

Le commissariat de police de Sumatra a été brûlé par 90 soldats, qui ont aussi poignardé six policiers pendant une attaque en mars 2013. L'incident a été déclenché après qu'un policier a tué un soldat pour une banale affaire de circulation.

D'après l'officier de commandement de Batam, une situation du même genre est à l'origine du siège.

« Deux militaires mettaient de l'essence dans leurs motos, au même moment que deux Brimob. Les deux groupes se sont fixés, ce qui est considéré comme une offense, et ça s'est traduit par une bagarre, » a-t-il dit au Jakarta Post.

Lors d'un raid sur une installation de stockage de carburant le 21 septembre dernier, la police a arrêté plusieurs membres de l'armée soupçonnés de protéger des trafiquants d'essence. Quatre membres de l'armée ont été blessés par balle.

« Le rôle de la police et des militaires dans la protection de ces activités ne cesse de croître, et devient incontrôlable, » a déclaré au Jakarta Post Neta S. Pane, le président indonésien de Police Watch.

Batam, le territoire indonésien le plus proche de Singapour, a connu un afflux de militaires cette année, suite à un plan de renfort de l'armée mis en place par le gouvernement indonésien pour l'archipel des îles Riau. À l'origine de cette mesure, les revendications territoriales chinoises de certaines zones maritimes que l'Indonésie considère comme siennes.

« La présence militaire sur les îles ne fait que croître depuis 2006, et le conflit avec la Chine est une bonne chose pour l'armée, » d'après Yohanes Sulaiman. « Ils l'utilisent comme un levier pour obtenir plus d'argent , plus de bases et plus de soutien du gouvernement. »

Suivez Scott Mitchell on Twitter: @s_mitchell

Photo via Flickr