Crime

Yahoo! accusé d’espionner les mails de ses clients pour les services secrets US

L'ancien responsable de la sécurité de Yahoo! aurait quitté l'entreprise après avoir découvert ce programme secret.
06 octobre 2016, 10:50am
(AP Photo/Marcio Jose Sanchez, File)

C'est l'agence de presse Reuters qui porte l'accusation. Ce mardi en fin de journée, un article expliquait que l'entreprise Yahoo! s'est entendue avec le gouvernement américain pour mettre au point un système caché, permettant aux autorités d'espionner en temps réel les utilisateurs de la messagerie mail de Yahoo!.

L'ancien responsable de la sécurité de Yahoo!, Alex Stamos aurait quitté l'entreprise après avoir découvert ce programme et l'accord passé avec une agence gouvernementale américaine qui n'est pas connue. Les soupçons se portent sur un bureau type FBI ou NSA.

Dans un communiqué envoyé par mail, un représentant de Yahoo! explique que l'article de Reuters est "trompeur".

"Le scannage des mails décrit dans l'article n'existe pas dans nos systèmes", dit l'entreprise. Yahoo! a également expliqué aux journalistes que la compagnie était respectueuse de la loi.

Des organisations défendant la liberté et la vie privée sur Internet, comme l'ACLU et l'Electronic Frontier Foundation, estiment que si Yahoo! a effectivement construit un tel outil pour le gouvernement, elle a suivi un ordre qui n'est pas constitutionnel.

"En se basant sur le reportage [de Reuters], l'ordre donné à Yahoo! semble sans précédent et non constitutionnel", a écrit l'avocat de l'ACLU, Patrick Toomey, dans un post publié sur Internet. "Le gouvernement semble avoir poussé Yahoo! à conduire le type de surveillance générale et sans motifs que le quatrième amendement cherche précisément à empêcher."

L'avocat poursuit son texte en jugeant que le fait que Yahoo! n'a pas décliné cette demande est "profondément décevant".

Ces derniers temps, des compagnies technologiques comme Apple, ont expliqué refuser d'offrir des outils et accès similaires au gouvernement américain.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR