guerre des vélos

La violente guerre des vélos berlinoise

C'est un peu comme Destruction Derby, mais avec des vélos.
10.8.16

Les « Bike Wars » sont nées quand des punks ont commencé à s'amuser avec de vieilles bicyclettes et des fers à souder. Depuis, chaque année, au mois de mai, ils s'opposent lors du Carnival of Subculture, dans le quartier de Kreuzberg, à Berlin.

Sev, 28 ans, est l'un des co-fondateurs des Bike Wars. Depuis quatre ans, ce soudeur professionnel néerlandais adore répandre la terreur et les contusions avec son immense vélo rose. Il m'a parlé de ces nombreux combats lors desquels les punks de Berlin s'affrontent à coups de vélos.

VICE : En quoi consistent les Bike Wars ?
Sev : Il s'agit d'une compétition. Le but est de construire son propre vélo, puis de le tester en tentant de détruire les vélos des concurrents. C'est un peu comme Destruction Derby, mais avec des vélos.

Quelles sont les règles ?
Il existe différentes règles pour différentes catégories : tout d'abord, il y a la « Two-Wheel Battle », qui comprend des vélos normaux. Vous pouvez changer ce que vous voulez sur votre vélo, à l'exception près que chaque vélo doit avoir seulement deux roues, deux pédales, qu'il ne doit y avoir qu'un seul cycliste par vélo et qu'il est interdit d'utiliser des armes.

La deuxième catégorie est la « Grand Bike Jousting ». Deux personnes se foncent dessus sur de grands vélos et chacun doit essayer de faire tomber l'autre à l'aide d'une lance. La troisième catégorie s'appelle « Big Machines ». Il n'y a pas vraiment de règles pour celle-ci – mis à part que les vélos doivent être guidés par des pédales. Vous devez essayer de briser les autres vélos sans blesser ceux qui sont dessus.

Est-ce dangereux ?
Il y a toujours des blessures légères mais, heureusement, rien de bien méchant n'est survenu jusqu'à présent. Cependant, c'est un sport très exigeant. Les concurrents ont si mal après ça qu'ils doivent rester au lit pendant plusieurs jours.

Depuis combien de temps faites-vous cela ?
La première Bike Wars de Berlin a eu lieu en 2006. Mais elles existent à New York et Copenhague depuis beaucoup plus longtemps.

Y a-t-il un sens plus profond derrière tout cela ?
Il s'agit simplement de construire et de détruire. L'idée est de mettre beaucoup d'efforts dans la construction de quelque chose de vraiment beau, sans craindre ensuite de le perdre. Il y a un sens profond à ce sentiment, mais le but est avant tout que le résultat soit spectaculaire.