Publicité
Crime

Interpol recherche un homme qui a fabriqué de faux badges du FBI et de la CIA

L’enquête commence en 2013 quand la police contrôle un homme armé dans une salle de cinéma, en pleine projection de Red 2, un film avec Bruce Willis.

par VICE News
01 Avril 2016, 3:00pm

Photo via Wikimedia Commons

En juillet 2013, la police a répondu à un appel dans une salle de cinéma à proximité de Flint, dans le Michigan, au sujet d'un homme qui était arrivé à la projection du film d'action Red 2 (avec Bruce Willis) équipé d'un pare-balles et d'un pistolet Beretta 9mm chargé.

Les agents sont entrés dans le cinéma en plein film, ont approché l'homme armé – dont le nom était Cassidy Delavergne – et lui ont demandé de sortir. Cassidy Delavergne leur a répondu qu'il était avec la Central Intelligence Agency (CIA), et leur a présenté un insigne de la CIA d'apparence authentique avec une carte de l'agence sur laquelle figurait sa photo.

Mais quelque chose ne tournait pas rond, et le FBI a été appelé sur les lieux. Le badge et la carte se sont révélés être des contrefaçons de très bonne facture, et Delavergne a été arrêté pour possession d'un insigne bidon des autorités américaines.

Les autorités internationales visent maintenant la source présumée de ce faux badge de la CIA. Le suspect est Roberto Craciunica, un ressortissant roumain âgé de 34 ans qui vivrait en Allemagne, et qui a déclaré être un fabricant d'accessoires pour les grands films d'Hollywood, selon une source proche de l'enquête.

Les procureurs américains accusent Craciunica de vendre des versions forgées de badges portés par les agents d'une foule d'organismes fédéraux américains à travers une série de sites web, y compris www.badge-police.com et www.master-equipment.org , géré par une société appelée Master Equipment. (Les autorités fédérales ont depuis saisi les noms de domaine.)

Le cas du faux agent de la CIA dans le Michigan était loin d'être isolé, et fait partie d'une série d'arrestations de personnes portant des armes réelles tout en se faisant passer pour des agents fédéraux avec des badges acquis chez Master Equipment.

Roberto Craciunica (Photo via l'Agence américaine des douanes et de l'immigration)

Ce mercredi, Interpol a révélé qu'elle avait publié une «notice rouge» concernant l'arrestation de Craciunica au nom des services de l'immigration et des douanes (ICE) du Département de la sécurité intérieure - l'un des organismes dont les badges auraient été contrefaits par Roberto Craciunica.

Cette notice rouge, qui est proche d'un mandat d'arrêt international, a été publiée plus tôt ce mois-ci, a déclaré LaTonya Turner, une porte-parole d'Interpol.

Craciunica et plusieurs associés anonymes « ont utilisé des sites web pour offrir ces badges et des sceaux contrefaits et non autorisés à la vente aux particuliers à l'intérieur des États-Unis », peut-on lire dans un acte d'accusation déposé par le procureur américain Dana J. Boente en octobre dernier à la US District Court pour le District Est de l'État de Virginie.

L'acte d'accusation indique que Craciunica se serait livré de janvier 2010 à septembre 2015 au trafic de badges imitant ceux portés par les employés d'agences comme la CIA, le FBI, les Marshals américans, les Marshals de l'air fédéraux, l'agence contre la drogue (DEA), ou encore le Bureau des enquêtes spéciales de l'US Air Force. Les clients auraient envoyé de l'argent via Western Union ou PayPal, et Master Equipment se serait chargé d'expédier les badges depuis Kaarst, une banlieue de la ville de Düsseldorf, en Allemagne.

L'acte accuse Craciunica de complot, de trafic de produits contrefaits, de contrebande et d'une mauvaise utilisation du nom des organismes fédéraux américains. La seule accusation de trafic de contrefaçon est passible d'une peine allant jusqu'à 10 ans de prison et d'une amende de 2 millions de dollars.

« La vente de faux badges des forces de l'ordre et d'autorisations pose un risque de sécurité nationale aux citoyens américains », a déclaré Clark Settles, agent spécial en charge du bureau de terrain et des enquêtes de la Sécurité intérieure à Washington DC. « Grâce à notre enquête, nous avons identifié des cas à travers le pays où les clients de Craciunica – la plupart équipés d'armes – ont compromis la sécurité nationale de notre pays, notamment en essayant d'avoir accès au commandement nucléaire du Département de la défense et à une zone sécurisée de l'un des aéroports les plus fréquentés de la nation. »

Des accessoires de Hollywood mal utilisés ?

Craciunica a prétendu être un artisan professionnel qui fabrique des accessoires de théâtre pour les longs-métrages de Hollywood, comme l'a indiqué à VICE News une source proche de l'enquête, sous couvert d'anonymat.

Cette activité n'a pas pu être vérifiée de manière indépendante. Mais une mini-biographie écrite pour un scénographe nommé Roberto Craciunica apparaît sur la base de données filmogaphiques IMDB.

« Roberto Craciunica a travaillé pour la police fédérale. En 2008, il a commencé à concevoir et à créer des équipements de police fictifs, des costumes uniques et des équipements pour plusieurs films hollywoodiens de renom », indique cette fiche. "Il est également concepteur en chef sur de nombreuses productions à succès, plus récemment des films de Hollywood, tout en aidant sur des productions de haut niveau."

Sur la page Facebook d'un designer nommé Roberto Craciunica, le logo Warner Bros occupe une place importante. Elle présente Craciunica comme un « Designer de film pour Warner Brothers, Paramount Pictures, 20th Century Fox, Columbia Pictures et beaucoup plus », tout en énumérant diverses récompenses, dont le Lion d'Or au Festival du Film de Venise.

Faux badges, vrais pistolets

En plus de l'affaire du faux agent de la CIA dans le cinéma du Michigan, l'acte d'accusation énumère plusieurs autres cas de citoyens armés déguisés en agents fédéraux américains utilisant des faux badges qui auraient été achetés chez Master Equipment.

En janvier 2014, un homme nommé Kermit Stephens avait tenté d'utiliser un faux badge de la CIA pour avoir accès à une zone sécurisée de l'aéroport international Reagan à Washington. Stephens avait présenté le badge aux agents de l'Agence de sécurité des transports à un point de contrôle pour les agents armés des forces de l'ordre.

Mais tandis que Stephens signait dans le registre des officiers, un agent a remarqué des incohérences dans ses autorisations. Stephens a finalement été arrêté trois mois plus tard. Son insigne de la CIA (# 767) « a été vendu par Master Equipment en Allemagne» indique l'acte d'accusation.

En avril de la même année, un homme du nom de Josh Mazuranic a été arrêté à l'hôpital des anciens combattants de Houston, au Texas, pour s'être fait passer pour un agent de police. Il portait un badge contrefait de la CIA (# 101), des fusils d'assaut, des balles perforantes, un gilet pare-balles, et des macarons l'identifiant comme un agent de l'ICE.

Mazuranic a raconté aux enquêteurs qu'il avait acheté le badge à l'étranger. L'acte d'accusation indique que « l'insigne # 101 de la CIA est vendu sur le site web de Master Equipment ».

Ce même mois, à Santa Clara, en Californie, un homme nommé Jason Harris a attiré l'attention des autorités après avoir tenté de faire installer des éclairages de secours sur son véhicule, en utilisant un faux badge et des autorisations du service des US Marshals.

Un mandat de perquisition visant la résidence de Harris avait permis de retrouver trois badges du Marshals Service, une contrefaçon de l'insigne du Bureau des Prisons, des vestes de brigade d'intervention, des gilets pare-balles, et d'autres identifications contrefaites. Harris a dit aux enquêteurs qu'il avait acheté les badges chez Master Equipment en Allemagne.

Le 6 août, 2015, un certain David Baer a été inculpé dans le district central de l'Illinois pour avoir usurpé l'identité d'un agent fédéral après avoir acheté un badge de contrefaçon du bureau d'enquêtes de la Sécurité intérieure et de l'avoir fait livrer à son domicile à Springfield, Illinois. Baer avait utilisé le faux badge pour s'introduire dans le centre de formation nucléaire de la marine, alors qu'il était armé d'un pistolet Sig Sauer.

Les hommes armés ne sont toutefois pas les seuls à se fournir chez Master Equipment.

Une vidéo postée sur YouTube en 2013 montrait un adolescent exhibant un badge de détective de la Police de Los Angeles (LAPD), qu'il dit avoir acheté chez Master Equipment.

« Salut à tous. Je viens de déballer mon nouveau badge de la LAPD », dit le garçon. « Ça vient de Master Equipment. Ça coûte seulement 75 dollars. »


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Photo via Wikimedia Commons