Les supporters de Nîmes détestent le nouveau logo du club

Du coup, ils veulent boycotter la campagne d’abonnements pour la prochaine saison.
27.6.17

Jeudi 14 juin l'état-major du Nîmes Olympique (NO) annonçait une grande nouvelle : le club change de logo cet été. « Il marie la modernité d'un design épuré avec nos traditions en conservant les éléments forts de notre identité tels que le crocodile et les lauriers, avait expliqué la direction des Crocos. Avec vous, les amoureux du Club, nous sommes résolument tournés vers l'avenir : notre projet est de redonner au Nîmes Olympique sa place parmi l'élite du football français ».

Ce changement a tout de suite été critiqué par les supporters nîmois, pas fans du tout du design. Une pétition en ligne a été lancée et déplore un « design complètement raté » et un logo réalisé « dans le secret total ». Les Gladiators Nîmes 1991, principal groupe ultras du NO, ont même publié une lettre ouverte adressée au président du club Rani Assaf. « Nous avons tenté, tant bien que mal, de prendre un peu de recul sur l'arrivée d'un nouvel emblème à la proue du navire Nîmes Olympique. Mais désolé, il n'y a rien à faire, ça ne passe pas. Et il y a de grandes chances pour que ça ne passe jamais », avaient-ils notamment écrit. En vain, puisque le président refuse tout retour en arrière, en tout cas pour la saison à venir.

La mobilisation des ultras du Nîmes Olympique ne faiblit pas puisque les Gladiators Nîmes 1991 et les Nemausus 2013 ont publié un nouveau communiqué dans lequel ils affirment de nouveau leur « rejet total de ce nouveau blason imposé brutalement, sans dialogue ni concertation, à l'ensemble des Nîmois ».

Ils appellent donc « à boycotter la campagne d'abonnement jusqu'à nouvel ordre ainsi que tous produits marketing sur lequel cet horrible logo (maillots, écharpes, goodies…) apparaîtra. »

Ça risque clairement de pourrir un peu l'ambiance au stade des Costières. Et c'est bien con car le Nîmes Olympique sort d'un bonne saison avec une belle sixième place, à seulement deux points de la montée en Ligue 1.