FYI.

This story is over 5 years old.

Des paléontologues ont trouvé un nouveau mégaraptor

Murusraptor barrosaensis a vécu il y a environ 80 millions d'années dans l’actuelle Patagonie.
Image: Jan Sovak

Des paléontologues ont découvert une nouvelle espèce de mégaraptors, une famille de dinosaures carnivores aussi redoutables que son nom le laisse deviner. Trouvée en Patagonie, une région particulièrement riche en fossiles, le dernier arrivé dans le clade des mégaraptors a été baptisé Murusraptor barrosaensis. Ce prédateur massif mesurait environ 6,5 mètres de long et a vécu il y a 80 millions d'années, dans les riches paysages argentins de la fin du Crétacé.

Publicité

« Nous n'en savons pas beaucoup sur l'écosystème dans lequel vivait notre Murusraptor, » explique Rodolfo Coria, paléontologue au Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas argentin. Avec son collègue Philip Currie de l'Université d'Alberta, il a décrit cette nouvelle espèce dans un article publié mercredi dans la revue PLOS ONE.

« Au sein de la même formation géologique, nous avons recueilli des ossements de grands dinosaures à long cou (sauropodes) et du bois de pin pétrifié, » explique Coria. « Apparemment, la région était habitée par une faune très diversifiée incluant différentes espèces de dinosaures, de crocodiles, de tortues, et des petits mammifères. Nous pensons que Murusraptor était un prédateur actif et que les animaux précités faisaient partie de ses proies. »

Diagramme montrant une reconstitution du squelette de Murusraptor barrosaensis à partir des ossements retrouvés. Image: Coria, Currie, et al (2016)

Le spécimen holotype de M. barrosaensis exhibe des sutures au niveau de la boîte crânienne, ce qui laisse penser que l'animal était probablement assez jeune lorsqu'il est mort : le développement du crâne n'était pas encore complet. Mais pour un adolescent, le carnivore était d'une taille considérable, similaire à celle d'autres espèces de mégaraptors trouvées en Argentine, comme Aerosteon ou Orkoraptor.

Malgré leur étiquette de « raptors, » les mégaraptors ne sont pas vraiment des raptors (ou des dromaeosauridés) à l'image de ceux qui défoncent des portes et terrorisent des enfants dans Jurassic Park.

Publicité

D'ailleurs, la catégorisation de ces prédateurs fait débat chez les paléontologues. Certains pensent qu'ils constituent les derniers survivants des Allosaures, autrefois omniprésents, ce qui exigeraient de remettre en question les théories actuelles sur l'extinction de ce groupe. D'autres suggèrent que ces mangeurs de viande idiosyncrasiques étaient en fait des coelurosaures, ce qui les rendraient plus proches des fameux tyrannosaures.

Les traits des mégaraptors n'aident pas vraiment à éclaircir ce débat, puisqu'ils ressemblent à la fois aux spinosaures, comme les Baryonyx, et aux mégalosaures.

Coria espère que des études futures sur Murusraptor et ses proches parents permettront enfin de résoudre le mystère de l'arbre généalogique des mégaraptors. « Actuellement, nous avons deux méthodes pour faire face à ce problème, » explique-t-il. « L'une est de réexaminer toutes les espèces de mégaraptors connues et de construire une nouvelle base de données qui nous permettrait de nous affranchir des biais et des préconceptions. »

Le canyon où la nouvelle espèce a été découverte. Image: Coria/Currie

La seconde, selon Coria, est « d'examiner des roches plus anciennes, datant du Jurassique inférieur ou du Crétacé supérieur, afin de trouver des formes ancestrales de mégaraptors. J'étudie actuellement de nouveaux spécimens trouvés dans des roches du Crétacé inférieur ; j'espère qu'elles nous aideront à atteindre nos objectifs. »

« Ce spécimen est particulièrement intriguant, et pas seulement parce qu'il appartient à une famille très énigmatique de grands dinosaures. La partie du squelette que nous avons retrouvée est d'une seule pièce, ce qui nous aidera grandement à faire des comparaisons anatomiques avec d'autres animaux, » ajoute-t-il.

Quelle que soit leur place sur l'arbre phylogénétique du vivant, les mégaraptors comme Murusraptor étaient clairement des chasseurs ultra qualifiés du Crétacé constituant une niche écologique distincte des poids lourds comme T. rex ou des petits carnivores véloces tels que Velociraptor. Notre intérêt nous porte souvent vers les extrêmes, mais les théropodes de taille moyenne méritent notre intérêt, eux aussi.