Élections 2017

Une semaine en compagnie d’un partisan de François Fillon

On a filé un appareil photo jetable à Marc-David Emont, un étudiant en droit, pour qu’il photographie son quotidien de campagne.

par Félix Macherez
21 Avril 2017, 4:30am

Tractage sur un marché. Photos de Marc-David Emont

Le grand marché présidentiel va (enfin) se terminer. Les électeurs glanent les dernières infos sur les programmes qui les intéressent – ou qui leur déplaisent le moins – et les candidats mettent en avant des marqueurs politiques susceptibles de mobiliser leur électorat. À quelques jours du début de la fin, François Fillon a ainsi choisi d'axer ses discours sur l'identité, la famille, la nation, et l'immigration. Le candidat Les Républicains fait le pari de consolider son socle de partisans tout en allant chercher à sa droite des électeurs du Front national.

Pour en savoir plus sur la dynamique de campagne de l'ancienne UMP, j'ai filé un appareil photo jetable à Marc-David Emont étudiant en droit de 19 ans, qui milite dans l'équipe de François Fillonpour qu'il photographie son quotidien à quelques jours du premier tour. Je lui ai passé un coup de fil à la réception des clichés pour lui parler de son choix, de son soutien au candidat Fillon au moment de la sortie des affaires, du « cabinet noir » et de l'affiche du second tour.

Le QG de François Fillon, rue Firmin Gillot

VICE : Bonjour Marc-David. Quand as-tu rejoint le parti Les Républicains ? 
Marc-David Emont : En 2014, pour les municipales à Paris.

Tu fais quoi exactement dans l'équipe de François Fillon ?
Je suis délégué « jeunes » dans ma circonscription. Je suis responsable d'une équipe d'une quinzaine de jeunes dans le 15e arrondissement. J'aide à l'organisation au sein même du QG de François Fillon. J'effectue des appels pour mobiliser des gens, je traite des fichiers et des dossiers. C'est très varié.

Depuis deux semaines, c'est très chargé. On a fait beaucoup d'opérations et j'ai dû organiser le planning sur une semaine – tractage aux marchés, aux sorties de métro ou au pied d'immeubles, porte à porte, etc.

Je vois. Après la primaire de la droite et du centre, si un autre candidat avait été désigné, tu aurais également milité ?
Ça dépend pour qui… J'étais pour les candidats qui défendent une économie libérale, comme Alain Juppé et François Fillon, par exemple. Après, je me suis inscrit chez Les Républicains pour François Fillon. C'était mon candidat depuis le début.

Une partie des « Jeunes Avec Fillon » a décidé de se tirer après les histoires d'affaires, d'autres militants ne font plus campagne… Tu as pensé à quitter le navire, toi ?
J'ai eu un doute. C'est normal quand on entend ce genre de chose. Ça a été un choc pour moi, mais pour bien réagir, il fallait que je réagisse à froid – pour me faire une idée en connaissance de cause. Et puis je sépare le programme de la personne. Et son programme économique est le plus complet selon moi.

Tu ne penses pas que les affaires ont, d'une certaine manière, permis d'éclipser le programme ultralibéral et clivant du candidat Fillon ? Ça a créé un socle de sympathisants de plus en plus déterminés…
Ça a effectivement créé un socle, c'est l'effet secondaire de cet épisode. Mais ça n'a pas été facile à vivre dans un premier temps sur le terrain. Le premier effet, ça a été une baisse dans les sondages et un clivage renforcé entre ceux qui le soutenaient et les autres. Mais la capacité de Fillon à s'accrocher a montré qu'il n'était pas un candidat mou et qu'il pouvait tenir la barre. Ça a démontré, en outre, qu'il était capable à tenir tête à Trump et à Poutine. De toute façon, il fallait tenir coûte que coûte.

Que penses-tu du fameux « cabinet noir », alors ?
On sait qu'un cabinet noir existe. Ça a toujours existé.

Faire pression sur la justice, ça a toujours existé, non ? On pourrait évoquer à ce titre le fait que François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Élysée, d'accélérer les poursuites judiciaires visant Nicolas Sarkozy par exemple.
Pour moi, cette thèse ne tient pas.

Noté. Quel est ton pronostic pour le premier tour ?
François Fillon va être au second tour, selon moi. Il a toutes ses chances, même si ce sera extrêmement serré entre les quatre candidats. Je pense que le deuxième tour opposera Fillon et Marine Le Pen.

À droite toute ! Merci, Marc-David. À la prochaine.

Retrouver Félix sur son site internet.

La faculté de droit de Paris Descartes dans laquelle Marc-David étudie

Tractage à la sortie du métro Convention

Tractage sur le marché Convention un dimanche matin

Discussion animée entre une habitante et un militant lors d'un tractage

Fin d'opération militante : l'apéro du debrief

Intervention de Jean-François Lamour, député du 13e arrondissement, à la rencontre des habitants

Tractage sur un marché